Recherche avancée       Liste groupes



      
à LA SAUCE PHIL  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Dare, G-force
- Style + Membre : Wild Horses [uk], Thin Lizzy, Black Star Riders

Phil LYNOTT - The Philip Lynott's Album (1982)
Par MULKONTHEBEACH le 1er Novembre 2016          Consultée 2251 fois

Comme souvent chez les grands Artistes de ce monde, leur vie est malmenée par leurs démons, eux-mêmes créés par une propension à trop penser qui les amènent parfois à l’autodestruction. Des stratagèmes presque intrinsèques qu’eux-mêmes savent illusoires, mais indispensables à leur vision, leur façon d’appréhender leur carrière et leur vie, qui se croisent la plupart du temps. Phil Lynott fait partie de cette catégorie, laissant un inépuisable héritage musical au monde de la Musique qui ne cesse d’être en deuil d’année en année.
L’aventure THIN LIZZY étant définitivement terminée, Phil s’engouffre de plus en plus dans les méandres de l’addiction à l’alcool et des drogues dures. Ce ne serait pas aussi « grave » s’il avait un agenda à tenir avec ses amis Gohram et Downey, où la camaraderie et l’enthousiasme du bonhomme seraient vraiment mises à contribution. La machine ainsi remise en marche, Phil ne se serait sans doute jamais vautré dans une telle déchéance, soucieux qu’il est à l’époque de rebondir en gardant cet espoir en tête.

Encore plus éloigné d’un LIZZY que son premier album solo, celui-ci semble sans queue ni tête à la première écoute, on pense d’ailleurs de prime abord à une collection d’inédits, les changements de styles étant une constante dans la carrière solo de Phil. Il faut aussi qu’on soit clair dès le début, cet album est en quelque sorte le dernier testament concret que le métis moustachu nous livre, GRAND SLAM, son nouveau groupe avorté malgré lui, reflétant plus une dernière tentative de raviver une flamme qui ne flambera plus jamais comme avant. Le single "Nineteen" sorti avec Gary Moore en 1985 étant lui aussi plus un titre solo du guitariste, qui n’a jamais eu une place prépondérante dans la carrière de THIN LIZZY. Ce dernier était avant tout un Artiste solo, suivant sa seule ligne de conduite, avec beaucoup de talent et de réussite.

"Fatalistic Attitude" débute avec de grosses nappes de claviers, sans réel refrain,dans une ambiance brumeuse et mystique.Totalement libre Artistiquement parlant, le musicien s’offre le luxe de s’aventurer au gré de ses envies, dans des univers diamétralement opposés.De l’acoustique et douce "Cathleen", vibrant hommage à l’une de ses filles, en passant par le funky pop "Together", le fil conducteur est là, et c’est ce qui est incroyable avec M. Lynott, on passe du coq à l’âne sans honte, avec cette étrange homogénéité qui émane de chaque titre au sein d’un tracklisting franchement antinomique sur le papier !

Considéré par certains comme étant l’approche Pop de trop, il n’en est rien heureusement. Oui, cet album sent parfois bon la variété, et après ? S’il on met de côté les clichés, qui ne sont pas légion pour autant, le reste des textes représentent assez bien l’homme, ainsi que le musicien, qui est capable de tout. Tour à tour amoureux, connaisseur, et fier de l’histoire de son pays à travers "Old Town", et complètement décomplexé de son style de vie sur « Ode To Liberty », où figure une fois de plus le plus cristallin des guitaristes, Mark Knopfler, qui a le don agaçant de transformer chacune de ses prestations en une chanson de DIRE STRAITS, tellement son jeu de guitare est personnel, Phil Lynott se fait plaisir en jouant sur tous les tableaux. L’énigmatique Midge Ure est également présent sur le futuriste pour l’époque "Yellow Pearl", empli de claviers surprenants… Et c’est là que l’on sent Lynott au bout du rouleau, complètement usé physiquement et mentalement, laissant ainsi à ses invités le culot de s’introduire trop généreusement au sein d’un album solo, alors que leur participation se doit d’être minoritaire. Seul Jimmy Bain, bassiste de DIO, sait se montrer efficace et discret…

Il est vraiment un Artiste à reconsidérer aujourd’hui, un chanteur à la voix chaude inimitable, un bassiste sans lequel ses chansons n’auraient pas la même saveur, un compositeur visionnaire et formidablement doué, ainsi qu’un auteur aux textes parfois légers, voulus, mais très souvent profonds qui ne faisaient pas seulement bien sonner une chanson.

L’émotion est présente partout sur cet album, bancal dans la forme mais criant de vérité sur le fond. Ce qu’on attend d’un album solo en somme…
La demi-mesure n’était pas de mise pour Phil Lynott, alors détestez-le, ou bien adorez ce disque paradoxal, absolument "variétoche" par moments avec ces cuivres mis en avant, mais transpirant une fois de plus d’une sincérité qui ne sera jamais à mettre en défaut. Un album témoin,où quelque chose se passe à chaque instant…

A lire aussi en POP ROCK / METAL par MULKONTHEBEACH :


Phil LYNOTT
Solo In Soho (1980)
Phil en solo, déconcertant mais jouissif !




SAIGON KICK
Devil In The Details (1995)
Un parfait ovni


Marquez et partagez




 
   MULKONTHEBEACH

 
  N/A



- Philip Lynott (vocals, bass guitar, bass synthesiser, keyboard, percussions)
- Midge Ure (guitar, keyboards, tracks 6, 7)
- Mark Knopfler (lead guitar track 9)
- Jimmy Bain (bass guitar, backing vocals, tracks 2, 3)
- Jerome Rimson (bass guitar, tracks 7, 10)
- Scott Gorham (bass guitar, track 8)
- Darren Wharton (keyboards)
- Rusty Egan (drums, tracks 2–4)
- Bobby C. Benberg (drums, track 8)
- Brian Downey (drums, track 9)
- Mark Nauseef (drums, percussion, vocal intro, track 10)
- Pierre Moerlen (drums, track 11)


1. Fatalistic Attitude
2. The Man's A Fool
3. Old Town
4. Cathleen
5. Growing Up
6. Yellow Pearl
7. Together
8. Little Bit Of Water
9. Ode To Liberty (the Protest Song)
10. Gino
11. Don't Talk About Me Baby



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod