Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Black Sabbath, Ghost, Led Zeppelin, Childrenn, Motorowl
 

 Site Officiel (64)

PATH OF SAMSARA - The Fiery Hand (2015)
Par DARK BEAGLE le 13 Août 2016          Consultée 869 fois

Encore une fois, le « produit » est magnifique : un digipack très rigide, avec une pochette au relief délicat. Un livret calqué sur le premier dans la forme, toujours aussi énigmatique. PATH OF SAMSARA est un groupe qui soigne beaucoup le décorum. Et en même temps, c’est intrigant. Du noir, du rouge, des symboles cabalistiques revoyant aux croyances Hindous. En même temps, le groupe cultive soigneusement une part de mystère autour de lui. Les musiciens veulent bien montrer à quoi ils ressemblent, mais leurs noms demeurent cachés. Une démarche qui n’est pas sans rappeler celle de GHOST au final.

"The Fiery Hand" est déjà le second album de la formation Allemande et il marque une nette évolution par rapport à Black Lotos, le précédent opus. On se retrouve toujours confronté à un Hard Rock classieux qui hésite souvent à plonger du côté du Heavy Metal. On pourrait qualifier la musique du groupe de Stoner, mais il n’y a pas que cela, PATH OF SAMSARA ne semble pas vouloir s’enterrer dans un seul genre. Et surtout, ici, la formation va se montrer bien plus ambitieuse.

Cela se traduit principalement par des morceaux plutôt longs. Pensez : onze titres pour 71 minutes. Cela peut vite devenir pénible à l’écoute et pourtant, on se laisse facilement captiver par cette musique à la fois planante et accrocheuse. Les musiciens ont un certain sens du riff. Ils sont assez simples dans l’idée, mais judicieusement imbriqués à des parties instrumentales plus lentes, qui tirent sur le Doom façon CATHEDRAL, mais plus limpide, moins agressif.

Et ce format qui pourrait vite être rébarbatif s’avère ici très intéressant. PATH OF SAMSARA développe une ambiance qu’il avait tenté d’initier sur Black Lotos. Elle se révèle rapidement ésotérique, tirant sa substance à travers un psychédélisme pesant de bon aloi. La longueur des morceaux devient ici une bonne chose ; le groupe s’appuie sur des parties instrumentales interminables pour se construire un univers qui lui est personnel.

Et la magie opère assez rapidement. Passé le morceau-titre qui se raccroche énormément aux wagons de Black Lotos et qui donne une mauvaise indication de la teneur de ce "Fiery Hand". On reste bien entendu dans le domaine de l’occulte façon GHOST, qui reste finalement la comparaison la plus perspicace même si elle peut prêter à confusion. Les discours ne sont pas les mêmes et la musique prend des chemins différents, mais les deux groupes parviennent à créer une ambiance particulière sans utiliser forcément toute la panoplie des artifices classiques. Et PATH OF SAMSARA compense toute théâtralité avec son sens du mystère.

"The Fiery Hand" est un album dangereux, car addictif. La curiosité initiale laisse rapidement place à un plaisir non dissimulé. La voix claire de Binyamin (nom qui a fini par transpirer sur le net et à défaut de mieux…) est aguichante, à défaut d’être ensorcelante, et les mélodies font souvent mouche. PATH OF SAMSARA nous fait pénétrer dans un univers sombre, aux croyances interdites. Une écoute provoque l’intérêt, la seconde l’immersion.

Cependant, tout n’est pas parfait. Le mix met la basse trop en avant et elle finit par devenir un bourdonnement agaçant passé un certain volume sonore, voire au casque. La batteur, quant à lui, semble appréhender chaque phase instrumentale de la même façon, défaut déjà présent sur l’album précédent et qui risque de devenir une constante pour ce groupe qui pourtant sait se donner les moyens de se transcender et d’évoluer. On peut également évoquer une certaine redondance qui apparaît sur la fin de l’album, une impression née de la longueur quelque peu excessive de ce "Fiery Hand".

PATH OF SAMSARA est véritablement un groupe en devenir, qui mérite que l’on se penche sur son cas. Nous avons en face de nous des musiciens qui n’ont pas peur de tenter des choses, d’évoluer plutôt que de stagner. Bref, autant vous le dire tout de suite, je guette avec une certaine impatience la prochaine offrande de la formation. Un 4/5 donc, parce que certains détails sont encore à revoir malgré tout.

Morceau pour se mettre en jambe : "The Fiery Hand."
Morceau pour entreprendre le voyage : "Serpent Magick"

A lire aussi en HARD ROCK par DARK BEAGLE :


HEART
Little Queen (1977)
Pour les amoureux du LED ZEP' IV




HEART
Dog & Butterfly (1978)
De bons présages


Marquez et partagez




 
   DARK BEAGLE

 
  N/A



- Binyamin (chant, basse)
- Nikolaus (guitare)
- Benjamin (batterie)


1. The Fiery Hand
2. Veil Of Gold
3. Serpent Magick
4. The Withered Tree
5. Da Doud Reit Durchn Woid
6. The Blue Demon
7. Pyredancer
8. The Dawn Of Saturn
9. Death Aeon Gateway
10. Supernova
11. Wood And Bone



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod