Recherche avancée       Liste groupes



      
WUTLOL JAPAN SRSLY  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


PASSCODE - All Is Vanity (2014)
Par DARK MORUE le 6 Janvier 2015          Consultée 1605 fois

Le Japon va tous nous tuer. Non sérieusement. Nous autres Occidentaux on peut rien devant un truc pareil.

PASSCODE, si vous êtes des groupies ultimes de moi (plz plz) vous avez déjà vu ce nom quelque part. Je parlais justement de FRUITPOCHETTE et mentionnait dans la catégorie "on entre dans le sillon creusé par BABYMETAL, sauf que là c'est réussi" l'album sujet de cette chronique. Dans les faits c'est un peu plus complexe que ça mais on va dire qu'on tient le bon bout.
Vous avez pas idée de la joie que m'a procuré la découverte de cet album. Déjà totalement à fond sur les divers clips, j'en ai surtout tellement chié pour le télécharger (je vais pas investir là dedans faut pas déconner) que j'ai sauté au plafond et tout cassé chez moi quand ENFIN j'ai réussi à avoir un lien en bas d'une chronique de l’œuvre sur un site thaïlandais. Oui j'en étais à cet état de recherche désespérée.
Et donc ça valait tant d'efforts ? Ben putain, oui. Dans la catégorie des trucs vides de sens comme on a jamais vu, on est au haut du meilleur des paniers. Alors, c'est parti, on tranche dans le lard.

Vous êtes d'une humeur colorée à sauter partout ? Vous sortez jamais sans de quoi vous faire un rail dans la poche ? Vous êtes un peu pédophile dans le bon sens du terme ? Vous écoutez de la merde genre violente tout en sachant que c'en est ? Ben on a votre album de l'année.
Pour faire PASSCODE, on prend BABYMETAL, on les blinde d'ecstas et on les lâche en soirée étudiante avec un clavier dans chaque pièce pour voir ce qui en ressort.
Accrochez-vous, c'est n'importe quoi.
On est encore dans la configuration de la Japan Idol avec des nanas qui chantent de manière toute innocente et une section Metal qui tape, sauf que là le Metal reste plutôt en retrait. On a bien quelques morceaux qui speedent et cognent ("Gekido Progressive" a de quoi faire faire des convulsions, ou un très percutante "Asterisk" et sa moshpart Folk, si si) mais au final le propos y est pas tant que ça, on est pas dans le vibrant hommage respectueux de la culture Metalhead comme la bande à Su, plutôt dans un Rock Jap qui se prend pas la tête et balance tout ce qu'il a sans vouloir savoir si c'est vraiment cohérent ou pas.

Et du coup c'est pas compliqué : on croise tout. Une base très Rock qui tend à souvent s'exprimer. Sinon dans tous les sens on croise des speederies, un peu de chant extrême, des claviers qui deviennent fous à lier, des gros Bass Drop bien bien sales ou du 8-BIT Nintendo. J'ai déjà mentionné "Gekido Progressive" qui s'amuse à tout nous foutre à la suite sans qu'on capte rien à ce qu'il se passe, je mettrais aussi "Club Kids Never Die" qui complète admirablement le tableau. Par contre, gros problème du groupe : le chant. Alors là, ça casse. Les quatre jeunes filles arrivent parfois à faire du bon ("XYZ", la très Punk Rock "Seize The Day") mais alors sinon c'est une catastrophe monstrueuse, les lignes ne sont pas en rythme, manquent d'accroche quand ce n'est pas tout simplement complètement faux. Genre, on est hyper contents quand arrivent les assez nombreux passages très violemment autotunés. Urgh.
Après, perso, ça me dérange pas plus que ça. Et pour une fois du coup je me ferais pas traiter de pédophile, surtout qu'elles sont bien bien moins sexy que Yui et Moa (keur avec les mains). Mais je comprends que ces très bavardes et prenantes approximations soient intégralement rédhibitoires pour beaucoup.

Sans cela, comment dire. Objectivement, c'est incroyablement mauvais. Mais se faire enchaîner en mode refrain jumpy – gros wub wub à la SKRILLEX – accélération Metal Alternatif – orgie de synthés arc-en-ciel, rien comprendre à ce qu'il nous arrive pendant toute la durée de l'album qui ne nous laisse au final de pause dans son bordel que le temps de la traditionnelle ballade naze "Over There", ben ça laisse des traces. Toujours on hésite entre foutage de gueule intégral et génie absolu, et finalement on se dit que du coup c'est forcément les deux à la fois.
Et on adhère, on se laisse faire, et on finit par réécouter ça avec plaisir, en se disant que quoi qu'on fasse comme truc aberrant y'aura toujours un asiat de 10ans de moins que nous pour faire pire, on redécouvre des trucs à chaque fois et on prend de plus en plus plaisir à se foutre la tête dans les étoiles.
Les petites filles japonaises représentent le futur.
Deal with it.

Zettai : Rarement on aura autant maltraité la musique, pour le meilleur et le pire. Véritable melting-pot de tout ce que les metalleux détestent, résultat priceless.

A lire aussi en DIVERS :


The GATHERING
Souvenirs (2003)
Trip rock




VOLBEAT
The Strength / The Sound / The Songs (2005)
Une approche du Metal très originale


Marquez et partagez




 
   DARK MORUE

 
  N/A



- Des Japonais (des trucs)


1. Toxic
2. Gekido Progressive
3. Kiss No Hanataba
4. Club Kids Never Die
5. Xyz
6. Let The Revelry Begin
7. Over There
8. Asterisk
9. Seize The Day !!
10. Link



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod