Recherche avancée       Liste groupes



      
CRUST/ANARCHO PUNK  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

1985 Arise!
 

 Site Officiel (128)

AMEBIX - Arise! (1985)
Par CHAPOUK le 2 Février 2015          Consultée 1252 fois

AMEBIX, la légende du Crust, le pionnier de ce genre entre enfin sur Naïtfoll. Un groupe qui plaira à la fois aux punks et aux metalleux.

Les premiers apprécieront ce groupe qui s’est largement inspiré de CRASS pour toute la dimension politique anarcho-nihiliste caustique présente dans les paroles et pour le petit côté Punk Hardcore que l’on retrouve de temps en temps dans leurs morceaux, au milieu de cet imbroglio musical. Les seconds eux, apprécieront le côté Metal qui se dégage des compos d’AMEBIX.

Déjà ils remarqueront avec justesse que l’intro est une piste ambiante qui dans une certaine mesure se rapproche beaucoup de "Black Sabbath" l’intro du premier skeud du SAB’. La comparaison peut sembler étrange mais je vais m’expliquer, promis et vous comprendrez sûrement un peu mieux mon raisonnement.

Pour analyser les deux je vais les mettre à égalité et m’intéresser seulement à la partie ambiance musicale. "Black Sabbath" est un titre juste flippant, pas besoin de vous le décrire vous devez vous en rappeler : il installe progressivement une ambiance super malsaine grâce aux bruits de cloche, de pluie et d’orage, surtout avec l’aide de ce rythme lent très hypnotique et de ce fameux triton qui donne un côté maléfique au morceau. "The Moor" est un enchaînement, une accumulation de bruits plus étranges les uns que les autres (bruit de vent, de voix déformées/fantomatiques, et d’autres que je n’arrive pas vraiment à identifier) et l’ensemble donne un rendu dérangeant là aussi, puis apparaissent progressivement les instruments qui jouent là aussi quelque chose de lourd mais très lent. Par contre là où BLACK SAB’ s’amuse à nous laisser patauger dans son ambiance maléfique du début à la fin, AMEBIX enfonce le clou et fait augmenter la pression de façon insoutenable, pour déboucher sur "Axeman" dans un fracas de guitare et avec un hurlement à glacer le sang. Et là on se rend compte que cette chanson est la suite logique de "The Moor", la lande inhospitalière dans laquelle tu te promenais en serrant les fesses au début de ce skeud est devenue le terrain de chasse de l’homme à la hache qui te pourchasse sans relâche (trop de rimes en « ache » et « asse »). Ce côté un petit peu gothique qui ressort de cette histoire et de l’ensemble des morceaux, si on y regarde de plus près, est largement inspiré par KILLING JOKE. Et c’est ce qui fera du Crust un style musical beaucoup plus obscur que son petit frère le Punk.

Mais c’est quand même AMEBIX qui marie le mieux toutes ces influences. C’est le premier groupe de Punk pour moi à avoir autant misé sur ses ambiances. Il suffit d’écouter les enchaînements au sein même des morceaux. "Drink And Be Merry" par exemple démarre sur une sorte de mid-tempo sur lequel viennent se greffer des vocaux plaintifs (et insupportables pour moi honnêtement) puis ils s’éclipsent progressivement, et de façon tellement naturelle qu’on ne le remarque pas, pour laisser place à un beat Punk, accompagné par des grattes très Heavy, et à un chant rageur, qui explosent littéralement sur la fin.

Et puis on a quelques surprises au milieu de tout ça : "Arise!", par exemple. Un morceau de Thrash surprenant au premier abord, mais qui a tendance à être un chouïa répétitif, on sent bien que ce n’est pas de ce style que le groupe fait preuve de ses meilleures performances. Par contre le refrain est efficace à souhait et on peut même chopper par-ci par-là, des petits côté MOTÖRHEAD à la gratte. Et enfin le pont, où Le Baron déclame un discours rageur incitant à la révolte pendant que le tempo s’accélère considérablement en arrière-plan, est judicieusement placé ici juste pour faire monter la pression. Et enchaîner sur un titre des plus Punk, "Slave", avec ses chœurs électrisants.
Et enfin "The Darkest Hour" vient conclure et fermer la page de ce livre noir sur une note des plus poétiques et déchirées. Ce titre est une sorte de ballade bien dark pour résumer. Une intro en arpèges amène ce chant plaintif, puis, peu à peu, le chant se fait plus raw, plus Black Metal dans l’esprit car empli de rage et de douleur. Le morceau qui garde le même tempo presque tout du long, accélérant légèrement seulement à partir de 3 minutes, semble être là pour servir d’exutoire final à cet album empreint d’une énergie négative impressionnante.

En plus d’être à l’origine d’un courant musical, de mélanger divers horizons de façon magistrale, et de mettre autant l’accent sur les ambiances (c’est vraiment utile de le souligner chez un groupe de Punk, je vous assure), le groupe a des textes à la fois percutants et personnels. Contrairement aux autres groupes Anarcho qui crachent tous quasi de la même manière, avec à peu de choses près les mêmes mots, sur le système, les états, les religions, etc… AMEBIX réussit à critiquer tous ces éléments en offrant dans ses paroles une vision beaucoup plus personnelle et intériorisée du monde (dégueulasse) qui l’entoure.

"Arise!" est juste la première pierre, posée en 1985, qui sert de base au monolithe qu’est AMEBIX. C’est tout. Il faut accepter de se jeter dans cet univers sombre et froid au moins une fois pour saisir que le groupe est vraiment une entité non négligeable de la scène Crust / Anarcho-Punk.

A lire aussi en PUNK par CHAPOUK :


VISION
Watching The World Burn (2000)
Le monde brûle et les skateurs passent !




BLOOD FOR BLOOD
Outlaw Anthems (2002)
I hate you


Marquez et partagez




 
   CHAPOUK

 
  N/A



- The Baron Rockin Von Aphid (rob miller)
- Stig Da Pig (chris miller)
- George Fletcher (claviers)
- Spider (robert richards)


1. The Moor
2. Axeman
3. Fear Of God
4. Largactyl
5. Drink And Be Merry
6. Spoils Of Victory
7. Arise!
8. Slave
9. The Darkest Hour



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod