Recherche avancée       Liste groupes



      
AVANT-GARDE / SYMPHO  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Unexpect, Stolen Babies, Akphaezya
 

 Site Officiel (273)
 Page Facebook (241)
 Chaine Youtube (241)
 Soundcloud (237)

NIGHTMARES &ND COMEDY - The Opening / Tales Of Obscura (2014)
Par WËN le 6 Octobre 2014          Consultée 4487 fois

An UneXpect(ed) journey !

À force de nouveautés qui déboulent en un flux ininterrompu ; à force de labels exigeants à satisfaire ; à force, également, de trésors encore ensevelis à déterrer pour vous les exposer au grand jour, bande d'insatiables petites fouines ; à force, donc, de tous ces aspects liés à notre quotidien de chroniqueur, on en viendrait parfois presque à en omettre l'essentiel : vous (et nous) faire plaisir en braquant nos projecteurs sur certaines de nos jeunes formations hexagonales qui, non déméritantes, n'auront pas hésité à se fendre le croupion au cours des derniers mois pour nous présenter leur récent rejeton. C'est donc un juste retour des choses qu'avec nos propres moyens, nous puissions leur proposer une exposition plus conséquente sous les feux de la rampe ; exposition qui ne saurait d’ailleurs leur être que bénéfique.

Coup de projo, donc, sur les Rhônalpins de NIGHTMARES &ND COMEDY qui, sortis de nulle part, et sans quasiment crier gare, sont témérairement venus carillonner aux portes de l'inexpugnable castel nightfallien. Deux glas lugubres eurent à peine résonné que déjà s'ouvraient, en craquant sinistrement, les lourds battants mouchetés de rouille et de sang de notre lugubre repaire communautaire. Mais ce sinistre cadre ne devrait aucunement impressionner la petite troupe, familière qu’elle est de l’univers de Tim Burton ("Beetlejuice", "Edward Scissorhands", "The Nightmare Before Christmas") et dont elle a su puiser la substantifique moelle pour planter le décor, tant graphique que lyrique, de ce premier (mais double) recueil.

Désolé, point de hobbit ici, malgré ce que l’accroche pouvait laisser présager ; cette dernière ne me servant qu’à annoncer, bien maladroitement ajouteront les fans tout juste frustrés de JRR Tolkien, la référence musicale principale qui découlera naturellement des premières écoutes de cette paire "The Opening" (CD1) / "Tales Of Obscura" (CD2). J'ai pu voir plusieurs fois mentionner, ici et là, le nom du DIABLO SWING ORCHESTRA mais force est de constater que la musique du combo n'y fait finalement que rarement penser (à quelques rares gimmicks près issus de "The Case Of The So-Called Righteous Man"). En revanche, si une comparaison doit, à mon goût, prendre tout son sens, c'est bien avec nos fols et canadiens cousins d'UNEXPECT qu'elle doit avoir lieu, tant le Metal Avant-gardiste développé pendant près de 65 minutes par la jeune formation (fondée en 2010) semble œuvrer dans un créneau similaire (surtout sur le second disque). Mais je ne saurais m'arrêter là en ce qui concerne les accointances stylistiques (assumées ou totalement fortuites d'ailleurs) et, quitte à citer des formations reconnues pour leur travail de qualité, autant poursuivre avec la crème du genre en entourant ces nouveaux venus des noms d'AKPHAEZYA (pas tant pour le coté jazzy que pour la thématique basée sur des contes de royaumes imaginaires) et de STOLEN BABIES (pour cette touche cabaret-barré, renforcée par un accordéon déluré). On frôlera même SIGH sur "The Oboist And The Sweet Lady", c'est dire. Gardons cependant à l'esprit que ce maelstrom sonore, ponctué de breaks véhéments, que nous balance joyeusement en pleine poire N&M dès "End Of Comedy" tend néanmoins vers une orientation davantage symphonique, par rapport à la musique des combos précédemment évoqués.

Ce foutoir musical, maîtrisé je le rappelle, explore allègrement diverses facettes de notre musique favorite, si bien que l'auditeur, guidé d'une basse groovy et d'un dodu accordéon, pourra vite se surprendre à dandiner gaiement en compagnie de quelques avenants spectres écumant régulièrement les oniriques contrées d'Obscura pour, subitement, se retrouver en plan, abandonné, seul face à ses propres démons, figurés ici par de furieux blasts de batterie accompagnés de non moins sévères et catchy voire carrément Death Metal par moments riffs de guitares ("The Tricky Fairy", "Dirty Cage" ou encore "Heart's Bone" n'attendent que vos oreilles pour vous faire part de cette fureur psychotique). Tout vous narrer par le menu détail se révèlerait aussi difficile qu'inutile, tant tout ce beau monde tend à s'accoupler en une partouze sonore la plus totale. Chairs et bois, cordes et fûts, malaxés à outrance en cet orgiaque et orgasmique simulacre de création, donnent ainsi vie à une démente abomination de son et de sang qui, non contente d'exploser sciemment moult canons de la bienséance musicale, se permet en plus d'être sacrément bandante. Comme souvent pour ce genre d'œuvres à la dualité avérée, différentes approches en termes de chant sont bien entendu de mise et même plutôt bien exploitées ici. Chant lyrique et incartades plus burlesques sont à mettre au crédit de la misse Lydia Posé-Robin, tandis qu'échoient à ses confrères masculins les parties gutturales (grunt classique et aspiré, bien que le second me paraît un chouïa moins convaincant).

Vous vous faites à peu près une idée du tableau ? Bon et bien tâchez d'oublier tout ce que je viens de vous raconter, N&M sont déjà passés à la mesure suivante et se trouvent sans doute en train d'enchaîner à bras raccourcis sur un truc qui n'a déjà plus rien à voir avec votre idée première. Pour troller leur auditorat, nos troubadours de l'avant-garde se posent là !

Amateurs du genre ou de Metal Symphonique, curieux ou tout simplement badauds à la recherche de nouveautés et d'œuvres non linéaires, je ne pourrai donc que vous recommander de coller rapidement vos cages à miel à ce premier jet foutrement ambitieux et maîtrisé de NIGHTMARES &ND COMEDY, qui parvient ici à ne faire preuve d'aucune faiblesse notoire (mis à part peut-être ce look goth-indus adopté pour les photos promo qui dénote, à mon avis, inpeutipeubocou eu égard de la musique proposée… Mais bon… Les croûtes et les odeurs, me direz-vous…). Encore un peu candide par moments, cela fait néanmoins plaisir de voir ce genre de formations à la musique osée, parvenir à tracer son bout de chemin qui plus est au sein d'une scène (la région Rhône-Alpes) au lèche-boulisme avéré pour tout ce qui touche au Mélo-Thrash-Core-Tsointsoin. Bref, comme le dis si intelligemment le combo : "Soyez curieux, retrouvez cette âme d'enfant que ce monde sans scrupule tente chaque jour de vous enlever !"

A lire aussi en AVANT-GARDE par WËN :


LYCHGATE
An Antidote For The Glass Pill (2015)
En une prison de verre ...




ÖXXÖ XÖÖX
Nämïdäë (2015)
Flamboyance et décadence


Marquez et partagez






 
   WËN

 
  N/A



- Lydia Posé-robin (chant, clavier)
- Alexandre Dieux (chant, guitare)
- Nicolas Bonnard (chant, basse)
- Yoann Dubost (guitare)
- Charly Bourgeois (accordéon)
- Rémi Burlaud (batterie)


- cd1 : The Opening
1. Te Tagata Vahe Moemisi
2. End Of Comedy
3. Heart's Bone
4. My Silent Murder
5. Myrias
6. The Last Memory

- cd2 : Tales Of Obscura
1. The Sad Sandman
2. The Oboist And The Sweet Lady
3. The Tricky Fairy
4. Funeral Oraison
5. Dirty Cage
6. The Gaze Of The So-called Righteous Man



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod