Recherche avancée       Liste groupes



Moyenne établie
sur la base de
11 commentaires notés  
[?]



Deep Purple
The Battle Rages On
Page  1 | 2 | 3 |

le 11 Septembre 2017 par SWISSIDOL


J'avais nettement préféré "Perfect Strangers" et même "The House Of Blue Light". Sur ce dernier, DP essayait de se moderniser un peu ; avec "The Battle Rages On", il rentre dans le rang avec des compos certes réussies ("The Battle...", "Anya", "Solitaire", "Time To Kill") mais aussi pas mal de morceaux mollassons comme "Lick It Up" ou "One Man's Meat".
Je ne sais pas, je ne ressens pas la flamme de la part des artistes à l'écoute de cet album.

le 18 Juillet 2012 par XAV


Monsieur Jon Lord s'en est allé, et cet album se retrouve être le dernier DEEP PURPLE qui l'associe à Ritchie Blackmore. On y trouve quelques grands moments, "Anya", "The Battle Rages On", et surtout le splendide solitaire, ultime duel entre les deux génies.

Putain Ritchie, pourquoi t'as passé quinze ans à faire de la fausse musique médiévale en collant, maintenant on sait qu'on ne reverra jamais le grand RAINBOW, le DEEP PURPLE mk II et le DEEP PURPLE mk III. Quelle tristesse...

Adieu monsieur Jon Lord, merci pour tout.

le 24 Octobre 2009 par DAMIEN33


"The Battle Rages On" aurait pu être un excellent album si Roger Glover, John Lord et Ian Paice n’avaient pas viré Joe Lynn Turner sous prétexte qu’il fallait célébrer le 25e anniversaire du groupe avec le "Mark II", avec Ian Gillan. Blackmore et Turner s’entendaient très bien, le groupe aurait pu faire un album peut être meilleur que "Slaves And Masters" mais non, les tensions entre Gillan et Blackmore empêchèrent les membres de se lâcher véritablement. Pourtant, "The Battle Rages On" n’est pas mauvais, mais il aurait pu être amélioré.

Ça commence fort avec "The Battle Rages On", un très bon morceau de Heavy Metal Mélodique qui ressemble à ce que RAINBOW fera à sa reformation avec Doogie White. "Anya" est sans nul doute la meilleure chanson de l’album. C’est elle qui m’a fait découvrir le Hard Rock et DEEP PURPLE par la même occasion. Mon frère était intrigué par la musique que notre père mettait à fond sur sa chaîne hifi dès que sa femme était absente et lui a emprunté ce CD. Il l’a écouté en entier pendant 2 heures environ. Puis il m’a appelé et m'a dit que ça faisait 30 minutes qu’il écoutait la même chanson : "Anya". Et là, la CLAQUE : « Ce guitariste joue super bien ! » (faut dire, il y a une différence de niveau entre Ritchie Blackmore et Mike Shinoda, car comme tous les jeunes, j’écoutais LINKIN PARK…) Après l’avoir écouté 2 fois, je suis sorti de la chambre en chantant à voix basse : « Aaaaaaaaaaaaaanya Aaaaanya… »

"Solitaire" est le deuxième meilleur morceau de l’album. La voix de Gillan donne un aspect un peu gothique à la chanson et Lord nous livre un grand final. A noter que l’intro fut reprise pour le générique de "X-Men : The Animated Series". Le reste de l’album n’est pas mauvais mais n’a rien d’exceptionnel.

Au final, "The Battle Rages On" est un bon album qui aurait pu être meilleur si des tensions n’avaient pas existé entre les 2 leaders.

3,5/5 arrondi à 4/5.

le 31 Août 2009 par HAWKMOON


Un album qui montre que DEEP PURPLE n'a pas fait le deuil de sa gloire passée. Trois titres sont clairement au-dessus du lot : "The Battle Rages On", "Anya" et "Solitaire" et assurent à cet album une tenue très correcte par rapport aux dernières réalisations. Mais le Mark II a vécu et la fin de ce line-up était la seule issue possible en y réfléchissant bien.

le 10 Décembre 2008 par BLACKSHEEP


Les situations de crise de DEEP PURPLE sont devenues légendaires, "The Battle Rages On…" en est un bon exemple : à l’origine, cet album avait été prévu pour être chanté par un certain Joe Lynn Turner, et je confirme ce qui est dit dans la chronique, la maison de disque fit pression pour obtenir une reformation du Line up Mark 2, auteur notamment de DEEP PURPLE "In Rock" et "Perfect Strangers".

Du coup Gillan, ravalant sa fierté, s’est retrouvé en studio en tête à tête avec Glover, avec pour mission de Graver son bel organe vocal en sept semaines sur les « Backing tracks » d’un album qui avait donc déjà été enregistré par le reste du groupe, mais pour un autre chanteur !

Le résultat du « merveilleux travail d’équipe » de ces capricieux vétérans du Hard ?
Un très bon album, assez proche d’un « Perfect Strangers » en moins homogène toutefois, mais avec une production sonore un peu plus élégante et moderne à mon goût.

Cependant, quand on connait bien les autres albums du groupe, on se rend compte que nous avons ici affaire à un DEEP PURPLE triste et déprimé, qui voudrait moderniser et renouveler sa musique, mais se rend compte qu’il n’y parviendra pas, rongé par les conflits internes, dépassé par les jeunes générations du Heavy Rock, condamné à tourner en rond et jouer sur la nostalgie : le serpent se mort la queue, comme sur la jaquette du disque !
Et même les soli de Blackmore, pourtant magnifiques, ont un goût amer.

En découle une détresse poignante, illustrée par ma composition préférée de l’album :
« Solitaire » et son ambiance presque Gothique.
Je citerais aussi « Anya », épique et fascinant avec le recul, car Blackmore y dévoile des embryons d’idées nouvelles qu’il développera plus tard, avec DOOGIE WHITE et CANDICE NIGHT, hors de la maison Purple.

La chanson qui a donné son nom à l’album « The Battle Rages On… » avec son côté un peu Heavy Metal mélodique, nous renvoie à un « Perfect Strangers » mais avec un motif oriental moins flagrant (astucieux !) et fait penser au groupe PRETTY MAIDS, ce qui me paraît logique.

« A Twist In The Tale » ressemble un peu à la version speedée de "Lazy" que Blackmore aimait autrefois interpréter en concert pour frimer et montrer la vélocité de sa main droite. Mais ce guitariste a toujours aimé recycler ses riffs, une attitude courante dans le hard qui ne me dérange pas du tout, bien au contraire !

Ce qui me dérange un peu, en revanche c’est qu’après les 4 titres que je viens de citer, le reste de l’album soit un peu moins mordant, moins ambitieux, plus simplement Rock et routinier, mais comme ça reste d’un très bon niveau, ce n’est pas un bien gros défaut !

« Ramshakle Man » est à traiter à part, car c’est plus une plaisanterie, une Private Joke qu’autre chose, car c’est "le" Thème rythmique de Boogie américain traditionnel, genre CANNED HEAT, qui avait déjà servi de base pour créer le single « Black Night » mais aussi « La Grange » de ZZ TOP, et repris par…a peu prêt tout le monde, y compris Joe Satriani.

Ce qui nous rappelle qu’en 1993 DEEP PURPLE n’est déjà plus qu’un vieux tacot en panne de freinage et qui va droit dans le mur, deux uniques solutions :
- Sauter en marche (solution choisie par Blackmore).
- Prendre un virage perpendiculaire (solution choisie par le reste du groupe).

En conclusion : indispensable pour ceux qui veulent tout connaître de la carrière du ténébreux guitariste, mais pas indispensable pour ceux qui ne veulent que des grands classiques de DEEP PURPLE, car ce disque, bien que très intéressant et apte à satisfaire les vrais Purple maniacs, ne possède pas l’alchimie nécessaire pour devenir un véritable grand classique du groupe.
Mais je suis du même avis que Le Galli, de là à se réjouir du départ de Blackmore et applaudir l'arrivée d'un autre guitariste, pour moi il faut être fou, ou masochiste, car ce split signifiera la fin d'une légende,
il était une fois: DEEP PURPLE !













1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod