Recherche avancée       Liste groupes


Auteur
 

Groupe
    

Classement équipe
  
Référendums
  


JULIEN - 2000
Consulté 2663 fois
RHAPSODY - Dawn Of Victory

Certains ne comprendront pas, mais c'est là mon petit préféré de la saga RHAPSODY, celui où le groupe italien trouve l'équilibre le plus juste entre la musculature de son Heavy Speed épique et les arrangements orchestraux et autres chœurs titanesques. Les morceaux cognent, la batterie a davantage de punch que la vilaine programmation des premiers chapitres de la saga, et le groupe parvient à ne pas trop en faire, à mieux doser ses effets, aboutissant ainsi à l'album le plus brut de la tétralogie. Gloria Perpetua !

IMMORTAL - Damned In Black

Après le génial retour du groupe avec un "At The Heart Of Winter" épique à souhait, " Damned In Black " marque une étape nouvelle : les riffs font mouche, Abbath reste Abbath (reconnaissable entre tous), quelques claviers soulignent le tout, et les compositions sont globalement plus directes et carrées, et s'éloignent en cela du IMMORTAL furieux de l'époque Demonaz. Et comme le groupe n'en lâche pas pour autant son authenticité et son inspiration polaire, on ne peut qu'applaudir.

IN FLAMES - Clayman

La concrétisation commerciale de l'excellence d'un des précurseurs du Death mélodique : les acquis Heavy de "C.O.L.O.N.Y." sont conservés, et le groupe accroît le potentiel de sa musique en y injectant des riffs encore plus francs, davantage de synthés, et un chant clair gueulé qui fait son apparition. Quelques chorus de guitares magiques et chantants comme le groupe sait si bien les trousser, et l'affaire est dans le sac. En prime : une grosse production.

MISANTHROPE - Misanthrope Immortel

Ils sont loin les temps où ce groupe français sévissait dans l'underground avec son Techno Death bizarre. " Libertine Humiliations " témoignait d'une coloration à la Death mélodique suédoise, " Misanthrope Immortel " s'inspire lui, plutôt, du Heavy Speed finlandais… mais toujours avec cette touche inimitable MISANTHROPE. Et comme SAS fait presque dans la sobriété (pour une fois), même le non fan du groupe pourra apprécier ce Heavy Death mélodique plein de synthés et de mélodies atypiques et bigrement bien ciselées.

NIGHTWISH - Wishmaster

Le troisième bébé du groupe fin landais, toujours dominé par des claviers emphatiques utilisés en lead. Le groupe y trouve un mode d'expression plus calme et moins typé Speed que sur " Oceanborn ", accumule les hits tout en suscitant davantage d'émotions… et Tarja utilise au mieux son chant soprano lyrique. J'aime !

SYMPHONY X - V

Le groupe américain, déjà auteur de deux merveilles d'un Metal Prog classieux, puissant et épique, s'essaie ici à l'expérience de l'album concept. Et c'est totalement réussi : les claviers ont pris un toute autre dimension, et bâtissent une charpente sonore digne d'une BO, Roméo nous scotche avec son jeu de guitare à la fois technique, carton (quels " power " riffs) et ultra léché, et Russel Allen s'affirme comme un très grand chanteur, avec un charisme gros comme ça. Un disque déstabilisant à la première écoute, mais qui finit par vous ensorceler par son intensité et sa richesse. SYMPHONY X est très grand !

CRADLE OF FILTH - Midian

Chapitre cinq de la saga du p'tit Dani et de ses amis suceurs de sang, marqué par un renversement total de production, avec un son plus sale et gras. Attention, c'est pas du Stoner ! On reste dans un Black fouillé, superbement orchestré, avec une ambiance ténébreuse toujours aussi prégnante et ce petit côté enivrant spécifique au groupe… en dépit des cris d'orfraie de Dani. Quelques touches plus Death dans les guitares et la présence de Sarah Jezebel Deva finissent de nous convaincre de l'excellence de la chose. Très bon disque.

HELLOWEEN - The Dark Ride

Un album étrange et hanté d'un compromis entre les investigations sombres et expérimentales d'Andi Deris, Uli Kusch et Roland Grapow et l'enkystement forcené de l'insaisissable Weiki dans un univers Speed optimiste typiquement HELLOWEEN. Une tension qui débouchera sur la dislocation du line-Up, et sur un gros coup de rétro-fusées avec le classique " Rabbits Don't Come Easy ". Et c'est bien dommage, car il y avait là de quoi renouveler l'image d'HELLOWEEN. Mon disque d'HELLOWEEN préféré de la période Deris, juste derrière le génial " Time Of The Oath ".

VIRGIN STEELE - The House Of Atreus Part 2

Double album pour refermer le sujet entamé sur le Part 1, paru en 1999. Un deuxième volet singulier, avec un premier disque très Metal épique et une deuxième plus orienté instrumentaux et piécettes orchestrales. C'est bien fait, David DeFeis est un chanteur passionné, mais une production un peu fluctuante et des arrangements de claviers souvent un peu cheap gâtent l'ensemble. Inspiré tout de même, mais je préfère le Part 1, plus pertinent à mon sens.

ANOREXIA NERVOSA - Drudenhaus


Ils sont français, ils débarquent avec un album de Black Metal symphonique truffé d'orchestrations dantesques et animé par un chanteur enragé, ils utilisent le français, l'allemand, le latin… et ils enterrent 99 % des combos pullulant sur la scène Black actuelle. Un disque d'une intensité phénoménale et d'une beauté fatale. Un chef d'œuvre à ne surtout pas manquer.

BLAZE - Silicon Messiah

Blaze a-t-il quitté MAIDEN ? Fut-il congédié pour d'évidentes raisons commerciales ? On ne saura peut-être jamais. Par contre, ce qu'on aura pu découvrir, c'est que le gars avait du ressort. La preuve avec ce " Silicon Messiah " : Heavy classique maidenien (eh oui !) mêlé d'influences plus modernes et Power, chant impeccable, jeune groupe affûté, production monstrueuse, compositions inspirées... tout y était ! Un coup d'essai transformé en coup de maître ! Félicitations Blaze !

DIE APOKALYPTISCHEN REITER - All You Need Is Love


Après deux premiers disques bien troussé et déjà originaux, D.A.R. explose avec un "All You Need Is Love" qui pousse plus loin le concept de Patchwork extrême : du Death, du Black, du Heavy, un peu de Folk, des éléments indéterminés, pas mal d'humour et un esprit déconne et Total Metal dégoulinant par tous les pores. Affaire à suivre de près !

DEMONS & WIZARDS - Demons & Wizards

L'alliance des rythmiques Power/Thrash de tueur de Jon " ICED EARTH " Schaffer et de la voix magique de Hansi " BLING GUARDIAN " Kursch. Et quand les talents trouvent un terrain d'entente, ça donne un excellent disque de Metal, survolé par un vocaliste hors paire qui parvient à humaniser une musique dure et sombre. Du tout bon !

GAMMA RAY - Blast From The Past

'Tain la compile ! Ré-enregistrements de morceaux de l'ère Scheepers et du triptyque magique de " Land Of The Free ", remasterisation des élus de " Somewhere Out In Space " et " Powerplant ", GAMMA RAY n'a pas célébré sa première décennie d'existence avec un misérable gâteau de grande surface surmonté de dix pauvres bougies ! Quelques inédits et on était bon pour la mega fiesta… Indispensable à tout fan de Speed qui se respecte.

HALFORD - Resurrection

Pendant que JUDAS PRIEST cherche (et ne trouvera pas) l'inspiration pour pondre un disque valable après le très Power " Jugulator ", Rob Halford essaie de son côté de reconquérir un public boudant l'escapade indus TWO. Une démarche qui sent bon le marketing, mais grâce au talent du bonhomme et à celui du magicien Roy Z (à qui Dickinson doit également beaucoup), ce " Resurrection " tape juste : du Heavy de tradition de très bonne tenue, avec la voix du God Of Metal.

SONATA ARCTICA - Ecliptica

Présentés comme les "petits STRATOVARIUS", les jeunes musiciens de SONATA ARCTICA arrivent en 2000 sur une scène saturée de Speed mélodique… et parviennent à prendre tout le monde de court avec des mélodies magnifiques, des lignes vocales supérieures et une fraîcheur irrésistible. Mon chouchou dans le genre. Magistral !

AC/DC - Stiff Upper Lip

Une surprise que ce retour d'AC/DC à quelque chose de plus bluesy. Mais les glapissements crispants de Brian Jonhson me donnent envie de déchiqueter sa vilaine casquette et de lui filer un bon coup de pieds dans les roustons. Et puis les morceaux s'avèrent vite répétitifs et tout de même un peu pépères. Ca vieillit tout ça, ça vieillit…

IRON MAIDEN - Brave New World

Le retour au bercail de Dickinson et Smith agit comme un fortifiant nostalgique sur un public qui commençait à délaisser nos britanniques. Et " Brave New World " en profita largement, nombre de fans et de journalistes exaltés criant au miracle. Pas moi : rien de très neuf, des refrains simplistes répétés à outrance, des morceaux exagérément rallongés… On est loin du génie des 80's. Même avec trois guitares et Dickinson dans les rangs.

MOTORHEAD - We Are MotÖrhead

Le cru 2000 de MOTORHEAD est terriblement décevant. On nous promettait un retour au Rock'n Roll, on aurait droit à un autre de ces albums métallisé du bombardier, avec un son crade et peu puissant et un Lemmy enroué. Un groupe qui sonne très fatigué, et ça ne fait pas plaisir à entendre. C'est pas l'année des monstre sacrés…

STRATOVARIUS - Infinite

Un groupe que j'ai toujours considéré comme surestimé. Et ce n'est pas " Infinite " qui va infléchir mon avis : " Hunting High And Low " pompe la mélodie de basse de " Breakthrough " de QUEEN, et le groupe enchaîne des compos Speed assez optimistes, peu originales, et toujours défigurées de textes atrocement niais. A ne surtout pas traduire en français devant vos potes ! L'intimiste " Mother Gaia ", le break thrashisant de " Phoenix " et quelques passages pas vilains font leur effet, mais le reste est un peu conventionnel et souffre de plans hyper convenus à la MALMSTEEN. Bof bof !







1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod