Recherche avancée       Liste groupes



      
DOOM METAL  |  STUDIO

Lexique doom metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


ABLAZE IN HATRED - The Quietude Plains (2009)
Par ORPHANAGE le 28 Juin 2009          Consultée 1305 fois

Assurément, "Deceptive Awareness" était un beau premier album. Ce Doom fluide, parfaitement produit, au son lourd, moderne et atmosphérique, avait quelque chose de forcément prenant. Sa sincérité était servie par un son clair, un sens du massif et du majestueux ; l’évidence même. Il y avait dans ses méandres mélodiques quelque chose de franchement poignant, une sorte de vérité immédiate, essentielle ; et s’il était exagéré de le qualifier de chef d’œuvre, soyons bons joueurs : il fallait compter avec ABLAZE IN HATRED. Alors en pleine ascension médiatique – toutes proportions gardées, naturellement –, le Doom Mélodique avait bonne presse, surtout que 2006 était aussi l’année du fabuleux "Veronika Decides To Die" de SATURNUS, désormais vénéré (à juste titre) ou encore du "Dismantling Devotion" de DAYLIGHT DIES, pour ne citer qu’eux. L’amertume n’en est que plus grande lorsqu’on découvre un "The Quietude Plains" aux allures de minimum syndical…

Que reste-t-il de nos espoirs aujourd’hui ? Une copie pâle et… décevante. Pour commencer, le son n’a pas progressé d’un iota, et se prélasse béatement dans les acquis massifs et les modernités synthétiques. La production est ancrée dans son temps, à la fois résolument métallique et soigneuse envers les nappes atmosphériques… SHAPE OF DESPAIR passé à la moulinette, du genre parfaitement digéré, ressorti scolairement et dans les grandes lignes. ABLAZE IN HATRED semble avoir compris ce qu’il y avait à comprendre dans un style aussi particulier, mais sans plus aucune étincelle de magie – ou alors, étincelle très sporadique, nous y reviendrons. Les riffs sont efficaces, mais bien trop répétitifs, la progression des morceaux est nulle, et rien, dans la linéarité, ne parvient à fasciner et accrocher.

N’est pas SHAPE OF DESPAIR qui veut, donc. Oh, c’est sûr, ABLAZE est différent, et joue clairement dans la cour Doom/Death Mélo, mais son exercice de l’envoûtement est souvent avorté par sa petite santé, et les compositions trébuchent dans l’ininspiration et l’ennui (tout particulièrement le titre "Perfection Of Waves", d’une inutilité étonnante). Parfois, au détour d’une mesure, à l’accroche d’un son, la magie revient un peu, et la beauté plastique s’impose comme une évidence ("The Wandering Path", le beau et plus varié "Therefore I Suffer"). Et il faut avouer que le chanteur est très bon, que la profondeur de ses grunts aide souvent les titres à se relever un peu, à s'imprégner d'une plus grande conviction.

On comptait sur ABLAZE IN HATRED pour délivrer une belle deuxième copie, lui qui portait en lui les plus sérieux espoirs de la scène Doom Mélodique. Sans être une catastrophe, "The Quietude Plains" fait un peu l’effet d’un pétard mouillé. Les principes du premier album y sont, mais la magie est un peu éteinte et l’on attendait bien plus de rebondissements. L’écoute n’est pas désagréable, elle est parfois même émouvante et apaisante, mais elle ne peut qu’être distraite, car le groupe capte très difficilement l’attention de l’auditoire. Que faire alors ? Il serait tout de même dommage, pour ceux qui ont vraiment aimé l’album précédent, de ne pas essayer d’écouter celui-ci, car les filons restent sensiblement les mêmes, et il est tout à fait possible de passer un bon moment ; mais dans l’absolu, la véritable valeur de l’opus est moindre. Artistiquement, la démarche est trop éprouvée, la conviction manque un peu et on a vite l’impression d’avoir fait le tour de la question.

En somme, ABLAZE IN HATRED aura eu le mérite, avec ce petit faux-pas discographique, que l’on espère passager, de montrer que le Doom/Death mélodique est devenu fort usuel, que ses poncifs sont trop bien installés, que le genre commence à être très connu… et qu’il faut songer à réinventer ses archétypes ou réussir à transcender ses émotions potentielles.

2.5/5

A lire aussi en DOOM METAL par ORPHANAGE :


SATURNUS
Veronika Decides To Die (2006)
Doom/Death atmo...superlatifs accumulés.




COMATOSE VIGIL
Not A Gleam Of Hope (2006)
Chef d'oeuvre funeral doom atmosphérique


Marquez et partagez




 
   ORPHANAGE

 
  N/A



- Juhani Sanna (guitare)
- Mika Ikonen (chant, guitare)
- Miska Lehtivuori (basse)
- Antti Hakkala (batterie)
- Eve Kojo (claviers)


1. A Walk Through The Silence
2. Perfection Of Waves
3. The Wandering Path
4. Beyond The Trails Of Torment
5. The Quietude Plains
6. My Dearest End
7. Therefore I Suffer



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod