Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL GOTHIQUE  |  STUDIO

Lexique metal gothique
L' auteur
Acheter Cet Album
 

2007 Hilfe

ATOMICA - Hilfe (2007)
Par BAST le 21 Avril 2008          Consultée 1889 fois

C’est plus qu’une impression, presque une certitude. Chaque jour, un musicien décide de monter son propre groupe de metal, heavy, black ou gothique. Ça n’est pas possible autrement. Chaque jour aussi, un amateur en devenir vient d’écouter un album assez marquant pour l’inciter à acheter tout ce qui existe dans le genre. Chaque jour encore, un autre amateur, beaucoup plus aguerri, emprunte une autre voix. Après avoir écouté le cent trente huitième album de heavy/prog italien, il se dit que c’est quand même toujours le même principe et qu’il serait peut-être grand temps de passer à autre chose. Le revival true a mis du temps avant d'en pâtir. La déferlante black poli à la DIMMU, aussi. Etrangement, pour le metal à chanteuse initié par THEATRE OF TRAGEDY, prolongé par WITHIN TEMPTATION puis consolidé par EPICA, le couperet s'est abattu plus rapidement. Pourtant fort d'un succès aussi considérable qu’inespéré, le genre a toujours lutté contre l’engorgement, condamnant presque systématiquement les postulants fraichement débarqués.

Nouveau venu, patronyme en ICA qui sent le foutage de gueule à plein nez, musique qui fait se mêler le soufre des growls, la rythmique du heavy et la délicatesse d'un organe féminin, renouvellement inexistant, rien de bien nouveau dans cette description sommaire d’ATOMICA. Et à partir de là, le chroniqueur, à force de consacrer ses mots aux mêmes mixtures, fini lui aussi par sombrer dans la redite. Même l’intro tirée par les cheveux peine à faire croire à un angle de traitement différent des fois précédentes. Tant pis, va pour la description de rigueur.

Groupe originaire de Saint Petersburg, ATOMICA démontre l'ouverture des formations russes vers le heavy et ses ramifications. Les groupes de qualité ne manquent pas. Pour s’en convaincre, un effort est nécessaire. Car la distribution des albums russes a encore du plomb dans l'aile. Cela dit, il semblerait que la Russie se suffise à elle-même et que les formations n'aient pas comme ailleurs l'impérieuse obligation de s'exporter pour vendre correctement.

ATOMICA détient deux atouts. Le premier, c’est d’avoir su composer sans réel mauvais goût. D’accord, de chaque titre exsude l’odeur acre du renfermé. A côté de ça, il n’est pas un titre qui échoue complètement à séduire. Le second tient dans les arrangements choisis par les russes. Le quintette se montre un élève fort de quelques initiatives. Prenons le premier titre, par exemple. Intro sans âme, couplet monotone. Une démonstration parfaite du groupe qui n'a rien à dire. Puis tout change à compter du refrain. Guitare qui postillonne, grunts crades rythmés comme du RAMMSTEIN puis break entrainant, on constate que le conventionnel à su s’accommoder d’une façon suffisamment surprenante pour interloquer. Résultat, le premier titre qui démarrait comme une catastrophe parvient à proposer de bons moments. La suite tirera les mêmes conclusions : des temps forts pour une écoute qui se déroule avec une certaine attention.

Pour autant, ATOMICA ne doit être conseillé qu'aux amateurs indéfectibles. Ceux qui farfouillent çà et là à la recherche, sinon du nouveau prodige, au moins d'une formation capable de les faire patienter avant le retour des divas. « Hilfe » se positionne dans le ventre mou et gras du genre, là où les groupes savent composer des titres accrocheurs mais échouent à se hisser plus haut qu'une moyenne convenable. Gourmandise gargantuesque, lassitude à peine entamée, conciliation bon enfant, trois maîtres mots pour apprécier un album qui arrache sans forcer de bons moments, ni plus ni moins. Et pour l'oreille qui s'est déjà bien gavée de ce genre de mélodies, de ce mariage des genres, la petite touche personnelle, a coups d'ambiances à peine décalées, fruit probablement d'une volonté de mêler à la mixture connue sur le bout des doigts une pincée d'exotisme, ne suffira pas. C'est encore trop peu. Reste qu’on peut espérer une suite mieux bâtie et apte à éviter une conclusion aux contours tracés en filigrane : ATOMICA a tout du pique-assiette.

A lire aussi en METAL GOTHIQUE :


ETERNAL TEARS OF SORROW
Chaotic Beauty (2000)
Superbe production de death mélo symphonique




MOONSPELL
The Great Silver Eye (2007)
Un best of pour découvrir le groupe...


Marquez et partagez




 
   BAST

 
  N/A



- Yuhki (clavier)
- Yama-b (chant)
- Syu (guitare)
- Junichi Sato (batterie)
- Yu-to (basse)


1. Red Horizon
2. New Legend
3. The Night Craver
4. Aim At The Top
5. Everlasting
6. Last New Song
7. Don't Touch
8. The Flame
9. Chasing The Wind
10. Sign Of Revolution
11. Cry For The Dark
12. The Sun Goes Down



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod