Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH MELODIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


BECOMING THE ARCHETYPE - The Physics Of Fire (2007)
Par BAST le 13 Janvier 2008          Consultée 2526 fois

Le greffon death à la DARK TRANQUILLITY posé sur une base metalcore prononcée était plutôt timide sur « Terminate Damnation ». Avec « Physics », il s’élance désormais en bourgeons éclatants, au point que l’étiquette ne fait plus aucun doute. On est bien en présence de death mélodique, avec ceci d’agressivité exaltée conservée des premières années. Les premières écoutes sont plutôt bonnes. Sans retenir quoi que ce soit de foncièrement marquant, on croit surtout entendre la promesse d’un album efficace. Une erreur, probablement induite par la production à faire s’ébranler les plaques tectoniques. BTA dispose bien d’atouts, j’avoue que l’ennui l’a emporté en matière d’activité cérébrale.

Ca commence pourtant bien avec « Epoch Of War (The Physics Of Fire pt. 3) », titre brut et déchainé, mélodique et cinglant à la fois. C’est peu à peu que le décrochage va s’opérer. Comme sur « Immolation » qui use de toutes les ficelles du genre sans réussir à sortir la cohésion suffisante pour séduire. Les passages mis bout à bout, comme ces accélérations ou ce break atmo ont de l’attrait. Le titre en lui-même ne distille finalement pas grand-chose. Même constat sur « Autopsy » qui, en dépit d’un solo jouissif, n’atteint qu’à moitié son but. D’ailleurs, il s’agit peut-être de la principale force de BTA puisque les soli de qualité ne manquent pas (« The Great Fall (The Physics Of Fire pt. 1) », « Second Death »). Si la guitare est généreuse à ce niveau là, sa contrepartie rythmique ne dispose pas du même charisme. A part le final de « The Great Fall (The Physics Of Fire pt. 1) » ou « The Balance of Eternity (The Physics Of Fire pt. 4) », le service est défectueux. Les américains ne profitent pas de la prod miraculeuse à laquelle ils ont eu droit.

Tout n’est pas mauvais, il ne faut pas exagérer. J’ai vanté les qualités de « Epoch Of War (The Physics Of Fire pt. 3) », souvenez-vous. A ses côtés, on citera aussi « Nocturne », un instrumental aux atmosphères épaisses, presque black, aussi simples qu’accrocheur, « The Monolith » à l’intensité débridée ou encore le long « The Balance of Eternity (The Physics Of Fire pt. 4) » qui nous sert quelques plans jouissifs – enfin ! - avec ces changements de rythme, cet excellent passage au piano ou cette montée en puissance décomplexée et bien maitrisée.

Le potentiel est bien là, je dois le reconnaître. D’autant qu’avec une prod aussi bétonnée, il y a matière à tout exploser. Mais le côté chien fou incontrôlable de cet album ne prend pas. Sur l’ensemble des expressions qu’un visage est capable de produire à l’écoute d’un album de metal (elles sont nombreuses), ce sont les torsions grimacées et les moues désapprobatrices qui l’emportent. On verra par la suite de quelle manière le tir pourra se voir rectifié. Pourvu que le titre qui conclut cet album constitue un avant goût de son successeur...

A lire aussi en DEATH MELODIQUE par BAST :


DARK TRANQUILLITY
Damage Done (2002)
Death melodique

(+ 2 kros-express)



AMON AMARTH
Fate Of Norns (2004)
L'apologie du riff...


Marquez et partagez




 
   BAST

 
  N/A



- Jason Wisdom (chant, basse)
- Alex Kenis (chant clair, guitare)
- Seth Hecox (guitare, clavier)
- Brent Duckett (batterie)


1. Epoch Of War (the Physics Of Fire Pt. 3)
2. Immolation
3. Autopsy
4. The Great Fall (the Physics Of Fire Pt. 1)
5. Nocturne
6. The Monolith
7. Construct And Collapse
8. Endure
9. Fire Made Flesh (the Physics Of Fire Pt. 2)
10. Second Death
11. The Balance Of Eternity (the Physics Of Fire Pt. 4



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod