Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL SYMPHONIQUE  |  STUDIO

Commentaires (3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

2007 1 Epinikion

EPINIKION - Epinikion (2007)
Par BAST le 13 Novembre 2007          Consultée 3862 fois

Ca débute plutôt bien. Du heavy épique assez direct, une chanteuse énergique pleine d’entrain, des lignes de chant fraîches et entrainantes ou un refrain bien senti, « The Conqueror » porte on ne peut mieux son nom. On est juste un peu étonné de voir débouler un heavy teuton de facture classique alors que la pochette laissait entrevoir des couleurs folkloriques prononcées. D’autant qu’on a affaire à des Ukrainiens et que ceux-ci rechignent rarement à octroyer aux mélodies inscrites à leur patrimoine un temps de parole conséquent.

La suite va contredire cette première et courte tendance. Sur deux aspects. On croyait les fioritures laissées de côté, elles vont rapidement entrer en scène : orchestrations sur « The City Of Heroes », chant opératique sur « Sorcerer » ou « Varangians », nappes de clavier omniprésentes. On situe de plus en plus précisément l’emplacement choisi par EPINIKION : entre un GRAVE DIGGER à qui on aurait limé les crocs des guitares, un RHAPSODY à l’appétit pour les compositeurs classiques réduit de trois quarts et un EPICA tortionnaire qui laisserait un temps de parole à Simone Simons réduit aux seuls refrains. Second aspect sur lequel la suite diverge du premier titre, la qualité des compositions. Si EPINIKION se montre à son aise sur « The Conqueror », il n’en va pas toujours de même dès lors que les arrangements jouent des coudes et prennent position. Les orchestrations proposées ou les passages à la NIGHTWISH s’avèrent pourtant réussis. C’est juste qu’au niveau des jonctions entre les plans résolument heavy et les envolés d’obédience symphonique, EPINIKION perd des points dans un manque flagrant de savoir-faire. Peu cohérent dans ses louvoiements qui l’emportent tantôt en territoire allemand, tantôt en Italie, EPINIKION boitille et cristallise son indécision.

Alors que « Autumn », ballade à la WHITE SKULL, tire son épingle du jeu (en dépit d’une place un peu prématurée, on l’aurait davantage vue au milieu de l’album), « The Sword » déroule cahin-caha. Un pas sûr de lui avec ce refrain pêchu, un trébuchement avec ces couplets au rythme monotone. Lui qui semblait gagner de l’intensité cède alors trois bonnes longueurs et échoue à séduire. Les enchaînements ne coulent pas de source, c’est le moins que l’on puisse dire. Même constant pour l’inégal « Sorcerer » qui doit sa survie à un refrain à la EPICA délectable, ainsi qu’aux ambiances fantasy joliment évocatrices. On attendait mieux d’un titre prometteur qui au final laisse l’impression d’un guide charismatique s’évertuant à vanter les splendeurs d’un paysage quelconque. Et rebelote sur « Varangians » ou « The City Of Heroes ». Le premier, qui conte les exploits des vikings venus porter leurs forfaits en Russie, fait étalage de mélodies en demi-teintes nettement renforcées par un refrain lyrique savoureux. Le second peine à décoller jusqu’au moment où l’influence RHAPSODY fait son entrée.

Constat un peu dur pour une formation pleine de bonne volonté. J’avoue avoir tenu à lui laisser le plus longtemps possible sa chance, probablement en raison des galères rencontrées par les Ukrainiens pour se dénicher un label. J’avoue aussi avoir hésité un moment sur la note finale. L’album ne m’a pas convaincu, certes, cela ne veut pas dire qu’il faut forcément passer au travers, d’autant qu’il est téléchargeable gratuitement et en intégralité sur le site officiel du groupe. Pour un premier essai, la condamnation est quand même évitée. EPINIKION accroche une moyenne qui lui laisse toutes les chances de faire bien mieux la prochaine fois. Avec une maturité affermie, probablement.

A lire aussi en METAL SYMPHONIQUE par BAST :


FAIRYLAND
Of Wars In Osyrhia (2003)
RHAPSODY vu par des français : magnifique !

(+ 1 kro-express)



DERDIAN
New Era Pt. 3 - The Apocalypse (2010)
Heavy sympho, révélation grandement confirmée


Marquez et partagez




 
   BAST

 
   FREDOUILLE

 
   (2 chroniques)



- The Encountress (chant)
- The Enforcer
- The Enchanter


1. The Battlefield (intro)
2. The Conqueror
3. Autumn
4. The Sword
5. The Sorcerer
6. The Beast
7. Varangians
8. Olga
9. The City Of Heroes



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod