Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

1987 Ezo
1989 Fire Fire

EZO - Fire Fire (1989)
Par THE MARGINAL le 15 Décembre 2006          Consultée 1874 fois

Le quartette japonais EZO en avait probablement surpris plus d'un en 1987 avec son premier album éponyme lorsque celui-ci s'était hissé à la 150ème place du Billboard US, ce qui avait fait de ce groupe la deuxième meilleure exportation du hard rock japonais après Loudness. 2 ans plus tard, EZO doit confirmer avec la sortie de "Fire fire"(chez Geffen, comme le précédent opus).

Pour ce second album, EZO a procédé à un changement de producteur: exit Gene Simmons, place à Stephan Galfas. D'autre part, les musiciens du groupe n'ont plus le visage maquillé, peinturluré.

C'est "Love junkie" qui ouvre les hostilités de ce second opus. Il s'agit d'un mid-tempo heavy mélodique quelconque, assez commun(malgré un bon solo) et, très honnêtement, il y a beaucoup mieux pour commencer un album. Le titre suivant, "Night crawler", est plus accrocheur, convaincant: punchy, il a un refrain hargneux et sa rythmique fait taper du pied. Le mid-tempo "Fire fire" commence, lui, de façon peu inspirée. Puis la chanson s'emballe peu à peu et le groupe gratifie son monde d'un intermède acoustique de bon ton peu avant le solo, puis d'un final épique haletant. EZO enchaîne ensuite avec quelques salves de premier ordre: "Wild talk", un titre énergique à connotation sleaze bien ancré dans son époque, "Burn down the night", un mid-tempo heavy mélodique prenant, bien construit et qui anticipe l'orientation musicale que prendra MEGADETH en 1994 aec "Youthanasia"(écoutez notamment les textures de guitare), "Black moon", un morceau heavy-rock rapide qui s'appuie sur une rythmique déchaînée, une basse groovy qui accompagne le solo et qui déménage, ou encore "Back to zero", un mid-tempo hard rock entêtant aux riffs crus. Comme autres bons titres, on mentionnera également "Streetwalker", un titre accrocheur au refrain fédérateur(repris en choeurs) qui donne envie de secouer la tête, et "Million miles away", un mid-tempo sleaze aux relents bluesy, axé sur la mélodie et dans la lignée des The Hangmen et Junkyard. A propos de ces derniers, il faut souligner que le chanteur David Roach et le guitariste Chris Gates ont co-écrit ce titre avec le combo japonais.

On trouve aussi sur cette galette des titres moins bons tels que "Cold-blooded", un titre mélodique à tendance commerciale, trop clean, ou encore "She's ridin' the rythm", un titre hard rock quelconque, pas très passionnant.

Dans l'ensemble, "Fire fire" est un album qui, sans forcément faire partie des meilleurs de l'année 1989(une année bien chargée), reste d'assez bonne qualité, même si on peut le trouver un peu moins efficace que son prédecesseur. Sur le plan commercial, "Fire fire" n'a pas eu de succès et reste à ce jour l'ultime trace discographique de EZO qui, par la suite, a complètement disparu de la circulation.

Véritable note: 3,5/5

A lire aussi en HARD ROCK par THE MARGINAL :


SILVERTIDE
Show And Tell (2004)
Hard rock

(+ 1 kro-express)



KEEL
The Right To Rock (1985)
Du hard us punchy et inspiré


Marquez et partagez




 
   THE MARGINAL

 
  N/A



- Masaki Yamada (chant)
- Shoyo Iida (guitare)
- Taro Takahashi (basse)
- Hiro Homma (batterie)


1. Love Junkie
2. Night Crawler
3. Fire Fire
4. Wild Talk
5. Burn Down The Night
6. Black Moon
7. Back To Zero
8. Cold-blooded
9. She's Ridin' The Rhythm
10. Streetwalker
11. Million Miles Away



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod