Recherche avancée       Liste groupes



      
POST-GRUNGE  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

2006 Phobia

BREAKING BENJAMIN - Phobia (2006)
Par BAAZBAAZ le 5 Septembre 2006          Consultée 3376 fois

Parfois, il faut savoir se mouiller. Et tenter de miser sur le bon cheval au lieu de rester indécis, de servir de la soupe tiède en évitant soigneusement de prendre le moindre risque : parfois, il faut savoir choisir. Où réside aujourd'hui l'intérêt – et l'avenir – du metal américain ? Sûrement pas dans le metalcore, déjà. On en reparlera dans quelques années, on fera le bilan. Mais gageons que ce style, déjà moribond, sera définitivement enterré. Le gros problème du metalcore, en effet, est qu'il ne possède aucune capacité de renouvellement. Absolument tout a été dit par les ténors du genre, KILLSWITCH ENGAGE en tête. Voire par les groupes de death mélodique européens. Et c'est précisément cette force de rajeunissement permanent, de réinvention récurrente, que semble posséder par contre le post-grunge : un style musical qui a déjà une quinzaine d'années d'existence et qui n'en finit pas de revenir sur le devant de la scène alors qu'on le croyait vidé, épuisé et destiné à disparaître. Aujourd'hui, une nouvelle vague annonce un retour en grâce pour le moins fracassant.

Après la génération de CANDLEBOX et STONE TEMPLE PILOTS, après celle de CREED, puis celle, décisive pour la scène actuelle, de NICKELBACK, voici qu'émerge une série de jeunes groupes très prometteurs : THREE DAYS GRACE, en deux albums à peine, est en passe de casser la baraque ; MERCY FALL, un peu moins chanceux mais tout aussi talentueux, a réussi un premier disque subtil et prometteur et le succès ne saurait se faire attendre. Et voici à présent BREAKING BENJAMIN, dont le troisième album marque l'aboutissement d'une longue maturation sonore qui trouve ici sa consécration. Avec, en guise d'amuse-gueule, un bon gros tube post-grunge qui se permet en toute modestie – en cet été 2006 – de jouer des coudes avec les RED HOT CHILI PEPPERS, STONE SOUR ou … THREE DAYS GRACE au sommet des charts rock américains : « The Diary of Jane », pièce d'orfèvre rutilante et clinquante, aiguisée comme une lame de rasoir, saturée de guitares enivrées et poignantes, construite autours d'un refrain démoniaque que survole le chant limpide et riche du l'excellent Ben Burnley.

Et ce coup de maître en annonce d'autres, parsemés tout au long de Phobia, disque réussi à la fois classique et surprenant. Classique, parce que tout ça sent le post-grunge à plein nez : les ambiances tristes et mélancoliques, les mélodies emphatiques, les couplets souvent calmes et lents, les explosions de guitares heavy et rageuses sur les refrains … Les codes du genre sont parfaitement respectés. Mais BREAKING BENJAMIN ne s'en tient pas au cahier des charges du post-grunge, il va au-delà et surprend : les rythmiques sont parfois terriblement agressives et lourdes, comme sur les bombes « Evil Angel » et « Until the End », explosant sans remord des chansons que le chant plus calme – un peu trop parfois – rend accessibles et subtiles. Mais tout cela ne serait rien sans un vrai talent de composition, une indiscutable capacité à varier les émotions, à placer au bon moment, au bon endroit la petite mélodique vicieuse qui fait mouche, la chevauchée heavy qui tue (« Topless », mid-tempo aride) : faire du neuf avec du vieux … Un cliché qui convient bien au groupe.

Autre point fort : le disque ne s'essouffle pas et ne cède pas à la tentation typique (n'est-ce pas, MERCY FALL ?) de lever le pied et d'abuser des ballades grunge agaçantes, histoire de souffler. De ce point de vue, BREAKING BENJAMIN reste assez sobre, même si « You » arrive un peu tôt dans la track-list pour les vrais fans de metal, et que « Here We Are », pompeux et larmoyant, ne marquera sans doute pas les esprits. Mais ces quelques errements sont compensés par les déflagrations rock que sont le coriace « Breath » – incontournable – ou « Had Enough ». Sans prétendre que le disque est maîtrisé du début à la fin, et que tout ce qu'il renferme touche au génie absolu, il faut reconnaître ici une constance remarquable dans l'art de varier les plaisirs et de ranimer sans cesse l'intérêt. Et l'atypique et étonnant « You Fight Me », en sortant un peu de la stricte routine post-grunge, donne l'espoir que, le succès aidant, le groupe prendra plus de liberté avec sa musique et ne s'éteindra pas dans la mièvrerie à la façon d'un STAIND, si prometteur et si vite perdu.

L'avenir du metal américain, donc, ne passe pas par le metalcore ; et il ne passe pas non plus par la frange la plus commerciale du metal alternatif, qu'un HOOBASTANK en sucre d'orge semble incarner durablement. Le neo sous sa forme fusion / rapcore appartient au passé (à moins que les incroyables BOBAFLEX ne relancent le genre), et seul le post-grunge dépoussiéré et modernisé à la façon d'un BREAKING BENJAMIN paraît apte à reprendre le flambeau. Ce style est en tout cas revenu en force à la tête des charts, dans la foulée de NICKELBACK. Un potentiel énorme se fait sentir chez ces groupes, même si l'on constate que les sirènes du multi-platine ont déjà transformé un THREE DAYS GRACE en une usine à hits un peu superficielle. Rien ne permet de dire aujourd'hui si le succès permettra à terme à ces espoirs du post-grunge d'approfondir leur créativité ou à l'inverse les enfermera – comme c'est arrivé hélas au metalcore – dans l'autoparodie. Alors oui, il faut se mouiller : l'avenir est là, quelque part. Mais l'enthousiasme ne doit pas non plus endormir toute vigilance critique. A suivre, donc.

A lire aussi en DIVERS par BAAZBAAZ :


PROTEST THE HERO
Kezia (2006)
Plus fou et démentiel que Avenged Sevenfold !




THREE DAYS GRACE
One-x (2006)
Une terrible usine à hits pour l'été !

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   BAAZBAAZ

 
  N/A



- Benjamin Burnley (chant, guitare)
- Aaron Fink (guitare)
- Mark Klepaski (basse)
- Chad Szeliga (batterie)


1. Intro
2. The Diary Of Jane
3. Breath
4. You
5. Evil Angel
6. Until The End
7. Dance With The Devil
8. Topless
9. Here We Are
10. Unknown Soldier
11. Had Enough
12. You Fight Me
13. Outro
14. The Diary Of Jane (acoustic)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod