Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Warlock

CORACKO - New Virus Spreads (1992)
Par THE MARGINAL le 17 Septembre 2005          Consultée 1670 fois
Si l'Amerique a connu une très grosse vague Hard US dans les 80's et au début des 90's, l'Allemagne s'est surtout distinguée gràce à une pléthore de combos heavy et, sur le versant big-rock, on rencontrait beaucoup moins de groupes. Les représentants du big-rock allemand (le pendant teuton du Hard US, on va dire) avaient pour nom Bonfire, Pink Cream 69 et on y recense aussi des combos plus obscurs tels que Shanghai'd Guts et Coracko, entre autres.

Dans le cadre de cette chronique, c'est justement Coracko qui nous intéresse. Ce groupe n'ayant jamais eu de succès commercial et d'impact médiatique conséquent, il est bon de le présenter rapidement: Coracko est un quartette qui s'est formé au début des 90's autour de 2 ex-Warlock (le bassiste Frank Rittel et le guitariste Peter Szigeti). Et c'est en 1992 que son album "New virus spreads" sort.

Musicalement parlant, Coracko joue du big-rock punchy dans la lignée de Van Halen, Dokken, Pink Cream 69, Extreme(le côté funky en moins chez les Allemands). Ainsi, on a droit à des titres enjoués et pleins de vitalité tels que "Walkin' highwire", assez tubesque, "Picklock blues" qui bénéficie d'un groove infernal et d'un refrain terriblement contagieux qui donne envie de taper du pied, le catchy et entêtant "Dreamland's gone" qui a l'envergure d'un hit et sur lequel les guitares s'expriment surtout sur le refrain, "Overblown roses", "Your affection" dont l'efficacité est immédiate, le virevoltant "Dirty road" et son rythme furieusement endiablé qui rappelle le meilleur de Van Halen période David Lee Roth, "Run with the pack" et son refrain énorme, ou encore le pêchu "Make my day n' die". Ce n'est peut-être pas original, mais la qualité est là et les ingrédients sont réunis pour convaincre tout adepte du big-rock qui se respecte.

Le titre qui semble tout de même se démarquer du lot est "Jungle king", un titre très rythmé au parfum exotique et aux paroles à la fois originales et inspirées. Dans un tout autre registre, la ballade "Don't cry for the moon", parsemée de guitares acoustiques, n'est pas mal du tout et passe comme une lettre à la poste.

"New virus spreads" s'avère être finalement une bonne surprise, surtout lorsqu'on sait que le groupe qui a conçu ce disque vient d'Allemagne. Ce genre de production n'est en effet pas monnaie courante du côté d'Outre-Rhin. Coracko a su delivrer de très bonnes chansons mettant l'accent sur les guitares et certains riffs restent bien dans les mémoires. Il s'agit là de l'unique album de Coracko qui, par la suite, sera contraint de changer de nom (Stonewashed), ainsi que de chanteur.




Marquez et partagez




 
   THE MARGINAL

 
  N/A



- Dirk Wicke (chant)
- Peter Szigeti (guitare)
- Frank Rittel (basse)
- Martin Engler (batterie)


1. Walkin' Highwire
2. Innocent- But Caught For Life
3. Picklock Blues
4. Dreamland's Gone
5. Overblown Roses
6. Don't Cry For The Moon
7. Your Affection
8. Jungle King
9. Dirty Road
10. Wicked Romeo
11. Dead End Zone
12. Run With The Pack
13. Make My Day N' Die



             



1999 - 2014 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod