Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Bad Moon Rising

HERICANE ALICE - Tear The House Down (1990)
Par THE MARGINAL le 15 Mars 2005          Consultée 1765 fois

Voilà un groupe qui aura fait un passage éclair dans le paysage du hard rock. En effet,Hericane Alice(qui s'était initialement formé sous le nom de Hurricane Alice) a sorti un seul et unique album au cours de son existence: "Tear the house down", paru en 1990. Hericane Alice était un quartette americain qui comprenait dans ses rangs 2 musiciens qui formeront quelques années plus tard la section rythmique de Bad Moon Rising: le bassiste Ian Mayo et le batteur Jackie Ramos.

Musicalement parlant, Hericane Alice est à ranger dans le créneau du Hard US. Si ce groupe ne brille pas par son originalité, il compense largement par sa capacité à composer de bonnes chansons et à délivrer ce qu'il faut en matière d'énergie. De plus, les musiciens sont compétents dans leur domaine. Voilà des atouts suffisamment convaincants pour que je m'intéresse à ce groupe.

De cet opus, 2 titres au moins sortent du lot: "Wild young and crazy", un mid-tempo à la fois enjoué, tapageur et subversif(de par les paroles), et le rock n'roll déjanté "Tear the house down" qui secoue mechamment et donne une furieuse envie de headbanguer: un hymne hard rock en puissance qui tue !

Fort heureusement, ce "Tear the house down" ne se résume pas à ces 2 titres et d'autres chansons valent également le détour, mêmes si elles ne placent pas la barre aussi haut(il faut dire qu'il est difficile de faire aussi bien que ces 2 hymnes). On ne restera pas insensible, par exemple, à "Bad to love", un mid-tempo hard bluesy sur lequel la basse est bien mise en évidence, "Need a lover", tantôt mélodique sur les couplets, tantôt punchy et plus foncièrement hard et à l'ambiance particulièrement festive, la jolie ballade mi-électrique, mi-acoustique "Dream girl" qui voit le chanteur Bruce Naumann pousser dans les aigus et se signale par un final plus énervé, "I walk alone" qu'on peut assimiler à un titre passe-partout mélangeant influences pop, bluesy et rock, sans oublier "Shake, shake, shout" et "Crank the head up", des chansons incisives, bourrées d'enthousiasme et d'énergie et qui font la part belle aux guitares chaleureuses.

On trouve aussi sur cette galette des titres moins intéressants comme "Badboy breakout" qui ressemble à une face B, ou encore "Too late", une ballade ordinaire et sans envergure, presque calquée sur "Dream girl".

Au final, Hericane Alice a sorti un disque de bonne facture et, gràce à la voix parfois criarde du chanteur Bruce Naumann, tend à se rapprocher de groupes comme Bulletboys, Babylon A.D et Skid Row. "Tear the house down" ne révolutionne pas le hard rock americain, mais tout compte fait, mieux vaut entendre un groupe peu ou pas original, mais apte à écrire de bonnes chansons plutôt qu'un combo original(ou se voulant ainsi) mais incapable de fournir autre chose que du travail bâclé(non, je ne vise personne). D'autre part, le guitariste Danny Gill a fait du bon travail, tant au niveau des riffs que des solos. Par la suite, Hericane Alice disparaîtra de la circulation et le tandem rythmique Ian Mayo/Jackie Ramos refera surface 2 ans plus tard avec le groupe Bangalore Choir.

Veritable note: 3,5/5

A lire aussi en HARD ROCK par THE MARGINAL :


PUMP
Against Everyone's Advice (2004)
Hard rock punchy de qualité




WARRIOR SOUL
Last Decade Dead Century (1990)
Chef-d'oeuvre somptueux et mesestimé des 90's


Marquez et partagez




 
   THE MARGINAL

 
  N/A



- Bruce Naumann (chant)
- Danny Gill (guitare)
- Ian Mayo (basse)
- Jackie Ramos (batterie)


1. Wild Young And Crazy
2. Bad To Love
3. Dream Girl
4. Tear The House Down
5. Badboy Breakout
6. Need A Lover
7. Too Late
8. Shake, Shake, Shout
9. Crank The Heat Up
10. I Walk Alone



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod