Recherche avancée       Liste groupes



      
DOOM DEATH METAL  |  STUDIO

Commentaires (2)
Questions / Réponses (3 / 3)
Lexique doom metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


DISTRESS - The Mourning Sign (2004)
Par FREDOUILLE le 20 Septembre 2004          Consultée 7572 fois

Il est désormais temps de se rendre à l'évidence : la scène metal française est composée d'excellents groupes et ce dans pas mal de styles - Ces groupes excellent dans le heavy metal, le death metal, le thrash metal, le metal symphonique et désormais dans le DOOM DEATH METAL. Car "The mourning sign" est bel et bien un album de Doom death metal, qui n'a rien mais alors rien du tout à envier aux "concurrents" étrangers évoluant dans le même registre, tant la qualité de cet opus est irréprochable.

Manifestement, THUNDERING RECORDS a tiré le gros lot avec DISTRESS. Ce jeune poulain ou jeune talent (comme vous voulez) est une perle rare et nous gratifie là d'un magistral album.
DISTRESS est un groupe Strasbourgeois né en 1996 autour de Philippe Miralles et de Laurent Hass. A leurs débuts, le duo se cantonnait à jouer des reprises, puis le groupe s'est progressivement attelé à la composition, en privilégiant une musique avant tout originale, personnelle, empruntant ça et là des éléments au doom, au death metal, au thrash....
Après une première démo CD "Quest of elegy", le groupe s'attèle à l'enregistrement de leur premier album "Close to heaven" (2001), un album très bien accueilli par les médias et tout bonnement acclamé par Rock Hard (N°5 - Novembre 2001) qui le classe tout simplement parmi les 19 albums doom indispensables de tous les temps. Pour ma part, je n'ai pas encore l'honneur de connaître cet album mais cela ne saurait tarder.

Toujours est-il que THUNDERING RECORDS signe d'emblée le groupe, lequel complète dans la foulée son line-up. Depuis, DISTRESS en a profité pour se concentrer sur la composition de ce deuxième album.
Et derrière cette obscure pochette (l'artwork est très réussi) aux fortes évocations de "Blackwater park" (non?), se dissimule un petit joyau de doom death metal mélodique : j'ai nommé "The mourning sign" !!!

Dès les premières notes de "Reflectionless" (lignes de basse et de guitares à la MY DYING BRIDE suppléées par un violon hypnotisant), le ton est donné : l'ambiance est sombre, glaciale, voire dépressive. Mais très rapidement DISTRESS nous dévoile ses intentions : il nous assène des riffs incisifs et une rythmique pachydermique.

Quant au chant, Philippe Miralles dispose d'un registre impressionnant (et ce, tout au long de l'album). Il alterne à merveille voix claire (plutôt dans les graves qui n'est d'ailleurs pas sans me rappeler le chanteur d'ORPHANED LAND), voix éraillée (écorchée à la OPETH mais en plus death) ou même typique "black" (cris sur "Beyond the cross of guilt", ou sur "The XIth hour"). Ce chant exceptionnel, aux multiples facettes, suit à la trace les trames mélodiques de chaque morceau.

En guise d'hors-d’œuvre, "Reflectionless", le premier morceau de l'album, cartonne donc vraiment dur et on sent que le groupe sonne comme OPETH, MY DYING BRIDE et aussi donc ORPHANED LAND (surtout de par la voix claire).
Mais à la différence d'OPETH par exemple, DISTRESS arrive à se démarquer de par des morceaux plus "rentre-dedans" ("I've seen"), plus concis, moins complexes mais tout aussi efficaces. Les rythmiques sont pesantes et lourdes, typiques du death metal ("Beyond the cross of Guilt" sur lequel les riffs me font penser irrémédiablement penser à GARDENIAN époque "Sindustries"), les riffs heavy et puissants.
Chaque morceau comporte son lot de mélodies enchanteresses (intermède acoustique sur "Your turn" par exemple) et est toujours agrémenté de soli guitaristiques toujours inspirés et superbes de maîtrise (sur le majestueux "the XIth hour", ou encore sur "Delirium Tremens").
Pour comparer encore à OPETH, DISTRESS n'utilise que très peu les passages calmes ou atmosphériques (hormis le magnifique "Crawling in sanity (the victim)" et l'intro acoustique superbe de "As the summers died").
DISTRESS a préféré nous entraîner au plus profond des ténèbres à coups de riffs plombés, de rythmiques thrash (tels que sur l'excellent et doom "Another babylon" ou sur l'excellent "Delirium Tremens").
Mais DISTRESS sait également jouer la carte de la mélancolie sur quelques passages : introduction au piano sur le très beau "Delirium tremens" (sur lequel les riffs assassins sonnent très GRIP INC. !).

Par ailleurs, la production est relativement puissante et met en valeur chaque instrument. De ce fait, il est rapide de se rendre compte du travail de composition réalisé et de la dextérité des musiciens.
A travers 10 magnifiques compositions diversifiées, DISTRESS a tout simplement réalisé un chef-d’œuvre !!! Il a su avec maturité composer des morceaux d'une classe indéniable augurant d'une violence musicale torturée et contenue empruntant des mélodies vocales complètement captivantes.
Et étrangement quand j'écoute cet album c'est à ORPHANED LAND que je pense : très flagrant sur "Sinking into oblivion".

"The mourning sign" est un chef-d'œuvre !!!

Note : 5 / 5 sans hésitation.

A lire aussi en DOOM METAL par FREDOUILLE :


SOLITUDE AETURNUS
Into The Depths Of Sorrow (1991)
Heavy doom épique et classieux!!!




SOLITUDE AETURNUS
Beyond The Crimson Horizon (1992)
Un joyau de heavy doom metal ! Succulent !


Marquez et partagez






 
   FREDOUILLE

 
  N/A



- Philippe Miralles (chant et guitare)
- Eric Lorentz (guiatre)
- Laurent Haas (batterie)
- Julien Diebold (basse)
- Jean-françois Miralles (violon)


1. Reflectionless
2. I've Seen
3. Beyond The Cross Of Guilt
4. Your Turn (beneath The Black Sun)
5. Another Babylon
6. Delirium Tremens
7. As The Summers Died
8. The Xith Hour
9. Sinking Into Oblivion
10. Crawling In Sanity



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod