Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL  |  STUDIO

Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


GRIEF OF EMERALD - Nightspawn (1998)
Par JULIEN le 23 Septembre 2004          Consultée 1712 fois

Décidément ! Si la Norvège s’avère être la terre nourricière du Black, la Suède semble détenir le titre convoité de la contrée ayant le mieux réussi cet agencement tuméfiant entre l’agressivité charbonneuse du Black et la puissance de feu du Death. Et ce n’est pas le cas GRIEF OF EMERALD qui démentira mon hypothèse, en tout cas !

Débarquant de nulle part en 1998 (mais si ! de Suède, je l’ai dit, rooooh), ce quintet prenait tout le monde par surprise avec une déflagration pas piquée des vers, et répondant au doux nom de « Nightspawn ». Et sans sommations encore : Just push play, et pan ! "The Beginning" dans ta face ! Trois minutes de tuerie Black/Death à décorner tout un troupeau de bouc, avec guitares furieuses et riffs démoniaques bataillant dans une tourmente de Blasts, avec des claviers qui, loin de tranquilliser le tumulte, ne font au contraire qu’accroître la dynamique ravageuse de la chose en lui accordant un surplus emphatique. Grosse, très grosse entrée en matière...

... Et le reste serait à l’avenant ! En neuf compos, GRIEF OF EMERALD nous livre une carte de visite suédoise sacrément impressionnante, comme je n’en avais peut-être plus entendu depuis le « Tusen Ar Har Gatt » de MORK GRYNING ou le « The Somberlain » de DISSECTION ! Le groupe possède en effet une technique redoutable, étayée par une production particulière - assurée par Robert, le claviériste - mais qui rend justice au talent des musiciens - mention spéciale à Johnny, terrible guitariste/chanteur, et à Fredrik, remarquable batteur - et offre au groupe un cadre adéquat. Et quand les compos sont de tout premier ordre, on a bien des raisons de s’enthousiasmer : Du désormais culte, sinistre et lancinant "Day Of Doom" (qui servira de base aux élaborations plus malsaines du deuxième album) au très sombre "The Second Dynasty", en passant par le tuant "Winds Of Vengeance" (très riche travail sur les guitares) ou un morceau titre bien complexe et dont la mélodie principale, très simple elle, restera tatouée dans votre crâne pour un petit moment, « Nightspawn » s’empare de l’auditeur pour mieux lui soumettre, quarante trois minutes durant, tout son attirail musclé mais relativement compliqué et personnalisé.

Riffs tranchants ou franchement sauvages (ouch ! l'intro démente de "Revival" !), souvent tourmentés et gavés d'aigreur ("Trinitian Damnation", "The Beginning", "Warsworn"...), rythmiques coup de poing, claviers atmosphériques ou majestueux (les morceaux y gagnent une certaine emphase pas si éloignée que ça de l’inexpugnable EMPEROR), en solo ou doublant les guitares, inquiétants ici (l'intro de "Famine", le break central de "Nightspawn", "Day Of Doom"...), étonnemment apaisants par endroits (la fin de "Day Of Doom" et quelques lignes de "The Second Dynasty" où s’immisce une partition presque timide que n’aurait pas renié le DIMMU BORGIR de « Stormblast »), guitariste/chanteur redoutable de puissance et de présence (Johnny emprunte aux deux registres du Black et du Death leurs aspects les plus vindicatifs), breaks comme s’il en pleuvait, structures alambiquées témoignant de l’intérêt du groupe pour les maîtres MORBID ANGEL, morceaux à rebondissements...

« Nightspawn » est un premier album assez bluffant, à qui l’inspiration rend très fréquemment visite. Et si ce n’étaient quelques passages moins passionnants ou manquant de cette petite touche de finition caractéristique des géants confirmés (GRIEF OF EMERALD en fera-t-il partie un jour ? Pas impossible), on aurait carrément frôlé la correction d’entrée de jeu ! Mais belle demeure la matière de cette grosse baffe... conseillée aux amateurs de Metal extrême, et fortement recommandée aux amateurs de Black/Death soigneusement fardé d’un trait symphonique non superficiel !

A lire aussi en BLACK METAL par JULIEN :


MARDUK
Fuck Me Jesus (1991)
Singulier coït pour naissance d'un géant du Black




SATYRICON
The Shadowthrone (1995)
Black metal

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   JULIEN

 
  N/A



- Johnny (chant, guitare solo)
- Jimmy (guitare rythmique)
- Robert (claviers)
- Anders (basse)
- Fredrik (batterie)


1. The Beginning
2. Winds Of Vengeance
3. Warsworn
4. Famine
5. Revival
6. Nightspawn
7. Day Of Doom
8. Trinitian Damnation
9. The Second Dynasty



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod