Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


DIAMOND REXX - Rated Rexx (1989)
Par THE MARGINAL le 10 Juillet 2004          Consultée 1119 fois
"Rated Rexx" est le deuxième album de Diamond Rexx, quartette de Chicago donnant dans le hard-rock tendance glam/sleaze. Ce deuxième opus marque quelques changements pour le combo americain. En effet, après un premier album "Land of the damned"(sorti en 1986) sorti chez Island, le groupe de Chicago a été prié de changer d'air pour cause de méventes. Le line-up d'origine de Diamond rexx a aussi subi de gros changements puisque le guitariste S. St.Lust(qui rejoindra le groupe D'Molls sous le nom de S.S.Priest) et le bassiste ont quitté le navire, imités plus tard par le batteur Johnny Cottone juste quand l'enregistrement de l'album suivant a été terminé. Leurs remplaçants ont pour nom Johnny L. Angel(guitare), Chrissy Salem(basse) et Tim Tully(batterie); le chanteur Nasti Habits demeurant le seul survivant du line-up des débuts.

J'avoue avoir eu quelques appréhensions en achetant ce "Rated Rexx" car sa pochette nous montre un quartette affichant la même dégaine outrageuse que Mötley Crüe sur "Shout at the devil" et je me suis demandé s'il s'agissait d'un clone. En fait, ce n'est pas le cas. Après avoir écouté cet album, j'ai été rassuré: Diamond Rexx, s'il est bien influencé (en partie) par Mötley Crüe, n'en est pas pour autant un clone. En effet, ce combo US a une approche musicale plus heavy que ses collègues de l'époque, la voix de Nasti est très rude, très agressive(ce qui en a rebuté quelques-uns à l'époque) et on pourrait décrire Diamond Rexx comme un hybride entre Mötley Crüe et Alice Cooper avec une forte touche sleaze.

Le contenu de l'album, intrinséquement, tient la route et les musiciens, outre l'attitude, ont également des arguments à faire valoir avec leurs instruments. Ce n'est pas "Instant medication", qui ouvre l'album de façon subversive, qui me fera dire le contraire; d'autant qu'il y a tout sur ce titre: attaques guitaristiques tranchantes, lignes de basse entêtantes, solo meurtrier. Ce combo ne plaisante pas et n'en reste pas là. En effet, "Ladies night" secoue méchamment et son final diablement rock n'roll a un fort parfum 70's. Parmi les autres bonnes choses à mentionner sur ce CD, on citera sans hesiter "Don't let it get you down", à la fois mélodique et entrainant; le mid-tempo insolent et tapageur "4 letter word" qui n'a que faire du politiquement correct; le musclé "The color red" foncièrement metal, le festif et groovy "Sleaze patrol" au refrain virevoltant, "Bad attitude" qui sonne ultra-rock n'roll malgré un final répétitif.

Il y a une ballade qui contraste avec le reste de l'album. Enfin, je dirais plutôt power-ballad dans le cas de "Heartbreak city" car le refrain est furieusement heavy et il n'est pas question de guimauve ici. Sans être la power-ballad du siècle, celle-çi est quand même très cool et très convaincante.

Puisque cet album a été réédité en 2002(après avoir splitté en 1993, Diamond Rexx s'était reformé en 2001 avec le guitariste originel Lust), celui-çi contient 2 inédits: "Sick", un mid-tempo surpuissant façon rouleau compresseur dopé par une production très moderne et dont les riffs sont très metal. "American band", plus mélodique, sonne comme un Kiss version 3ème millénaire avec un Nasti Habits prenant une intonation vocale moins agressive. Ce titre, même s'il est bon, reste quand même moins spectaculaire que "Sick".

Ded défauts, il y en a sur cet album: les autres titres n'ont rien de transcendant. "How do you know" voit Nasti Habits imiter la voix d'Alice Cooper de façon trop ostemsible et "Lock it up" est assez pénible à écouter. Qui plus est, la production de l'album sonne de façon un peu datée. C'est flagrant lorsqu'on écoute les 2 bonus-tracks.

En fin de compte, "Rated Rexx" est d'assez bonne facture, sans pour autant égaler l'aura d'un Mötley Crüe. Dommage que l'album ait quelques passages à vide... Il n'empêche que Diamond Rexx était(est encore ?) un groupe sacrément pêchu et représentait un peu la facette anti-commerciale du Hard US tendance glam, de par son côté plus foncièrement heavy, flirtant parfois avec le metal. Et les 2 titres bonus (déjà mentionnés) montrent que le quartette de Chicago en a encore dans le ventre. Peut-être sont-ils une indication sur la forme que pourrait prendre le Hard US à l'avenir ?!?




Marquez et partagez




 
   THE MARGINAL

 
  N/A



- Nasti Habits (chant)
- Johnny L. Angel (guitare)
- Chrissy Salem (basse)
- Tim Tully (batterie)


1. Instant Medication
2. Ladies Night
3. Easy Kill
4. How Do You Know
5. Heartbreak City
6. Don't Let It Get You Down
7. Four Letter Word
8. The Color Red
9. Guillotine
10. Lock It Up
11. Sleaze Patrol
12. Bad Attitude
13. Sick (bonus-track 2002)
14. American Band (bonus-track 2002)



             



1999 - 2014 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod