Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK MéLO/ SYMPHO  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


MIDVINTER - At The Sight Of Apocalypse Dragon (1997)
Par STORM le 17 Avril 2024          Consultée 281 fois

Cette chronique fera partie d’une série que je nommerai les oubliés, nous y trouverons pêle-mêle de fameux albums de groupes non pas de seconde zone ou de tiers rang mais bien d’honnêtes oubliés ou passés un peu sous les radars qui se doivent d’être réhabilités. Tous ne sont pas des chefs d’œuvre mais ont ce petit supplément d’âme qui les sortent de la masse et les rendent attachants et inoubliables. Tous par contre sont sortis dans la période fastueuse de la fin des années 90 dans les riches années 1996, 1997 et 1998. Peut-être aborderons-nous leur genèse ou ferons un petit point d’histoire. Nous verrons bien où ces albums nous mèneront.

Et je souhaitais donc vous citer en préambule les albums de ces groupes que nous aurons le loisir de réhabiliter : le "Unspeakable Cults" de DEVISER, "The Phantom Novels" de GRIEVANCE, le "Pabudimas" de HA LELA, le "Mourning" de NEBULAR MOON, le "Pandemonic Requiem" de NOCTES, le "The Nighspectral Voyage" de OBSIDIAN GATE, le "The Sad Realms Of The Stars" de ODIUM, le "Poccolus" de POCCOLUS, le "Lay Eden In Ashes" de SARGOTH, le "I Det Glimrande Moerkrets Djup" de SORHIN, le "The Frozen Tomb Of Mankind" de THY GRIEF, le "Venture In Sombre Passion" de NOCTI VAGUS, le "Kark" de PERISHED, le "On Twilight Enthroned" de THRONE OF AHAZ, le "Die Ewigen Steine" de MENHIR, le "Dionysos" de LUX OCCULTA, le "Ancient Gods Of Evil" de UNANIMATED, le "Wanderings" de I SHALT BECOME ou bien encore le "Battle Furies" de EWIGKEIT. De quoi consister un Top 20 à minima car d’autres albums me viennent en tête. Les chroniques n’auront pas l’objectif de les classer par note mais bien d’en faire un mini-catalogue de découvertes ou de redécouvertes et d’occuper quelques bonnes heures d’écoute.

Alors commençons par MIDVINTER et cet album de 1997, "At The Sight Of Apocalypse Dragon" que nous pourrions qualifier de Black Metal Mélodique à tendance Symphonique. Parlons de cet album malchanceux court-circuité par des évènements dépassant malheureusement toute l’aura que Damien Midvinter son fondateur et compositeur avait initié à l’intérieur des huit pistes qui le composent. Mais remettons un petit coup d’œil dans le rétroviseur. À l’époque de leur démo "Midvinternatt", le line-up se solidifie notamment entre Damien Midvinter et le chanteur Björn Magalhaes aka Vlad Morbius. Amis de longues dates ces derniers s’entendent à merveille, tandis que Krille le batteur fait des siennes en restant insaisissable et absent à d’autres moments. Torturé par son questionnement autour de son genre, son instabilité psychologique et ses dérives sexuelles entament la bonne progression du groupe et érodent son ambition. D’autant plus que ces considérations sexuelles déplaisent aux deux autres membres du groupe qui n’y voient que faiblesse et dérision. Damien Midvinter qui fait partie d’un obscur groupuscule sataniste verra d’un très mauvais œil cette instabilité et fera de Krille un de ses souffre-douleurs le temps de son activité au sein de MIDVINTER. Mais un autre évènement va frapper plus fortement encore le cœur de MIDVINTER : la disparition soudaine de Björn alors qu’il devait visiter sa sœur. Damien Midvinter comprendra un peu plus tard que celui-ci a décompensé gravement de ce qui semble s’apparenter à une schizophrénie paranoïde. Restant plus d’une année à l’hôpital, Björn semble y dépérir et ne bénéficie d’aucune permission de sortie. Damien le reverra bien des années plus tard, totalement vide et errant et dans l’impossibilité de reprendre ses activités au sein du groupe.

Ne souhaitant pas faire échouer le projet MIDVINTER, Damien arrive à s’entourer un temps de Adde de NAGLFAR à la seconde guitare, et de Stoffe (NAGLFAR/BEWITCHED) à la basse, avant que ces derniers quittent le groupe à leur tour. Après quelques péripéties le line-up se stabilise pour de bon avec le recrutement de Kheeroth (ex-SETHERIAL) au chant et Zathanel (SETHERIAL, SORHIN) à la batterie. Et c’est ainsi que quelques années après avoir composé les titres de "At The Sight Of Apocalypse Dragon", l’album prend forme, se concrétise et sort enfin de l’ombre fort heureusement. Sortant sous le couvert du label Black Diamond Productions sous le patronage de Andy La Rocque, "At The Sight Of Apocalypse Dragon" bluffe son auditoire. Ce Black Metal intensément mélodique est ingénieusement construit, et son identité marquée – entre mélodies véloces et attachantes, et symphonies atmosphériques - sort du lot et sous l’impulsion du premier titre "Dödfödd", survitaminé de riffs géniaux, MIDVINTER marque son territoire. Et comme tout bon Black Metal suédois (DARK FUNERAL, SACRAMENTUM, CARDINAL SIN, DISSECTION), MIDVINTER trouve aussi les mêmes affiliations. Les compositions de Damien sont authentiques et possèdent une bonne poignée de breaks monstrueux et de passages aussi épiques qu’atmosphériques. Le chant de Kheeroth est dans la normale de l’époque mais colle bien aux ambiances, la batterie est bien mise en avant dans le mix et s’écoute certes sans extase mais avec intérêt.

L’album est unanimement recommandable, notamment sa première partie jusqu’au titre "Hope Rides On Devil Wings". Cette partie pourrait s’identifier comme davantage brutale, agressive et mélodique que la seconde qui serait plus accessible, symphonique et épique. Même si la première partie aura toujours mes faveurs notamment par ce "Dödfödd", grand cru devant l’Éternel, des titres comme "Dreamslave" ou bien encore "Nocticula In Aeternum/Of Night Primeva" valide l’idée que MIDVINTER était un explorateur au service du Black Metal. Les riffs accrocheurs s’accommodent d’une variété des chants qu’un accompagnement tout à la fois symphonique et épique assure. J’aime parler de l’exploration sonore de Damien MIDVINTER car c’est aussi lui rendre les lettres de noblesse qu’il mérite. D’ailleurs pour l’anecdote, il vous faut savoir et considérer que Damien Midvinter et Jon Nödtveidt (DISSECTION) avaient formé ensemble en 1996 DE INFERNALI, obscur combo d’Ambient/Industrial/EBM. Sous l’égide de Dan Swanö, un album sortira, "De Infernal Symfonia" et vaut un petit pesant de cacahuètes si la curiosité vous pique. Remasterisé par Nuclear Blast en 2010, il vous est donc possible plus facilement de l’écouter et de prendre connaissance de ce qui se tramait aussi chez ces deux-là dans les brumes froides de 1996, et je dois bien vous dire que ce sera déconcertant... En attendant, MIDVINTER s’éteindra de sa belle mort peu après la sortie de "At The Sight Of Apocalypse Dragon", et quelque part près d’une nébuleuse ou dans le ventre d’un volcan, gît encore l’âme de MIDVINTER qui sommeille pour l’éternité.

A lire aussi en BLACK MÉLODIQUE par STORM :


VORGA
Beyond The Palest Star (2024)
Stellaire et palpitant !




VARATHRON
The Crimson Temple (2023)
À couper le souffle


Marquez et partagez




 
   STORM

 
  N/A



- Damien Midvinter (guitare, basse, claviers)
- Kheeroth (chants)
- Zathanel (batterie)


1. Dödfödd
2. All Things To End Are Made
3. Moonbound
4. Hope Rides On Devil Wings
5. Dreamslave
6. Nocticula In Aeternum/ Of Night Primeva
7. Ett Liv Förnekat
8. De Vises Hymn



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod