Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (2)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

ALBUMS STUDIO

2023 Horns For A Halo
 

- Membre : Down, Sunstorm, Rainbow, Racer X, Pantera, Vandenberg, The Ferrymen, Judas Priest, Fight, Lauren Harris
- Style + Membre : Michael Schenker

ELEGANT WEAPONS - Horns For A Halo (2023)
Par GEGERS le 25 Juin 2023          Consultée 1606 fois

Nous le savons bien, nous autres qui sommes témoins de l’inexorable décrépitude de nos idoles musicales. Le Heavy Metal, aujourd’hui, n’est plus qu’une émulation de sa gloire passée. Une tentative vaine de prolonger un plaisir que l’on sait depuis longtemps condamné. Écouter JUDAS PRIEST aujourd’hui, c’est un peu comme regarder Crocodile Dundee III. Tous les ingrédients sont en place, les acteurs tiennent leur rôle, mais il y a ce surplus de botox et ce déficit d’énergie qui nous laissent un léger goût d’amertume. On se force à croire encore au scénario, mais la sauce a tout de même du mal à prendre. Ceux qui ont aimé les opus précédents se donnent l’illusion de la réussite. Mais au fond de nous-mêmes, nous le savons bien, la messe est dite. Pour autant, la fin du Hard Rock et du Heavy Metal sous la forme que nous connaissons ne signifie bien entendu pas la fin de la créativité et l’absence d’espoir de tout renouvellement. Les groupes et artistes qui, en reproduisant des schémas du passé ou en inventant leurs propres codes, proposent des albums de qualité, sont légion. Ainsi, présenter le premier album d’ELEGANT WEAPONS comme une manière pour Richie Faulkner de préparer l’après-JUDAS PRIEST est peut-être vrai, mais cela reste assez réducteur. Et si le guitariste avait décidé de sortir cet album parce qu’il croyait en son art et faisait confiance à son inspiration tout simplement ?

Fruit des différents confinements sanitaires, "Horns Of A Halo" est autant une affaire de famille qu’une réalisation personnelle. Si le guitariste a élaboré en solitaire les dix morceaux qui nous occupent aujourd’hui, il a, pour les enregistrer, fait appel à son camarade Scott Travis, cogneur chez JUDAS PRIEST et à son pote de longue date Rex Brown, bassiste chez PANTERA. Avec aux manettes un certain Andy Sneap, que l’on peut retrouver dans le gang de Rob Halford aussi bien devant que derrière la console d’enregistrement, il ne fait ici aucun doute que Richie a fait le choix rassurant de s’entourer de collaborateurs de confiance. Si batteur et bassiste seront, pour la tournée en prévision, remplacés respectivement par Christopher Williams (ACCEPT) et Dave Rimmer (URIAH HEEP), le chanteur omniprésent et inépuisable Ronnie Romero devrait, après avoir posé sa voix rugueuse sur les dix pistes de cet album, accompagner notre bon Richie en tournée.

Ce ne serait d’ailleurs par la première fois que Romero chanterait aux côtés d’un riffeur blondinet, lui qui œuvre depuis quelques temps au sein du MICHAEL SCHENKER GROUP. Ce rappel n’est pas anodin, et la proximité est ici évidente, tant au niveau physique qu’artistique. Il y a en effet dans ce premier album d’ELEGANT WEAPONS de nombreux éléments qui nous rappellent l’univers du Mad Axeman, notamment dans cette manière de bâtir des morceaux autour d’un riff, efficace, qui constitue le cœur et les organes, laissant parfois un maigre espace d’expression au chanteur, qui doit se "contenter" de suivre les mélodies de guitare avec sa voix. Le risque étant, à ce petit jeu, de proposer des lignes de guitare intéressantes, mais d’échouer à créer des compositions dignes d’être écoutées. C’est d’ailleurs ce que l’on constate sur le morceau d’ouverture, "Dead Man Walking" qui, d’entrée, nous donne à penser que la qualité du projet ici présenté n’est pas égale à celle de la somme des talents qui le composent. L’énergie et l’enthousiasme parviennent à se faire communicatifs, notamment grâce à un refrain percutant, mais pris dans sa globalité, le morceau n’offre guère de points d’accroche, de motifs ou d’éléments donnant envie d’aller demander s’il y a du rab’ en cuisine. Ce morceau est plein de sons, mais vide de sens.

Les influences sont ici évidentes autant que variées. "Horns For A Halo" est un album assez british dans l’esprit. On y trouve en effet ces riffs audacieux mais pas vraiment sûrs d’eux, un peu saccadés, qui évoquent UFO ou THUNDER. La reprise plombée du "Lights Out" du premier des deux précités, qui n’était déjà pas un modèle de légèreté, en témoigne. Serait-ce ici une idée de Ronnie Romero, lui qui a chanté ce titre à de nombreuses reprises en live en compagnie de Michael Schenker ? Et puis, JUDAS PRIEST et IRON MAIDEN ne sont naturellement pas bien loin, ce dernier se retrouvant par exemple dans ces guitares systématiquement doublées en harmonies, qui apportent substance et profondeur à l’ensemble.

Entre Hard et Heavy, Richie rend hommage à tous ses groupes de cœur, et tente d’insuffler une énergie nouvelle dans la musique de papa. Ce qu’il parvient à faire sur un titre tel que "Do Or Die", agrémenté d’un break moderne qui, par une cassure de rythme, redynamise le morceau et sert de tremplin pour un solo délicieux. Le tout est assez "riffu" bien sûr, mais les orientations sont variées. ELEGANT WEAPONS va tantôt chercher du côté du Heavy Metal séculaire, évoquant le BLACK SABBATH des années 70 sur le morceau "Horns For A Halo", mais va également puiser du côté du Blues. Celui-ci peut se faire musclé et très mélodique à l’image de ce que le groupe propose sur "Ghost Of You", qui fait penser à WHITESNAKE et qui permet à Ronnie Romero de briller. Le Blues est parfois plus sombre, plus Stoner dans l’esprit. "Bitter Pill", mordant mid-tempo, fait ainsi penser aux nombreux groupes de revival Rock 70s. Et puis il y a ces sonorités à la UFO qui, toujours, planent sur cet album. "Blind Leading The Blind" qui offre un mélange astucieux entre guitares et claviers, et qui s’achève sur un solo flamboyant, évoque ostensiblement le groupe de Phil Mogg, même si les nombreux tics d’écriture et les clichés utilisés par Richie Faulkner ne permettent pas aux paroles d’atteindre le même niveau littéraire.

"Horns For A Halo" est un peu l’histoire de la grenouille qui voulait se faire plus grosse que le bœuf. À trop se rengorger et à gonfler son jabot, l’album finit par exploser, alors qu’il aurait pu faire valoir ses atouts propres, sans avoir besoin de se comparer. L’album est somme toute homogène, sans réel temps faible ni défaut majeur, et les guitaristes, amateurs de cette frontière ténue entre Hard Rock et Heavy Metal, pourront y trouver leur compte. Ce que l’on regrette, c’est que Richie oublie parfois de composer des morceaux, laissant à son chanteur la tâche de donner le change et de faire oublier que, finalement, les titres ici présentés n’apportent guère de grain à moudre, l’essentiel ayant déjà été dit, et bien souvent en mieux. À chacun donc d’estimer le verre à moitié vide ou plein, en fonction de ses attentes et aspirations.

2,5/5.

A lire aussi en HEAVY METAL par GEGERS :


FALCONER
Black Moon Rising (2014)
Seul dans son monde




MASTERPLAN
Masterplan (anniversary Edition) (2023)
Qu'avons-nous fait de nos 20 ans ?


Marquez et partagez







 
   GEGERS

 
  N/A



- Ronnie Romero (chant)
- Richie Faulkner (guitare)
- Rex Brown (basse)
- Scott Travis (batterie)


1. Dead Man Walking
2. Do Or Die
3. Blind Leading The Blind
4. Ghost Of You
5. Bitter Pill
6. Lights Out
7. Horns For A Halo
8. Dirty Pig
9. White Horse
10. Downfall Rising



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod