Recherche avancée       Liste groupes



      
CRUST PUNK METALLIQUE  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Amebix
 

 Site Officiel (57)

ANTISECT - The Rising Of The Lights (2017)
Par CHAPOUK le 18 Décembre 2017          Consultée 2070 fois

Trente ans de silence ! Sérieusement ?!

Pour vous faire un topo rapide sur ce groupe : après s'être séparés en 87, en partie parce qu'ils ne se supportaient plus et en partie parce que leurs vies respectives prenaient des chemins différents, les ANTISECT ont annoncé leur reformation en 2011. Quelques tournées ont eu lieu, quelques remaniements de line-up aussi : le chanteur est le seul membre d'origine présent, le bassiste de l'EP de 85 répond aussi à l'appel et le batteur est issu de la reformation de 2011. Et finalement les voilà prêts en 2017 pour nous offrir ce "The Rising Of The Lights", digne successeur de "Out From The Void"

Là aussi petit rappel : "Out From The Void" marquait un certain virage dans l'élan Crust Punk du groupe. À la manière du "Arise!" d'AMEBIX, ANTISECT intégrait plus d'éléments Metal à ses compos et instaurait une atmosphère froide et lugubre. Cet EP ne contient que deux titres, mais ils suffisent à donner un aperçu du changement amorcé à l'époque par la formation.

Alors sur ce nouveau skeud les ANTISECT renient-ils complètement leurs racines ponks ?

Jetons un coup d'œil (ou d'oreille plutôt) sur le long monologue de "Weapons Of Mass Distraction" pour vérifier. En résumé, on a là un triste constat sur la capacité de l'Homme à s'auto-anesthésier pour ne pas avoir à faire face à la réalité, morose et difficile à affronter. Ce monologue est soutenu par une ambiance froide et mécanique qui monte en tension à partir du moment où le Lyon entame ses dernières phrases. À partir de là l'ambiance vire à l'Electro/Indus et la batterie vient introduire un riff Thrashy qui conclue le morceau. "Something To Hate" s'inscrit également dans une tradition plus keuponne, même si le riff change rapidement pour prendre une couleur plus Heavy, le chant abrasif de Lyon et l'énergie qui se dégage de ce morceau sont résolument Punk ! Idem pour le premier morceau "Spirit-Level", avec son gros riff de basse, en guise d'intro, suivi de sirènes et de bruits d'hélico qui créent rapidement une sensation d'urgence. Le titre ne démarre vraiment qu'au bout de deux minutes et à partir de là… J'ai l'impression d'écouter une sorte de MOTÖRHEAD à crête !! Seul le refrain se fait un peu plus mélodique et même lumineux au milieu de tout ce gros son.

Vu comme ça on pourrait conclure que seuls le chant et les textes sont les éléments qui rattachent encore ANTISECT à la famille Punk car musicalement les influences sont diverses mais toutes typées Metal. Exemple le plus extrême (dans le sens où je ne pensais pas entendre ça chez ce groupe) : ce soupçon de Stoner dans les riffs de "The Last Ones Standing" qui rend le morceau terriblement groovy et efficace. Les instruments et le chant s'accordent pour produire un martèlement qui sert bien le texte, tandis que le refrain choppe même des côtés catchy (mais loin d'être putassiers) par moments ! On retrouve cet état d'esprit sur "Black", à la différence près qu'il nous plonge un peu plus que la seconde piste dans une ambiance sinistre, notamment durant la deuxième partie du titre où le texte est plus déclamé d'une voix lugubre que chanté/éructé.
"Welcome To The Dark Ages" est peut être un chouïa plus calme, mais ne dénote pas au milieu de tout ça avec ses riffs Heavy, son atmosphère pesante et son texte incantatoire qui se compose quasi-uniquement de la phrase "Welcome to the new dark ages". On pourra d'ailleurs trouver ça marrant ou bien pensé de l'avoir placé juste avant "Rise The Lights" qui est son exact opposé. Sur cette piste ultra dépouillée le texte, chanté d'une manière qui se situe quelque part entre la plainte et la litanie, est très lointain et laisse place à une boucle Electro qui semble constituée d'une unique vibration sur laquelle repose toute la tension et le côté solennel du morceau.

Enfin le skeud se conclue sur un "Scared To Die" qui démarre sur quelques notes répétitives de guitare, soutenues par le son rond de la basse et le charley de la batterie, sur lesquelles vient se greffer un chant mélancolique. D'autres éléments, tels que ce clavier Electro/Indus, viennent progressivement se superposer à tout ça, jusqu'à ce que le titre nous pète réellement à la gueule autour de 2 minutes. Ce refrain rageur surprend tellement qu'il prend tout de suite une dimension libératrice ! Mais on se calme bien vite pour repartir sur la même structure que celle des premiers couplets. Il faudra attendre le second refrain pour vraiment headbanguer sur ces riffs, simplistes mais efficaces.

Alors après m'être mangée presque cinquante minutes de pure rage Punk mais avec de la technique et des mélodies, je peux affirmer que non ANTISECT n'est pas devenu un groupe de Metal à proprement parler. Les sales gosses qu'ils étaient à l'époque de "In Darkness There Is No Choice" ont juste grandi et mûri. De chiens enragés ils sont passés aux loups réfléchis. Ils n'ont pas perdu leur férocité mais ils la maîtrisent un peu plus que dans les années 80 et n'hésitent pas à casser les codes du Crust (genre très normé, paradoxalement) pour incorporer dans leurs compos ce qui leur plaît dans le Metal. Et ça comme démarche : c'est Punk !

Bref c'est un retour en fanfare pour ANTISECT qui sort en 2017 son album le plus abouti !

A lire aussi en PUNK par CHAPOUK :


POISON IDEA
Feel The Darkness (1990)
Punk ou Thrash ?




LEFTÖVER CRACK
Constructs Of The State (2015)
♫ like a hobo ♫


Marquez et partagez






 
   CHAPOUK

 
  N/A



- Pete Lyons (chant, guitare)
- John Bryson (basse, chœurs)
- Joe Burwood (batterie, chœurs)


1. Spirit Level
2. The Last Ones Standing
3. Weapons Of Mass Distraction
4. Acolyte
5. Welcome To The New Dark Ages
6. Rise The Lights
7. Black
8. Something To Hate
9. Scared To Die



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod