Recherche avancée       Liste groupes



Moyenne établie
sur la base de
6 commentaires notés  
[?]



Moonsorrow
Voimasta Ja Kunniasta
Page  1 | 2 |

le 01 Octobre 2016 par CLANSMAN57


Gros claviers typiquement finlandais avec du froid et de la mélancolie dedans qui servent une musique épique diablement accrocheuse et efficace.

"Sankaritarina", c'est un peu comme si Quorthon avait bouffé du Kalevala avant de se mettre à composer.

Aucun déchet à signaler.


le 14 Décembre 2011 par ROCH SILVERFANG


MOONSORROW... J'ai vaillamment suivi leur discographie. Mais ce n'est que bien des années plus tard que je me décide enfin d'entreprendre la critique de leurs albums. Certes, j'avais déjà répondu à certaines questions à leur sujet, et toujours de manière enthousiaste ; mais en tant que passionné de Viking/Pagan/Black, je me dois d'entreprendre un pèlerinage sur chacun des piliers du genre que sont leurs albums. Je fais mon premier arrêt sur "Voimasta Ja Kunniasta." Pour décrire au mieux la musique, je vais passer par certaines visions qu'elle m'évoque....

Commençons par le nom de l'album... VOIMASTA JA KUNNIASTA, qui signifie, et à juste titre, "LA PUISSANCE ET LA GLOIRE."
Voilà, le skeud est résumé en cinq mots. La Puissance et la Gloire. Un album guerrier, épique, grandiose et complètement grandiloquent. La matérialisation même de l'héroïsme. Mettez votre heaume, vos gants et déployez votre cape derrière vous ; affinez la lame de votre épée, nettoyez votre bouclier. Mettez-vous en marche . rejoignez les vôtres, fiers païens ! D'immenses et glorieuses batailles vous attendent !

Le morceau introductif, "Tyven", nous accueille paisiblement, chaleureusement. Il ne faut guère plus d'une à deux secondes pour que notre esprit s'échappe de notre corps pour traverser le temps et revenir à ces lointaines époques héroïques, bardées de courageuses valeurs qui se perdent hélas aujourd'hui. Au fil des notes scintillantes, vous survolez d'immenses paysages enneigés. Vous longez de hautes falaises qui dominent un océan nordique scintillant. C'est l'aube ; le soleil se reflète. Quelques flocons volètent par-ci par là.

Et soudain...

...Arrive le second morceau, "Sankarihauta". Une EXPLOSION DE MUSIQUE EPIQUE vous tombe d'un coup dans les oreilles, accompagné d'un PUISSANT HURLEMENT ! A la bataille ! Les chevaux hennissent ; le riff et la batterie laissent défiler un armée de Païens Vikings sous vos yeux. Une musique entraînante déboule à toute vitesse ; tendez l'oreille, vous l'entendrez s'étendre en de subtiles variations. A nouveau, un hurlement ; on fait rugir les guitares, la tension monte d'un coup et le fabuleux chant Black et hargneux du chef de guerre arrive enfin, exhortant ses troupes à aller de l'avant ! Mais rapidement, le premier chœur s’élève, rehaussé par le hurlement des guitares, soulevant votre cœur déjà ébranlé par tant de ferveur épique.
Savourez cet accordéon qui reprend de manière incroyablement épique la mélodie de Tyven. Et ces chœurs. Ecoutez ces chœurs. Savourez la fusion, cette harmonie entre le chant Black, la musique épique, la mélodie à l'accordéon et ces chœurs. Ils forment un tout, il ne font plus qu'un. Concentrez-vous dessus, laissez-les investir votre corps, ressentez tous ces éléments vibrer au plus profond de vous.
LAISSEZ-VOUS EMPORTER ! Sentez alors votre flamme intérieure vous embraser !
Bientôt, une nouvelle musique épique remplace de manière subtile la précédente, mise en valeur par un cri transcendant.
Mais soudain, voilà que le chef de guerre fait un discours, entrecoupé par la clameur de ses soldats. L'armée adverse approche : l'assaut est lancé ! Les fantassins se ruent à l'assaut, le fracas des armes s'élève... Un rythme martial se fait entendre.


L'espace d'une fraction de seconde, tout s'arrête. Le silence.
L'épée crisse jusqu'à sortir du fourreau.
* SCHLING ! *

Vous êtes pris aux tripes ; le chant black, hargneux, agressif, revient aussitôt à l'attaque, dès l’épée sortie ! Maintenant, il est rehaussé par les chœurs, la mélodie à l'accordéon débarque à nouveau, la musique épique s'enchaîne aussitôt, la guitare nous fait entrer en transe et le tout se termine dans un final complètement glorieux à vous couper le souffle.
Tout simplement parfait.

Cette seule chanson suffit pour nous faire comprendre tout le génie de composition de Moonsorrow qui sait nous surprendre par des structures variées, complexes et pleines de surprises.

Après un morceau d'une telle intensité, nous pourrions croire que le prochain nous laisserait reprendre notre souffle. Mais il n'en est rien.
Et voilà que mes doigts tremblent d'excitation à l'heure où j’écris. Je dois me calmer, je dois me calmer.
Le duelliste "Kylän Päässä" ne vous laisse pas reprendre votre souffle. Oh que non. Un nouveau rythme guerrier et martial domine. Vous pouvez entendre les épées s'entrechoquer ; ces bras de fer armés font crisser l'acier mortel. La musique folklo-finnoise arrive et les deux adversaires, de fines lames, esquivent et virevoltent dans un duel chorégraphié. De temps en temps, blessé, l'un d'eux pousse un hurlement, son sang se répandant en petites flaques au sol. "Kylän Päässä" est un morceau foncièrement hargneux et agressif. Le chant black n'en est que plus jouissif, témoignant de la violence du combat. Mais il n'exclut pas de longs passages folkloriques enthousiasmants mis en valeur par les applaudissements, la clameur et les encouragement des spectateurs. Soudain l'un des deux épéistes pousse un cri ; le combat s'arrête un bref instant. Un violent coup vient d'être porté. Son état est critique, la musique devient plus menaçante, plus sérieuse. Il se reprend vite : il n'a plus droit à l'erreur.
C'est alors qu'il entre en transe.
A 6 minutes pile exactement. Nous atteignons un pic de musique complètement épique accompagné d'un chant clair tellement transcendant qu'il en est indescriptible. Quelques minutes encore, cette fière et valeureuse chanson se poursuit, toujours aussi implacable et incisive. Cependant, elle s'arrête brutalement.
La mort de l’un des deux ennemis a été rapide.

Nous arrivons au quatrième morceau. Je vais peut être m'étendre plus longuement sur "Sankaritarina" qui dure 14 minutes que sur "Hiidenpelto Häpeän Hiljaiset V" et "Aurinko Ja Kuu", un peu plus courts. Mais je vais tout de même vous en parler.

"Hiidenpelto/Hapean Hiljaiset Vedet". Ce quatrième morceau est beaucoup plus posé, beaucoup plus aérien. Les chœurs, moins épiques, sont planants, glorifiants. Ce morceau semble être un hommage. Il laisse apercevoir une structure encore plus alambiquée que les précédentes avec des variations beaucoup plus subtiles et légères. Néanmoins, le chant Black s'harmonise toujours autant avec la musique qui redevient, parfois, martiale, tendue, sans pour autant devenir aussi guerrière que dans les précédents. En clair, cette quatrième track est beaucoup plus calme. Le final est entièrement composé de chœurs majestueux qui font réellement rêver.

Nous retrouvons sur "Aurinko Ja Kuu" une musique beaucoup plus épique et emportée. Passée l'introduction apaisante et folklorique, un hurlement (si vous saviez comme je les aime !) déchire les airs et une mélodie semblable aux voiles d'un drakkar qui se gonfle se fait entendre. Un autre rugissement survient et le chant Black aboule à nouveau, accompagné par quelques sonorités folklo. Le riff est plus entraînant que jamais et la mélodie quoi que discrète reste très classieuse et élégante. Rapidement, les premiers chœurs arrivent, à la fois épiques, glorifiants et héroïques. C'est globalement un morceau moins explosif que "Sankarihauta" et "Kylaan Paassa", restant sur la continuité du quatrième, aérien. Je qualifierai ce morceau de plutôt... festif.

Et nous y voilà ! Le dernier morceau, SANKARITARINA ! Presque 14 minutes d'une musique progressive qui conclut l'album de manière majestueuse et magnifique. Probablement la plus belle chanson de conclusion qui puisse exister en matière de Folk/Viking Metal. La perfection en matière de musique épique, glorieuse, héroïque et guerrière. 14 minutes transcendantes qui semblent durer 5 minutes tellement l'orgasme provoqué est puissant. C'est parti.

Tout commence paisiblement. Nous pouvons entendre le bruit des vagues s'échouant sur la jetée. Les mâts des bateaux qui s'entrechoquent. Le cri des mouettes. C'est calme, c'est apaisé, c'est serein. Si vous tendez l'oreille, vous pourrez même entendre un hibou. C'est la nuit, le ciel nordique est étoilé. La musique est incroyablement douce et apaisante. Lorsque le crépitement d'un feu de camp se fait entendre, elle augmente légèrement de volume, toujours très harmonieuse. Planante, elle fait rêver. Quelques secondes plus tard, elle augmente à nouveau d'intensité, des instruments folkloriques viennent s'y rajouter. Tout en progressivité. Et voilà, enfin, qu'elle s'amplifie pour se métamorphoser en une musique épique entraînante donnant envie de partir à l'aventure sur l'un de ces nombreux drakkars, sans pour autant devenir explosive. Il ne faut alors que peu de temps pour que des chœurs, plus majestueux que jamais, se fassent entendre, grandiloquents, complètement glorifiants. Une voix off résonne et la mélodie épique connaît de nombreuses variations jusqu'à ce que tonitrue la voix black, rehaussée, encore et toujours, par ces chœurs. L'espace de quelques secondes, la musique se fait plus atmosphérique, mais voilà que les guitares rugissent, qu'elle s'amplifie, accompagnant ce chant hargneux.
Mais bientôt, il laisse place aux marins qui festoient sur l'un des nombreux navires, à la gloire de leur camarade disparu.

Et alors... Et alors........ La voix off résonne à nouveau.... La musique se tend.... On sent qu'elle va se lâcher... Exploser.... et la voilà qui atteint un haut niveau d'héroïsme complètement épique sans précédent, bonifiée par des chœurs de folie, un solo à la guitare ultra-mélodique auquel s'enchaîne aussitôt une musique divine et chœurs tonitruants qui viennent se répéter avant d'être repris de manière complètement jouissive par le chant black qui se tait rapidement pour laisser place à un chant de vénération. S'ensuit un court passage folklo, un rugissement, et le retour du chant black toujours accompagné par ces chœurs glorieux.

"unniaa ei miekka voi taltuttaa;
Jumalat ovat sankarit nimenneet.
Veljemme tuonen herralle luovutamme;
Siis hyvästi - kunnes jälleen kohtaamme."

"Honour no sword can tame;
The gods have recited the heroic names.
Our brother we yield to the father of the dead;
Fare ye well - until we meet again."

Les dernières minutes sont plus folkloriques que jamais et la musique s'atténue progressivement pour laisser place au souffle du vent nordique transportant quelques flocons, imposant ainsi une dernière vision à l'auditeur : le drakkar disparaissant à l'horizon, sous une aurore boréale, sur une mer parsemée d'icebergs tandis que le soleil commence à se lever, faisant scintiller l'océan sous ses premiers rayons.


Et alors, l'esprit, après avoir voyagé loin, longtemps, dans ces anciennes époques héroïques retourne dans son corps. L'auditeur en plein rêve nordique s'éveille avec grands regrets.

En conclusion, "Voimasta Ja Kunniasta", du divin MOONSORROW est un album parfait d'un bout à l'autre, ne souffrant d'aucun défaut. La perfection existe, oui, et cet album promettait une grande carrière à ce groupe composé de génies qui n'ont jamais faillis. Les compositions, les structures des morceaux sont incroyablement complexes (et le deviendront encore plus par la suite lorsqu’ils pondront des morceaux d’une durée de 20 ou 30 minutes !) et ne révèlent leurs secrets qu'au bout de nombreuses écoutes. Je reconnais l'immense talent de nombreux autres groupes de Folk/Viking/Pagan Metal qui me font également rêver, mais MOONSORROW fait partie des plus grands Maîtres du genre, incontestablement. "Voimasta Ja Kunniasta" (et la discographie entière de Moonsorrow) se doit impérativement d'être possédé par tout fan de musiques grandioses, épiques, théâtrales, glorieuses, héroïques et guerrières. Tout passionné de Folk/Viking/Pagan Metal se doit de posséder impérativement "Voimasta Ja Kunniasta" dans sa bibliothèque musicale.

Je vais maintenant m'attaquer au génial (et tout aussi indispensable) "Kivenkantaja", qui, à défaut d'être guerrier et féroce, fait partir à l'aventure et voyager dans de superbes et épiques paysages pittoresques. Ce que je suis pressé de m'étaler longuement sur des morceaux comme ce magnifique "Jumalten Kaupunki/Tuhatvuotinen Perintö" !

Ma note ?
5/5, évidemment.

Par Nightfall In Metal Earth

Hello Roch,

Merci pour cette tranche passionnée et passionnante. Essaie juste d'être plus concis, question de laisser de la place à tes camarades métalliques.

Merci,

Les admins


le 01 Mai 2008 par BLACKWIZARD


Un album vraiment excellent. Je ne connais pas trop le genre pagan/viking/folk... (appelez ça comme vous voulez), à vrai dire c'est pas trop mon truc. Mais qu'est-ce que ce Voimasta est bon! Et sur tous les plans qui plus est : les Finlandais nous délivrent ici une musique résolument épique, souvent mélodique, parfois festive (Kylän Päässä yaaaah!!) mais surtout de bout en bout enivrante, le tout servi par une production impecc et des musiciens talentueux.
Les titres sont tous excellents, il est difficile d'en extraire un du lot tant l'ensemble est cohérent.

Alors pourquoi pas 5 me direz-vous? Et beh tout simplement parce que j'ai pas vraiment d'albums du même genre pour comparer (ça c'est pour garder un semblant d'objectivité huhu).
Mais bon si vous cherchez quelque chose de rafraîchissant et d'épique sans tomber dans le registre pompeux, laissez vous tenter par cette rondelle qui est vraiment un très beau disque et un joli voyage au pays des mille lacs...

le 28 Août 2006 par VOLF VOLFSSONSSONSON


Magnifique ? Je crois que ce mot résume très bien cet album. De la mélodie enchanteresse de l'intro, reprise dans l'énorme Sankarihauta où à la fin de Sankaritarina (on y verse volontiers une petite larme !), aux choeurs divins de Aurinko Ja Kuu, en passant par le très folk Kylän Päässä et ses influences assez Heavy, il n'y a rien à jeter sur cette skeud ! Les ambiances qu'installe la musique sont ennivrantes, le sentiment épique omniprésent, bref cet album, il a tout pour plaire !!!

le 18 Juin 2006 par VOLTHORD


Voimasta... est un album splendide de bout en bout, tout simplement magique, Moonsorrow a vraiment trouvé sa personnalité. Et puis bah pour la suite, la chronique de Julien résume bien ^_^

Pour ma part, je mettrais bien une petite étoile en moins, je préfère quand même Kivenkataja (et puis même).













1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod