Recherche avancée       Liste groupes



Moyenne établie
sur la base de
4 commentaires notés  
[?]



Film
Bohemian Rhapsody
Page  1 |

le 11 Novembre 2018 par ELRIGO


Magnifique film et excellente chronique !
Merci Jeff Kanji !

le 09 Novembre 2018 par FINISHERFRANKY


Enfin une critique positive, équilibrée et instructive sur les détails de l'histoire du groupe. Car j’ai entendu des mauvaises venant de critiques cinéma ayant pignon sur rue, notamment sur le caractère lisse du film dans le but d'en faire un spectacle familial et même pour relancer la vente des albums. J'avais l'impression de ne pas avoir vu le même film, en particulier sur la soi-disant édulcoration de l'homosexualité de Mercury, alors que je trouvais qu'on ne voyait que ça. De même pour les séances de débauche ; on voit pourtant bien le père de Mercury atterré de découvrir les frasques de son fils dans les journaux non ? À l'âge que j'ai connu les années fortes du groupe mais sans jamais en être fan, plus attiré par JUDAS PRIEST et consorts. Bien sûr les gros hits du groupe hors "I Want To Break Free" m'avaient toujours été irrésistibles. Là le film m'a scotché sur la recréation des scènes lives (en particulier du Live Aid que j'avais vécu de loin par journaux télévisés interposés à l'époque). J'y ai pris une grosse claque de Rock, d'énergie, ça m'a donné cette envie de faire sauter les bouchons auriculaires que je dois porter maintenant quand je vais voir un groupe. Tout le travail de reconstitution, La gestuelle de Mercury, la ressemblance de l'acteur avec Brian May et du bassiste même m'ont scotché aussi. Mais peut-être que je ne suis pas objectif face à un film qui agit sur la corde sensible de la nostalgie de mes années de jeunesse.

le 07 Novembre 2018 par MISS DS


Merci pour cette chronique qui fait revivre, en la lisant, les émotions éprouvées lors de la séance.

Depuis, je ne parviens toujours pas à redescendre, tant ces émotions vécues étaient intenses et partagées : cela fait chaud au cœur de voir qu'à la fin du film l'ensemble de la salle a applaudi. Jusque là, je n'avais vécu ce moment que lors d'un concert ou d'un festival, c'est donc la preuve que le film est parvenu à toucher les gens comme seul l'art sait le faire et à les chambouler. C'est aussi probablement dû à QUEEN particulièrement et à la personnalité de Freddie et toute son histoire.

Comment rester insensible au générique de fin quand s'enchainent deux morceaux terriblement appropriés à cet instant où la fin de vie de Freddie est suggérée tout en sobriété: "Don't Stop Me Now" un véritable hymne à la vie et "The Show Must Go On", une ode dédiée à la musique ?


Ce film n'est pas parfait et c'est ce que je préfère, car la perfection m'ennuie. Il en est de même aussi pour la musique à mes yeux. Et c'est pour cela qu'il m'a tant émue.

Je ne suis pas une très grande connaisseuse du groupe comparativement aux fans présents sur NIME, cependant NIME permet de comprendre, d'analyser les morceaux et ce qui est génial, c'est qu'il donne aussi envie de poursuivre la découverte ou la redécouverte d'une discographie entière.
Je n'ai donc qu'une seule envie à présent, prendre le temps qu'il me faudra pour redécouvrir la discographie de QUEEN. Il est probable que mon écoute ne sera pas la même, et c'est ça après tout la magie de la musique : nous permettre à chaque âge de ressentir les morceaux différemment.

le 07 Novembre 2018 par ELFHIR


Ce film garde le mythe, la légende, le conte de fée (Mercury) intact.

Trop d'ailleurs ! Et même si Freddie était la diva dont tout le monde parle, j'aurais aimé avoir à l'écran quelques passages plus dans l'intimité des autres membres du groupe. Voir comment leur entourage de l'époque a vécu l'ascension du groupe. Même un petit peu !
Quelques passages sur la Red Special de May et sa fabrication artisanale, Deacy et son Deacy Amp fabriqué pour leur répét'... La vie extra-conjugale de Taylor, simplement évoquée ?

Les libertés prises avec l'histoire, sont comme pour avec le Seigneur des anneaux (occulter Tom Bombadil, Saroumane en Comté, Imrahil), un mal pour un bien.

Puisque des albums entre ANATO clairement montré et le Live Aid sont éclipsés.
Évidemment aussi les trois derniers albums studios du vivant de Freddie aussi, mais c'est une forme de respect posthume, de continuité de la philosophie du groupe qu'on peut concevoir et accepter.













1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod