Recherche avancée       Liste groupes



Moyenne établie
sur la base de
7 commentaires notés  
[?]



Pain Of Salvation
One Hour By The Concrete Lake
Page  1 | 2 |

le 08 Juin 2010 par PLUVIUSNAUTICUS


Excellent album que "OHBTCL", bien que très sombre et pessimiste (lire les notes du livret est très instructif) mais également très travaillé (il viendrait des recherches de Daniel à l'université). Cet album contient des chansons toutes très bonnes, et de ce fait peu se démarquent de "OHBTCL" comme pour les autres (citons "Undertow", "Dea Pecuniae", "Disco Queen" ou encore "People Passing By"), c'est donc la raison de mon 4.
Il n'en reste pas moins un album cohérent et excellent qui s'écoute d'une traite mais qui demandera de suite d'autres écoutes attentives.

Morceaux préférés : "The Big Machine" (chœur magistral), "Handful of Nothing" (l'un des mes morceaux préférés de PoS), "Pilgrim" (sublime ballade) et l'excellent "Inside Out".

le 03 Août 2009 par FRANCK


Un monument cet album, comme le groupe d'ailleurs.

Œuvre parfaite, trésor d'innovation, richesse mélodique euh, ohh, les mots me manquent...

Vous écoutez " One Hour... " et les oiseaux se taisent.

C'est tout.

le 30 Novembre 2008 par AERIEL


Le deuxième album et sans doute le plus difficile d'accès. En effet, les structures sont véritablement complexes, tout comme le thème abordé d'ailleurs (OHBTCL est un album écologique, qui dénonce l'influence du nucléaire ou encore du trafic d'armes sur le monde).
Le disque est très homogène, et s'écoute véritablement d'une traite. De toute la discographie, à mon sens, c'est l'album où le concept est le plus marqué. Difficile de faire ressortir certains titre plus que d'autres, ils sont tous absolument excellents. J'ai un petit faible pour le grandiose "Inside", la "dream theateurienne" "Home", où encore la sublime "Pilgrim" (quelle voix ce Daniel !).
Si vous ne connaissez pas POS, ce n'est probablement pas l'album avec lequel commencer, préférez-lui le suivant.

le 22 Février 2007 par IKKI


Après un "Entropia" sublime à tous points de vue, PAIN OF SALVATION revient nous envoûter avec sa musique sombre et mélancolique. Autant le dire tout de suite, "One Hour by the Concrete Lake" est aussi bon que son prédécésseur. La musique du groupe est toujours aussi riche, variée et surtout chargée en émotions. Daniel Gildenlöw est toujours aussi magistral au chant, l'étendue de ses registres vocaux et la palette d'émotions qu'il arrive à comuniquer avec sa seule voix est vraiment prodigieuse. Un chanteur unique, tout simplement.
Je trouve également cet album plus homogène qu'"Entropia", en effet je ne décèle pas vraiment de titre faible, la qualité est présente tout du long. Du côté des titres majeurs, je citerai "Inside", le torturé "New years Eve", le sublime "Home", la ballade "Pilgrim" ou encore "Inside out" avec son incroyable refrain et son superbe passage au piano.
Le principal défaut de beaucoup de formations prog est de se lâcher dans de longues démonstrations techniques prétentieuses hors ce n'est pas le cas ici. Seule l'émotion compte. Que ce soit à travers le chant, les solos ou les multiples changements de rythmes, on est bouleversé. Mais PAIN OF SALVATION n'est-il qu'un énième groupe de prog? Non, ce serait bien trop réducteur pour le groupe Suédois de le réduire à un seul style. PAIN OF SALVATION est un immense groupe de musique, tout simplement.

le 06 Mai 2006 par KEARZAN


Musicalement proche d'Entropia, même tonalité, approximativement le même son, cet album aurait pu s'appeler "Entropia 2" que ca n'aurait pas choquer, est ce un repproche ? Nullement, car si on peut eventuellement voir en ce Concrete Lake une suite, il ne s'agit en aucun cas d'une copie d'Entropia, en effet si le style y est quasi identique que l'on ne s'y trompe pas, il faudra encore de trés nombreuses écoutes pour comprendre la structure des compos, j'avoues moi même avoir faillis abandonné devant la complexité de certains morceaux tant ceux ci me semblés "fouillis", les influences et variations y sont si nombreuses qu'il est parfois bien difficile de trouver un fil conducteur, POS ne cherche pas à élargir son public avec ce second album, c'est un fait que l'on ne peut renier.

Concrete Lake hérite donc de toutes les qualités de son grand frére, un album riche en émotions, un album qui nous fera découvrir des horizons encore inexplorés, un album qui ne délivrera sa richesse qu'aprés maintes écoutes, rien n'est gratuit, POS est un groupe que l'on aimes ou pas, il n'y a pas d'entre deux, pour comprendre et apprécier leur musique il faut s'y plonger sans retenue.

A noter que la version Jap dispose de 2 titres bonus tout bonnement excellents qui complétent trés bien l'album (Beyond The Mirror & Timeweaver's Tale) et nous donne un total de prés de 70 mn de musique.













1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod