Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH METAL ATMOSPHÉRIQUE  |  STUDIO

Commentaires (1)
Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


AERGIRSON - Sons Of Etheria (2009)
Par POWERSYLV le 21 Décembre 2009          Consultée 2528 fois

AERGIRSON est un combo particulier comme il en existe tant dans notre beau pays (feu THE OLD DEAD TREE, GOJIRA …). A l’écoute d’un de leurs disques, difficile en effet de les cataloguer. Prog ? Dark ? Atmo ? Heavy ? Death ? La raison ? Le groupe compose surtout sur la durée, en écoutant son cœur et laissant voguer son inspiration et non (comme tant d’autres) en se forçant à mélanger des trucs zarbi et différents pour se la péter genre : « on a pas d’étiquette, et de toute façon on aime pas les étiquettes » (et oui, la philosophie grunge a donc encore de beaux jours devant elle …). Ce qui a amené la création d’une étiquette tout aussi stupide que les propos ci-dessus : l’étiquette « sans étiquette ». Tel est pris qui croyait prendre finalement. Enfin bon, laissons ces réflexions et autres piteuses pitreries pour en revenir à notre sujet.

Après quelques démos et un mini "Dark Chapters" (2001), un premier album "Requiem Tenebrae" (2004) sorti chez Thundering voit le jour. AERGIRSON commence à se faire un nom dans l’underground en se produisant quand il peut. Des problèmes d’organisation provoquent le départ de la chanteuse Carole en juin 2006 (je me disais bien aussi, constatant l’absence de chanteuse lead sur ce nouvel opus, qu’il y en avait une à une époque …) mais le groupe ne baisse pas les bras en passe la deuxième partie de 2006 à composer en studio. Studio au menu de 2007 et 2008 où les réglages continuent et où les opérations de production se mettent en place (mastering, etc …). Autant dire que le groupe et tous les acteurs ont pris leur temps et se sont mobilisés.

Le mélange d’influences que propose AERGIRSON est déroutant au premier abord (c’est sûr qu’on est loin de la facilité d’un AC/DC ou d’un RUNNING WILD …) et donc la première écoute l’est toute autant. "Sons Of Etheria" demande à être apprivoisé : il faut faire l’effort de vouloir s’immerger dans ce monde spécial, le prix à payer pour que ce monde à son tour vous entoure et vous incorpore à lui. Ce monde, cet univers, c’est celui de la science-fiction. Pas celui de l’extra-terrestre de Roswell (qui mis jadis en péril la crédibilité télévisuelle d’un Jacques Pradel – voir le lien ci-dessous qui rappellera de bons souvenirs aux anciens, avec un clin d’œil aux Guignols) mais plutôt la science-fiction qui met en relation les être les uns avec les autres, malgré les différences. Signalons au passage que le thème de la science-fiction est un classique dans le heavy metal, depuis l’époque du BLUE OYSTER CULT jusqu’à HYPOCRISY en passant par IRON SAVIOR.

Au fil des morceaux, on passe de moments plus tendus et des rapports de force entre 2 êtres ("We Won't Be Their Slaves") à des passages où l’on peut deviner un message apaisant : celui de la tolérance et de l’acceptation de l’autre, malgré les différences. Alors j’en profite pour saluer d’emblée cette superbe chanson qui peut paraître surprenante à l’oreille lorsqu’on a écouté les 8 titres précédents, la ballade chantée en français "Cœur Battant" qui propose un havre de paix et de sérénité dans l’atmosphère plutôt oppressante du skeud. "Cœur Battant" (à laquelle j’associe le final "L’inquisiteur" - les 2 chansons en français) est émouvante. La communion, l’amour et l’espoir (un peu de désespoir aussi) sont les maîtres mots de ce petit joyau.

Le reste de l’album se veut atmosphérique, plus lourd, sombre et sait se ménager des moments solennels. Le piano (et les claviers en général) de Sab, seule musicienne restante, est à ce titre un élément majeur et un fil rouge sur pas mal de titres. Que ça soit sur l’introductif et oppressant "Wistful" qui prend ensuite son envol sur des guitares râpeuses et des ambiances mystérieuses, "Obscure Destiny" qui voit l’apparition de la composante prog ou "She’s The One". Majestueuse et solennelle, cette dernière illustre à mon sens cette rencontre du 3ème type qui fonde le concept du disque. Tout comme les vocaux, car les grunts (assurés par Geof, leader et guitariste), le chant clair apaisant, le chant haut perché et quelques réponses black se font entendre. Y a même quelques légers chœurs féminins ("We Won't Be Their Slaves").

Musicalement, le fond des choses reste ancré dans un dark/death atmosphérique qui sait parfois se faire bien féroce ("Stranger In Myself" et son accélération sur le refrain, "Army Of The Deads" …). Curiosité, on a affaire à 2 titres qui sortent du lot et qui sont limite power metal : "Ruined Nation" surtout qui tape du côté des vieux BRAINSTORM ou POWERGOD avec quelques côtés prog qui ressortent (quelques passages avec les claviers me font penser à des trucs genre ELEGY …) et aussi "De Profundis".
2 titres qui invitent à sortir les armures du placard et qui raviront les plus poilus d’entre nous. On sent le souhait de se diversifier et les conséquences des expérimentations en studio. Un beau travail de composition là derrière qu’il faut saluer.

A côté de cela, on peut être rebuté par la production qui n’est pas top, malheureusement. Un son plus clean aurait à mon sens renforcé l’impact des compositions et donc la tenue générale de l’album. Personnellement, j’ai du mal avec ça mais peut-être que ceux qui aiment le son « rough » trouveront leur bonheur.

Bilan : AERGIRSON est un groupe à encourager car ce "Sons Of Etheria" consistant prouve que malgré les péripéties de personnel le combo sait rester cohérent et proposer un ensemble de compositions agréables, redoutables et variées tout cela sous la bannière d’un concept. Et cette gageure n’est pas forcément aisée à réaliser. Après ces mois en studio, espérons que la magie que le groupe a su créer sur l’opus réussira à franchir le cap de la scène : c’est tout le mal que nous souhaitons à Geof et sa bande.

Note : 3/5 (j’aurai bien été jusqu’à 4/5, mais ce son …)

http://www.dailymotion.com/video/x3xpkt_le-betisier-de-roswell_tech

A lire aussi en DEATH METAL par POWERSYLV :


BELPHEGOR
Bondage Goat Zombie (2008)
Marquis de sade, satan, sm et tralala ...

(+ 2 kros-express)



ATROCITY
Atlantis (2004)
Le mythe de l'Atlantide mis en musique, superbe


Marquez et partagez




 
   POWERSYLV

 
  N/A



- Geof (chant et guitare)
- Claud (guitare)
- Jb (basse)
- Bert (batterie)
- Sab (claviers)


1. Wistful
2. Stranger In Myself
3. Obscure Destiny
4. She's The One
5. Ruined Nation
6. From The Deep
7. Army Of The Deads
8. We Won't Be Their Slaves
9. Coeur Battant
10. Soiled
11. De Profundis
12. We Say Goodbye
13. L'inquisiteur



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod