Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL GOTHIQUE/SYMPHO  |  STUDIO

Lexique metal gothique
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Cradle Of Filth

Sarah Jezebel DEVA - The Corruption Of Mercy (2011)
Par MEFISTO le 28 Juillet 2011          Consultée 3787 fois

Sarah Jezebel a fait le ménage.

Son premier album studio a tellement été chaotique, autant dans l'enregistrement (lire la chronique) que dans le résultat, qu'elle a foutu tous ses musiciens à la porte, dont deux COF. Enfin, c'est pas trop difficile quand quelques-uns demeurent outre-mer et qu'ils vous ont envoyés leurs parties par internet… Ce premier essai non concluant derrière, Sarah étant une femme intelligente, elle a flairé la bonne affaire en engageant une nouvelle brigade, composée notamment des frères Abela à la guitare et à la batterie et Pzy Clone (THE KOVENANT) aux environnements sonores. La différence se fait entendre illico, surtout du côté des orchestrations de Pzy, qui rehaussent considérablement la qualité de l'album. Sarah a mis son immense liste de contacts à profit pour se sortir la tête de l'eau et aspirer à un avenir en solo.

Pourtant, on pourrait en débattre jusqu'à demain, car "The Corruption Of Mercy" est un skeud bizarre. On dirait un album de Metal Gothique des années 90, avec la production approximative et le foutoir dans le mix ; des langues fumantes de sentiment se déroulent dans le désordre, comme si des milliers de papillons étaient lâchés en même temps et que votre but était de capturer les dix dorés dans le lot. Bonne chance. Il vous faudra énormément de patience pour passer par-dessus cette prod' et apprécier le travail des musiciens, et je vous préviens : les premières écoutes vous sembleront pénibles à cause de ça. "Paragon Of Virtue" vous paraîtra décousue, sans queue ni tête, complètement naze. Et ce feeling risque de perdurer. Espérons que vous trouverez la force de continuer, car "The Corruption Of Mercy" est bien meilleur que "A Sign Of Sublime".

Si les trois premières plages ne vous conviennent pas et que les ambiances à cheval entre le Metal pompeux et le Gothique rose bonbon vous arrachent les oreilles et les yeux, tenez bon jusqu'à la quatrième plage, je vous en prie. "Silence Please" est un petit bijou de complexité auquel on accroche sans peine ; sombre, énigmatique, dotée d'une mélodie et d'une atmosphère étouffantes, cette plage coupe l'album en deux de belle manière, avec la reprise des Cranberries, "Zombie". J'ai toujours trouvé cette chanson énervante, le refrain m'horripile, mais avec la voix de Sarah, ça va.

Parlant de cette voix, petite parenthèse : Sarah n'est pas la meilleure chanteuse au monde, on ne se le cachera pas. Il lui faut ce genre de musique dense et des chœurs à la pelle pour que ses cordes vocales ressortent bien. Et mieux. Sinon, elle laisse traîner sa voix fantomatique et on doit se farcir des notes étirées et agressantes ou les "iiiiiiiiiiiiiii" volent la vedette. Son passé de choriste ressort alors en jet. Ok, elle peut s'en tirer dans les ballades, mais elles ne doivent pas être trop relevées, hein? Prenez "Pretty With Effects", ballade pour petite fille qui se maquille innocemment pour la première fois car elle se trouve laide sans fard… Une jolie chanson tout en douceur avec un twist mélancolique et voilà, Sarah poursuit sa route.

Cette route, elle est vachement originale en tout cas dans son pavage. Avec "Silence Please", "Zombie", "Pretty With Effects" et l'instru à la Danny Elfman "What Lies Before You", on tient là quatre morceaux hétéroclites qui forment le cœur de l'album. Entre eux, six plages plus homogènes, aux qualités propres mais moins tranchantes que ce noyau. Choix pertinent de la part de Sarah, qui permet bien sûr de préparer les tympans aux trois dernières pièces, assez attirantes – mais pas plus que les trois premières – pour ne pas qu'on tire sur l'alimentation avant la fin. Ce qu'on avait envie de faire avec "A Sign Of Sublime". Mais bon, la performance de Sarah sur "Sirens" et "The Eyes That Lie" laisse un peu à désirer et tue un brin les mélodies et nappes de synthé qui, elles, ne dérougissent pas. Manque de pot dans la composition (Sarah et Dan Abela auraient créé l'album en tournée) ou faiblesse physique de la part de la cantatrice ?

Meilleure qualité de compos, plus de profondeur, une tracklist agréable à traverser, Sarah Jezebel Deva a fait ses devoirs avec "The Corruption Of Mercy". Je ne sais juste pas si la belle saura continuer sur sa lancée en sortant un troisième album. Mais je suggérerais un sérieux cocus avant, question de gonfler cette note la prochaine fois, car avec tout le bagage que l'Anglaise possède, elle peut sortir un truc plus étincelant.

Et un petit repos pour sa gorge serait le bienvenu…

A lire aussi en METAL GOTHIQUE par MEFISTO :


SECRETS OF THE MOON
Black House (2020)
Un concept simple pour une musique riche...




DOMINIA
Stabat Mater (2017)
Affliction


Marquez et partagez




 
   MEFISTO

 
  N/A



- Sarah Jezebel Deva (chant)
- Dan Abela (guitare)
- Jamie Abela (batterie)
- Jonny Gray (guitare)
- Ablaz (basse)
- Pzy Clone (orchestrations, samples)


1. Paragon Of Virtue
2. The World Won't Hold Your Hand
3. A Matter Of Convenience
4. Silence Please
5. Zombie
6. Pretty With Effects
7. What Lies Before You
8. Sirens
9. The Eyes That Lie
10. The Corruption Of Mercy



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod