Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL PROG  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

2004 A Night To Remember (dvd...
 

- Style : Vanden Plas, Waverly Lies North, Borealis, Vanishing Point, Pagan's Mind, Angel Dust, Synthphonia Suprema, Disconnected
- Membre : Soilwork, Soen, Avatarium, Nightrage, The Ring , Royal Hunt, Mind's Eye, Hubi Meisel, Evil Masquerade, Demonoid, Therion, Symfonia
- Style + Membre : Redemption
 

 Site Officiel (1092)
 Myspace (870)
 Chaîne Youtube (1257)

EVERGREY - Theories Of Emptiness (2024)
Par JEFF KANJI le 4 Juillet 2024          Consultée 1022 fois

Le quintet suédois n'a jamais semblé aussi en forme et soucieux d'accroître sa popularité. Son passage chez Napalm Records lui a sans aucun doute donné des moyens que même le grand AFM ne pouvait soutenir. Promotion, interviews, EVERGREY semble de plus en plus difficile à éviter. Celui qui semble avoir eu du mal à séduire la nouvelle génération tend depuis le très réussi "Heartless Portrait" à moderniser son discours. EVERGREY ne cherche pas à devenir une autre entité, mais à rester pertinent et à surtout ne pas se répéter.

Si jusqu'à présent il avait réussi à crever le plafond une fois sur deux depuis l'excellent "Hymns For The Broken" qui inaugurait un partenariat pour le moins fructueux avec Jacob Hansen, le quintet suédois a clairement amorcé un changement plus net avec le prédécesseur de "Theories Of Emptiness" avec un titre comme "Save Us", qui tout en conservant le cachet inimitable du groupe, la voix de Tom Englund, les guitares tranchantes et sous-accordées, et un sens du hit tout à fait particulier, faisait mouche. Si la réussite était au rendez-vous de "Heartless Portrait", c'est toutefois sans commune mesure avec le quatorzième album des Suédois.

En 2022, EVERGREY modernisait son Heavy Prog au riffing brutal avec une sensibilité Pop de plus en plus évidente, que le chant empli de vibes de Tom Englund mettait parfaitement en valeur. Peu de vocalistes dans le style peuvent s'en vanter. "Save Us" ou "Midwinter Calls" en étaient des parangons, et avec le recul, le définitif "Eternal Nocturnal" de 2021 apparaît comme le dernier tube du EVERGREY traditionnel. Ici le son, l'approche du sound design (largement porté par Jonas Ekdahl, dont c'est le dernier album en tant que batteur pour EVERGREY après vingt-trois ans de fidélité, le clip de "Say" constituant un bel au revoir aux fans), les mélodies, les structures, tout ça combiné sans doute à l'influence du side-project SILENT SKIES avec Vikram Shankar et une implication dans l'écriture bien plus importante de Johan Niemann, nous donnent "Theories Of Emptiness".

Avec son titre liant indirectement les thématiques des textes qui semblaient, dans leur noirceur habituelle, boucler sur ce concept de vide, et illustré par de beaux claviers de Rikard Zander, "A Theory Of Emptiness" termine l'album avec classe, avec un effet de surprise colossal, même si l'intensité émotionnelle de "When The Walls Go Down" n'est pas tout à fait atteinte. Mais cela souligne l'importance d'une bonne tracklist et du panel de compositions cohérent nécessaires à un grand album. Avec "Say", EVERGREY renouvelle son sens du tube en exploitant plus avant la direction de "Save Us", avec un gimmick parfait pour équilibrer un refrain groovy et entêtant.

Une intégrité artistique reste néanmoins indispensable à une telle recherche de renouvellement. C'est le tour de force de "Theories Of Emptiness" : des tubes en cascade ("Falling From The Sun", "Say", "One Heart" sur lequel j'ai eu l'honneur de réaliser une partie des chœurs) fortement marqués par l'identité du groupe, et tranchant pour autant nettement avec le son "classique" du groupe, et des pièces plus pachydermiques comme "To Become Someone Else" ou comment le groupe a réussi a trouver comment utiliser son riffing rythmique sous-accordé (c'est par ailleurs le premier album intégralement enregistré sur guitares sept-cordes) tout en proposant un pont atmosphérique magique. Même les titres en apparence plus mineurs tirent leur épingle du jeu par leur singularité ("Cold Dreams" où l'on retrouve Jonas Renkse dans un registre plus rugueux que KATATONIA) pour un trio poignant et complexe avec la jeune Salina Englund, ou encore "Ghost Of My Hero", possiblement le titre le plus travaillé.

EVERGREY avait eu droit à la Sélection du Site pour saluer son effort de renouvellement et son talent à en faire une réussite, mais "Theories Of Emptiness" me démontre un fait : j'avais sous-estimé sa capacité d'adaptation. Un gros 4/5 et sans prendre de risques, d'ores et déjà l'un des albums les plus marquants de 2024.

A lire aussi en METAL PROG par JEFF KANJI :


AYREON
Into The Electric Castle - A Space Opera (1998)
Le chef d'œuvre progressif des nineties




SOEN
Imperial (2021)
Z'avez bouffé du HAKEN ?


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Tom Englund (chant, guitare)
- Henrik Danhage (guitare, chœurs)
- Rikard Zander (claviers, chœurs)
- Jonas Ekdhal (batterie)
- Johan Niemann (basse, chœurs)
- -
- Jonas Renkse (vocaux sur 9)
- Salina Englund (vocaux sur 9)


1. Falling From The Sun
2. Misfortune
3. To Become Someone Else
4. Say
5. Ghost Of My Hero
6. We Are The North
7. One Heart
8. The Night Within
9. Cold Dreams
10. Our Way Through Silence
11. A Theory Of Emptiness



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod