Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH MÉLODIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style + Membre : Soilwork
 

 Myspace (695)

The ARCANE ORDER - Distortions From Cosmogony (2023)
Par MEFISTO le 10 Juillet 2024          Consultée 432 fois

The ARCANE ORDER... Putain, quand je pense aux groupes de Death Mélo de ma "goat list", les Danois apparaissent rapido dans mon esprit. Dense, techniquement irréprochable, violente, mélodieuse et divertissante un max, leur musique m'a marqué dès 2006, quand "The Machinery Of Oblivion" est tombé lourdement sur mon lecteur (ouais, c'était comme ça à l'époque, les djeunz).

Plus de dix-sept ans après ce mistral gagnant, Flemming C. Lund et Kasper Kirkegaard reviennent avec un quatrième album (ouais, faut être patient pour faire partie de leur fanclub, une qualité qui se perd). Nouveau batteur au poil, nouveau bassiste talentueusement pesant et ce qui m'intéresse davantage, nouveau chantre pour remplacer Kasper Thomsen, dont j'appréciais beaucoup la fureur. Kim Song Sternkopf abat un très bon boulot, avec son timbre plus grave que Thomsen, ce qui noircit, alourdit la facture déjà salée de TAO.

Et comme les zicos sont loin d'être des charlatans inconséquents, le ton qui prédomine sur "Distortions From Cosmogony" est très brutal, dramatique, obscur. On headbangue la « célébration du désespoir » en mode herculéen pour, entre autres, une petite virée comparative avec la Grèce antique dans les lyrics (ouais, outre ses cordes vocales, Kim Song Sternkopf aime analyser notre éternel combat entre la liberté et la soumission). Bon, pas trop de politique ou de philo ici, concentrons-nous plutôt sur la tornade d'excellentes idées composées par le duo de guitaristes qui, de la tête à la queue de ce ver géant, arrivent à cramer notre petit monde d'un souffle héroïque qu'on n'avait pas expérimenté jusque là chez TAO.

"Distortions From Cosmogony" est donc une vraie distorsion à plusieurs niveaux pour les Danois. La première est au niveau de la personnalité, grâce aux trois novices, dont l'influence créatrice est aussi manifeste que la montée mondiale de la droite. La seconde, celle que je kiffe par-dessus tout, est cette étiquette historico-baston que semble dorénavant traîner le combo ; cette progression salvatrice saura l'auréoler à l'avenir, car sur ce skeud, la jouissance atteint un apex d'un autre genre. Le Death Mélo de The ARCANE ORDER ruerait-il désormais dans la sous-catégorie épique ? (ouais, y en a des masses des sous-catégories de catégories, on le sait !)

Des dizaines et des dizaines d'écoutes plus tard, les germes ont grandi et pris racine dans mon esprit. TAO a réussit un taf de malade sur "Distortions From Cosmogony" afin de nous catapulter au cœur de la mêlée avec des météores comme "Cry Of Olympus", "Starvations For Elysium", "Ideals Of Wretched Kingdoms" ou "The First Deceiver". Le point d'exclamation de ce festin danois – de style gaulois – (ouais, mais pas avec Depardieu, il a jamais été crédible dans des braies) est sans aucun doute "Wings Of Duality", MA pièce favorite de 2023. V'savez, une déferlante accrocheuse qui vous prend aux tripes tellement son riff est magique et sa mélodie poignante ? Un morceau détonnant dégoulinant de tristesse et d'espoir à la fois, qui claironne la mort autant que la vie au fil d'une cavalcade d'une chatoyante intensité. Une saloperie de perfection Death Mélo de 7:49 dont on ne peut rater une seule seconde. D'ailleurs, vous remarquerez que l'interlude "Empedocles Dream" y est intimement lié...

The ARCANE ORDER prend son temps avant de nous foutre un rejeton entre les pattes et chaque fois, ça paie. Chacun sa stratégie, n'est-ce pas ? Les Danois, pour une foule de raisons (ouais, on en imagine un tas d'ironiques, je sais), a choisi le chemin le plus long. Grand bien lui en fasse, car chez Bibi et des milliers d'adorateurs, ça fonctionne du tonnerre de tous les dieux et diables de cette foutue planète de branleurs.

Au moment où j'écris ces lignes et où je tente vainement de trouver un défaut indigne de mention, je constate que ma passion pour "Distortions From Cosmogony" est si puissante qu'elle pourrait permettre à l'album de se frayer un chemin dans mon top 20 ès Metal. Peut-être le top 10. Chaque fois que je me repasse ce mastodonte, j'en (re)découvre les fondements, les tenants, les aboutissants et les abrutissants. (ouais, je cherche des rimes.

Seul conseil pour vous, si vous aimez le Death Mélo explosif : n'écoutez pas ce disque, vous risqueriez d'avoir du fun. (ouais…)

Podium : (or) "Wings Of Duality", (argent) "Cry Of Olympus", (bronze) "The First Deceiver" et "Starvations For Elysium".

Indice de violence : 3,5/5.

A lire aussi en DEATH MÉLODIQUE par MEFISTO :


BLACK KIRIN
National Trauma (2015)
La Chine... Autrement.




WOLFHEART
Constellation Of The Black Light (2018)
Un cœur de loup indomptable.


Marquez et partagez




 
   MEFISTO

 
  N/A



- Flemming C. Lund (guitare)
- Kasper Kirkegaard (guitare)
- Bastian Thusgaard (batterie)
- Kim Song Sternkopf (chant)
- Anders Frodo S. Mikkelsen (basse)


1. Distortions From Cosmogony
2. Cry Of Olympus
3. A Blinding Trust In Chosen Kings
4. Starvations For Elysium
5. Favors For Significance
6. Empedocles Dream
7. The First Deceiver
8. Ideals Of Wretched Kingdoms
9. Children Of Erebos
10. Wings Of Duality



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod