Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH METAL  |  STUDIO

Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

ALBUMS STUDIO

2024 Shaman

HELL:ON - Shaman (2024)
Par MEFISTO le 5 Juillet 2024          Consultée 510 fois

On en échappe. Trop d'offre, demande faible. Toutes ces raisons. Résultat : au lieu d'être en vue sur NIME, les Ukrainiens Deatheux adeptes de mysticisme de HELL:ON sont inconnus au bataillon. Plus maintenant. Ils percent enfin le voile avec leur sixième skeud, "Shaman", pour lequel il est très ardu de ne pas tomber, surtout si les accents ensoleillés du Moyen-Orient vous collent à la peau et le gros Death qui déteint vous poursuit jusque dans les bras de Morpheus.

"Shaman" devait sortir deux ans plus tôt, mais… vous savez. La guerre. C'est quand même chiant pour les fans d'avoir attendu 24 mois supp' pour cette orgie de riffs Death thrashisants trempés dans l'huile de bahamut. Et quand j'écris Thrash, n'y voyez pas « défonce totale », non, car les Ukrainiens sont davantage abonnés aux mid-tempi colossaux. Leur Death acéré est lourd, grave, tel un FIRESPAWN ou un CALM HATCHERY boursouflé, agrémenté de la cithare du maître à bord, Anton Vorozhtsov – qui s'est occupé aussi de la prod'. Vous y retrouverez aussi des germes de HATE et, dans les ambiances solennelles et le chant, les élucubrations de Nergal. J'anticipe aussi quelques comparaisons avec VADER sur certains passages plus excités tels "Tearing Winds Of Innerself"… Oubliez les réussites de GORGUTS, MELECHESH, NILE ou FRAILTY, qui ont aussi rué dans l'erg, on est plus dans la frange BENTONesque du bouzinodrome voilé.

Outre les comparaisons parfois boiteuses avec vos groupes d'Extrême moyen-oriental, vous dénicherez dans HELL:ON un vétéran du tube. Les deux premiers extraits sous le coude, "He With The Horse’s Head", "When The Wild Wind And The Soul Of Fire Meet", vous vous sentirez invincible dans une bataille de coqs. D'autant plus que "Shaman" est constellé de morceaux généreux, vrombissants, animés d'une fureur bien équilibrée, aux teintes dorées et noires, qui feront fureur au combat.

Le quintette est impérial dans la forme. Pour le fond, je vous laisse choisir, mais il ne peut y avoir de doutes autour de l'écrin ; Vorozhtsov sait ce qu'il fout, ça sonne comme une bombe atomique ! La basse d'Olexandr Sitalo est une sirène avertissant tous les démons assoupis sous la croûte terrestre de rester cachés ! Garni d'un tel attirail, difficile de croire que ce groupe ait toujours eu de la misère à dénicher un label en béton… Enfin, on est à cette époque ; nombreux sont ceux et celles qui n'obtiennent pas ce qu'ils désirent ou méritent !

Que vous aimiez ce type de délire pharaonique ou pas du tout, HELL:ON ne vous laissera pas de marbre. Impossible. Son Death est massif, efficace et si bienfaisant pour les esgourdes que vous voyagerez en première classe à dos de haboob, pensant dominer le monde. Lorsque le dur tremplin "What Steppes Dream About" et le duo "A New Dawn" – "I Am The Path" vous propulseront dans une tornade ensablée, vous serez content d'être encore vivant quand la torsade redescendra. Et quand les lourdes processions "Preparation For The Ritual" et "Shaman" défonceront leur dernier soupirail, vous saurez que HELL:ON n'a aucune besoin de chaperonnage.

Irrésistible dans la livraison comme dans la raison, HELL:ON s'affranchit non pas facilement des clones qu'on lui accole trop facilement, mais prouve que son expérience et ses idées enrichissent un paysage désertique déjà contingenté de mille oasis pétrolifères.

Bravo et merci à ce groupe fort talentueux et brutal, dont les tactiques mélodiques permettent de calmer une météo peu chaleureuse. J'ose croire que lorsque le sable se sera tiré, le sirocco de HELL-ON vous réconfortera en vous insufflant une irrépressible envie de mater du méchant coco.

Revêtez vos guêtres et mangez de ce gros Death agressif avant que vos gencives vous en veuillent d'avoir raté une telle occasion d'être corrigés par le roi des scorpions, sans gros imbécile dans le rôle-titre.

Podium : (or) "Shaman", (argent) "When The Wild Wind And The Soul Of Fire Meet", (bronze) "Preparation For The Ritual".

Indice de violence : 3.5/5.

A lire aussi en DEATH METAL par MEFISTO :


LOST SOUL
Atlantis (the New Beginning) (2015)
Aussi légendaire que l'Atlantide ? Hum...




GOROD
Process Of A New Decline (2009)
Death technique bordelais

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   MEFISTO

 
  N/A



- Olexandr Sitalo (basse)
- Oleg Talanov (batterie)
- Olexiy Pasko (guitare)
- Olexandr Bayev (chant)
- Anton Vorozhtsov (guitare, citare, percussions, synthé)


1. What Steppes Dream About
2. When The Wild Wind And The Soul Of Fire Meet
3. Tearing Winds Of Innerself
4. Preparation For The Ritual
5. He With The Horse’s Head
6. A New Dawn
7. I Am The Path
8. Shaman



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod