Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK ATMOSPHÉRIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

ALBUMS STUDIO

2024 Sírboltod Alatt

FOREVERCOLD - Sírboltod Alatt (2024)
Par STORM le 8 Juin 2024          Consultée 673 fois

Peut-être que vous percevez votre soif et votre quête imperturbable de trésors engloutis du Black Metal comme déraisonnable, car rien ne pourra sans doute jamais l’épancher. Peut-être que vous ressentez cette recherche effrénée d’une inaccessible étoile déjà morte, et percluse de vestiges inconnus. Peut-être enfin, vous voyez cette aventure comme le besoin irrépressible d’émotions inconnues et de fragrances sonores vertigineuses. Mais je suis comme vous sans doute. Je suis sur cette corde, sur ce fil suspendu entre deux abîmes, fasciné et enjoué d’observer ce qui pourrait me dévorer et me faire faillir. Rimbaud écrivait qu’il fallait dérègler les sens pour se permettre d’avoir accès à l’inconnu authentique et au renouveau, le Black Metal de par sa puissance et son expérience est un puits sans fond d’aventures vertigineuses, de hauts-fonds expérimentaux, de loopings émotionnels puissants ravageurs et ravagés. Alors, comme vous, je suis sur la route, toujours à nu, prêt à embrasser ma propre fébrilité et à me laisser envahir par la torpeur pour gagner le déraisonnable, et m’enivrer en continu de manière puissante et mortelle.

FOREVERCOLD fait partie de ces fantômes qui me hantent. De ces ombres erratiques, de ces spectres qui vous soufflent des néologismes et vous font halluciner les paysages de votre propre dévastation. Cela n’arrive que peu de fois, et depuis que 2024 est paru, FOREVERCOLD a pris cette place que le "Midnatsbøn Ved Djævelens Port" de GEISTAZ’IKA jusqu’alors occupait. Vous aurez tout à perdre à écouter sagement "Sírboltod Alatt". Cet album, le second de cette entité hongroise mystérieuse, est court (trop ?) mais intense. Il déboussole l’esprit comme les meilleurs titres de SEVEROTH – dont je ne peux que vous conseiller des écoutes amplifiées et passionnées. Le Black Metal Atmosphérique de FOREVERCOLD est à la croisée des chemins émotionnels du chagrin et de la magnificence. Au regard de cette belle peinture de Nikolaï Kassatkine, "Orphelins" (1891), année de la mort de l’enfant-Satan Rimbaud, FOREVERCOLD peint la tristesse de la mort, la rudesse, et les destins fauchés, comme les meurtrissures de ces enfants russes sur cette toile. "Sírboltod Alatt" s’enveloppe d’une part de ces ténèbres, de ces désespoirs qui agonisent, de ces instants qui basculent et font tourbillonner l’existence.

Si les riffs sont empreints d’arpèges délicats, les claviers sanglotent tout autant et portent les murmures d’un au-delà. Et la musique de FOREVERCOLD communie harmonieusement avec l’autre monde, la voix de notre Hongrois se faisant le truchement de cette désolation et de ce recroquevillement instinctif, de cette prostration à genoux devant la fureur des destins. Écoutez le début majestueux de "Könnyek" qui cristallise des émotions ternes pour les mettre en orbite autour de votre esprit pour doucement le traverser de part en part en l’ensorcelant. Entendez ces sanglots répondre au timbre hurlé… Prenez place dans ce tableau sonore sombre et ténébreux…. Et sombrez. Cédez à votre tour dans vos tumultes. Au loin sur cet horizon la lumière est un mirage, une rêverie, un espoir qui tend la main en entonnant d’autres refrains. FOREVERCOLD réussit son coup, et "Sírboltod Alatt" contient des plaines entières de miséricorde. Tout y est amertume, vertige et solitude. Le titre "Noztalgia" nous embarque à suivre un fleuve détenu par des flots de larmes sous l’escorte de berges inaccessibles, et signe l’un des plus beaux moments de l’album, et "A Sötétség, Ahol Örökre Elveszem" (littéralement "les ténèbres, où je suis perdu pour toujours") ferme la marche par plus de neuf minutes habitées d’accablement où un violon par intermittence vient jeter quelques sanglots supplémentaires.

FOREVERCOLD produit une hypnose continue, de celle qui nous fait imaginer d’autres couleurs derrière nos paupières fermées, de celle qui nous fait vivre des sensations enfouies ou d’autres qui paraissent fuir à tout jamais subrepticement en se dérobant. Les vocalises, le riffing, les nappes de claviers envoûtantes, le tragique du piano, la batterie qui vous emporte les sens, de cela FOREVERCOLD en est imprégné dans son cœur et au plus profond de celui-ci. Le souffle ainsi que les palpitations de ce dernier sont perceptibles et transpirent à l’orée de chaque titre de "Sírboltod Alatt". Cet album constitue une très belle sortie. Sa mélancolie est avant tout dotée d’une magnificence que la puissance du Black Metal galvanise et sublime. D’autres EPs et un autre album sont à découvrir, car notre Hongrois est prolifique. Pourvu que dure cette ivresse… qui donne ses lettres de noblesse au Black Metal Atmosphérique.

A lire aussi en BLACK ATMOSPHÉRIQUE par STORM :


РОЖЬ [RYE]
ВСЁ (2023)
Un seigle vaut mieux que deux tu l’auras




AŪKELS
Meddjan Sklāit Ten (2023)
Humus Black Metal


Marquez et partagez




 
   STORM

 
  N/A



- N/a


1. Könnyek
2. Az Élet Üressége
3. Nosztalgia
4. A Sötétség, Ahol Örökre Elveszem



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod