Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  REMIX/ARRANG.

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


ALBUMS STUDIO

2003 Black Rain
2008 License To Thrill
2011 1 Lethal Dose Of....
2019 Dying Breed
2022 Untamed

REMIX/ARRANG.

2024 Hot Rock Time Machine
 

- Style : Mötley Crüe, Sister Sin
- Membre : Amon Sethis, Dagoba
 

 Myspace (1086)
 Site Officiel Du Groupe (1431)

BLACK RAIN - Hot Rock Time Machine (2024)
Par GEGERS le 22 Mai 2024          Consultée 825 fois

BLACK RAIN s'en sort bien. Dans un contexte particulièrement difficile pour les musiciens professionnels ou semi-pro (les membres du groupe ne parvenant pas à vivre intégralement de leur musique), nos chouchous français du Hard/Sleaze ont connu un début de décennie plutôt faste. Un deal avec le label SPV, une collaboration nouvelle avec Hannes Braun, chanteur de KISSIN' DYNAMITE par ailleurs producteur et mixeur de talent, et dans la besace deux albums particulièrement audacieux et percutants, qui ont donné au groupe matière à s'affirmer, vingt ans après ses débuts, comme un nom majeur sur la scène européenne. Si le succès à l'étranger n'est pas évident, la multiplication des groupes prétendants à l'exportation allant croissant, BLACK RAIN poursuit sa route, désormais plus serein après avoir compris, peut-être parfois dans la douleur, qu'un succès commercial à grande échelle resterait malheureusement un rêve.

Le départ du batteur Frank Frusetta (membre depuis 2010) et l'arrivée du batteur Franky Costanza (DAGOBA, LES TAMBOURS DU BRONX) n'a pas interrompu le processus créatif du groupe, qui s'est manifesté en mai 2023 avec un nouveau morceau, "Death Drive" titre puissant et musclé qui, espérons-le, préfigure l'orientation artistique du groupe sur son prochain album, lui qui maîtrise depuis plusieurs albums cette alchimie entre la force de son Hard Rock et le maquillage de son Sleaze/Glam. Pour prolonger l'attente, BLACK RAIN se présente maintenant avec un album surprenant, qui le voit réenregistrer dix morceaux initialement parus sur ses albums "Lethal Dose Of..." (2011) et "It Begins" (2013). Un nouvel album, ou presque…

Ainsi, le groupe qui était pourtant dans une belle dynamique nous propose une sorte de retour arrière, bien illustré par cette DeLorean qui orne le visuel du bien nommé "Hot Rock Time Machine". La démarche n'a d'ailleurs pas enchanté le label SPV, qui a proposé au groupe de publier cet album de manière indépendante (avec le soutien du label Single Bel, SPV se chargeant tout de même de la distribution en dehors de la France). Ce coup d'œil est essentiellement motivé par l'envie du groupe de rendre disponible sur les plateformes les morceaux issus de ces deux albums dont il ne possède pas les droits. La démarche est louable, mais dans ce cas pourquoi ne pas l'avoir poussée jusqu'au bout en réenregistrant ces deux albums dans leur intégralité, plutôt que de proposer une compilation de morceaux choisis (certains figurant dans la setlist du groupe depuis de nombreuses années). Quitte à stopper les machines, il aurait été intéressant d'adopter la "méthode Hans Ziller" (BONFIRE) et revisiter ces albums dans leur intégralité plutôt que de le faire ainsi timidement.

Les dix morceaux de "Hot Rock Time Machine" sont équitablement répartis entre les deux albums "Lethal Dose Of..." et "It Begins", et bénéficient du mixage clair et précis de Hannes Braun, qui donne à ces morceaux une saveur nouvelle, que l'on peine à trouver dans l'interprétation. En effet, si quelques légères modifications ont été apportées sur certains titres, à l'image de la suppression des chœurs "doo wap", très Pop, sur "Shining Down On You", BLACK RAIN reste fidèle aux versions d'origine des morceaux. Dommage, car ces albums étant encore récents, les reprendre sans les chambouler, sans les revisiter et les bousculer un peu, semble une entreprise artistique bien vaine. Ainsi, sur l'incontournable "Overloaded", moment fort en concert, ce qui change le plus est la voix de Swan, beaucoup plus appréciable et moins nasillarde que par le passé. Le reste sent un peu le réchauffé. "Baby Shot Me Down", avec son côté BON JOVI/SCORPIONS assez prononcé, propose certes un son plus épais, plus mordant, mais l'énergie et l'intention restent la même. Pour qui connait la version d'origine, l'apport est nul.

De plus, certains titres témoignent d'un passé pas forcément très glorieux, et occultent ainsi la belle progression réalisée par le groupe depuis cette période. "Wild Wild Wild", ses gros chœurs, ses paroles basiquement hédonistes, prêtent à sourire car le groupe nous remet dans la tête l'image de ces petits mecs de Haute-Savoie qui s'imaginent "cruiser" sur le sunset strip au soleil couchant. Un morceau qui semble bien futile lorsqu'on le compare à ce qu'a pu proposer BLACK RAIN par la suite. "She's In Love", que MÖTLEY CRÜE aurait sans doute aimé composer, nous cueille grâce à son impressionnant solo. Le refrain est ici plus épais, plus percutant que sur la version d'origine, mais son clin d'œil très très appuyé au "Talk Dirty To Me" de POISON nous empêche de savourer le morceau à sa juste valeur. Sur la plupart des morceaux, on se demande néanmoins ce que ces nouvelles versions nous apportent : Sur "Revolution" par exemple, les ambiances steampunk, à la fois western et modernes, sont conservées, mais quelles nouvelles émotions ? Quelle valeur ajoutée par rapport à l'enregistrement originel ?

Reste donc à apprécier les morceaux pour ce qu'ils sont, puisque BLACK RAIN n'est néanmoins pas manchot au moment de proposer des morceaux riches et des refrains percutants. On se délecte ainsi de "Nobody But You", son excellent refrain, intense et riche en émotions, de "Young Blood" et ses claps entraînants, ou encore de "Dead Boy" aux sonorités Sleaze prononcées, agrémenté de ce qui est sans doute un des meilleurs refrains composés par le groupe.

Il aurait été intéressant que le groupe aille plus loin, soit en réenregistrant intégralement ces deux albums, s'il souhait les rendre disponibles et leur offrir une mise en son plus conforme à ses aspirations actuelles, soit en les revisitant avec plus d'audace et d'invention, en prenant exemple sur un groupe tel que ROYAL REPUBLIC, qui avec son EP "Royal Republic And The Nosebreakers" avait su donner un nouveau visage à des morceaux pourtant très récents. Le résultat nous semble donc ici mi-figue mi-raisin, comme si le groupe avait été pris par le temps. Une sortie intéressante pour ceux qui ont fait l'impasse sur les albums "Lethal Dose Of..." et "It Begins", mais superflue pour les autres. En espérant que le groupe se remette vite à aller de l'avant plutôt que regarder dans le rétroviseur, comme il a si bien su le faire depuis la fin de la dernière décennie.

2,5/5.

A lire aussi en HARD ROCK par GEGERS :


SHAKRA
Moving Force (1999)
Les "hell" vètes s'affirment




ECLIPSE
Wired (2021)
Le système ECLIPSE


Marquez et partagez




 
   GEGERS

 
  N/A



- Swan Hellion (chant, guitare)
- Max 2 (guitare)
- Matthieu De La Roche (basse)
- Franky Costanza (batterie)


1. Overloaded
2. Baby Shot Me Down
3. Wild, Wild, Wild
4. She's In Love
5. Nobody But You
6. Dancing On Fire
7. Young Blood
8. Shining Down On You
9. Revolution
10. Dead Boy



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod