Recherche avancée       Liste groupes



      
METALCORE CHAOTIQUE  |  STUDIO

Lexique metalcore
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : The Dillinger Escape Plan , August Burns Red, Employed To Serve, System Of A Down

SEEYOUSPACECOWBOY - Coup De Grâce (2024)
Par KOL le 13 Mai 2024          Consultée 1436 fois

Précautions d’usage : cet album est excellent, merci de bien vouloir passer outre les propos préliminaires, que d’aucun jugeront à tendances néo-conservatrices, de son auteur, manifestement sous l’effet d’hallucinations dues au Jetlag, à un quelconque psychotrope, ou à un syndrome post-traumatique suite à l’écoute soutenue de ce "Coup De Grâce".

Non, mais qu’est-ce que c’est que ces conneries encore ? Du Sasscore ? Et puis quoi encore, putain. Déjà que je n’arrive plus à suivre le nombre de lettres à LGBTQIA++, voilà-t-y pas qu’on m’invente un nouveau genre de Metôl, qui plus est auto-revendiqué par le groupe lui-même. Mix de Metalcore, de Screamo, de Mathcore, de New Wave, de Post-punk et pis plein d’autres trucs, hein, j’ai la flemme de pomper Wikipédia (tout le monde le fait, mentez-pas (‘fin les plus intelligents font des copier-coller, mais moi, ce n’est pas trop ma génération, hein !). Bref, ct’histoire, c’est le bordel, ça mélange plein de trucs, et c’est un peu woke sur les bords : les thèmes abordés sont souvent revendicateurs d’une identité sexuelle non-genrée, la déconstruction, et autres théories de notre époque perdue entre sincères regrets et mises au bûcher ("Burn the Witch… Well… We did do the noze" comme grinçaient déjà Cleese, Gilliam, Idle et leur bande de Monty Pythons).

Bon, tout ça, je n’en ai un peu rien à foutre, pour être sincère avec vous, du coup, démarrer par cette introduction est un risque calculé que je prends, celui de vous perdre avant même d’avoir commencé, ce qui serait dommage vu la musique proposée par SEEYOUSPACECOWBOY… (que l’on va raccourcir en "SYSC…" sinon on ne va pas s’en sortir), d’une grande qualité. La vocation de ce préambule était de modestement situer quelque peu la bête, quand bien même le dictionnaire en ligne le plus célèbre des internets serait incomplet. Pour vous donner une idée de ce dans quoi nous allons plonger, fermez les yeux et imaginez-vous du Hardcore sans concession, un Piano-bar tout droit sorti d’un film noir, du Punk Rock à la SUM 41, la folie de SYSTEM OF A DOWN, et des breakdowns à briser des nuques. Vous pouvez rouvrir les yeux à présent. Vous y êtes !

Bienvenue dans l’univers flingué du ciboulot de SEEYOUSPACECOWBOY…, sorte de bout de la route en mode Atlantic City, entre éléments groovy pour oublier le monde qui vous entoure et fin de tout espoir en la condition humaine. Comme ça, j’avoue, ça ne donne pas des masses envie. Et pourtant… Pourtant… C’est juste tout simplement excellent musicalement, d’une fraîcheur et d’une intensité que je n’avais pas ressentie depuis des lustres. Les dernières torgnoles du genre, ça devait être VEXED ou EMPLOYED TO SERVE (tiens, encore deux groupes menés par des brailleuses de talent : coïncidence ? Je ne sais pas, en fait).

Formé en 2016 par la fratrie Sgarbossa, l’égérie Connie au micro et Ethan à la gratte (après avoir débuté derrière les fûts), le combo de San Diego n’a pas trainé en chemin et nous a déjà gratifiés de quatre LP, le premier d’entre-eux, "Songs From The Firing Squad", constituant une compilation des premiers essais des Californiens. Sur une pente ascendante après le déjà très réussi "The Romance Of Affliction" sorti en 2021, "Coup De Grâce" porte fièrement son blase, venant certifier sans discussion combien SYSC… fait à présent partie des formations qui comptent, si certains en doutaient encore.

Tout est annoncé dès la première piste : "Allow Us To Set The Scene" pose les bases de la déflagration à venir, toute en musicalité et violence, aussi intense que les hooks en chant clair s’avèrent catchy. Les amateurs de castagne y trouveront fatalement leur compte, mais paradoxalement, l’ensemble se montre également relativement accessible, du fait de refrains majoritairement en chant clair tout droit issus du Skate-Punk. Les musiciens sont au top, que ce soient les guitares bien abrasives mais toujours audibles et prégnantes, ou la basse qui récure bien les cages à miel tout en confèrent à l’ensemble un aspect rebondissant des plus jouissifs. Relativement déstructurées - juste ce qu’il faut - les compositions nous offrent une alternative au sempiternel schéma couplet-refrain-couplet-refrain-solo-refrain, sans pour autant jamais nous perdre totalement dans d’obscures circonvolutions proprement imbitables.

Connie Sgarbossa, qui a failli commettre l’irréparable en 2021, récite une partition sans faille, faite de rage et de colère, même si son chant clair pourra un brin agacer à la longue par son maniérisme. En revanche, en ce qui concerne les cris, je peux vous garantir que ne ferez pas le voyage pour rien. Tiens, allez donc m’écouter "Silhouettes In Motion", vous m’en direz des nouvelles, avec des motifs que ne renierait pas l’ami Daron Malakian de la grande époque. Si d’aventure vous vous demandiez ce que la demoiselle saurait délivrer en bonne compagnie, Courtney LaPlante (SPIRITBOX) vient nous gratifier d’un joli featuring sur "To The Dance Floor Fo Shelter". Autant la Canadienne déçoit avec son propre groupe, autant son talent vocal est relativement incontestable et le duo nous y propose une passe d’armes de haute volée, invitant un piano impromptu au milieu de la castagne.

Imprévisible, l’écriture de SEEYOUSPACECOWBOY… l’est indubitablement, comme aux grandes heures de SOAD. L’aspect Mathcore est subtilement présent et façonne à sa manière la forte singularité des Californiens. On ne sait jamais dans quel démesure vont partir les chansons, vers la brutalité la plus primale ou vers la mélodie enjôleuse, le tout pouvant changer d’une mesure à l’autre, sans prévenir. Cette originalité confère à "Coup De Grâce" une durée de vie conséquente, pour ce qui figurera sans aucun doute dans mon top de fin d’année. Amateurs de trucs en -core, que le préfixe apposé soit Metal, Math, Hard, Sass ou ce que vous voudrez : ne passez pas à côté !

Note réelle : 4,5/5.

Sur ce, je vous laisse sur quelques touches blanches et noires, et un « Adieu » susurré du bout des lèvres par la miss Connie.

A lire aussi en METALCORE par KOL :


EMPLOYED TO SERVE
Eternal Forward Motion (2019)
A ne manquer sous aucun prétexte




ARCHITECTS
The Classic Symptoms Of A Broken Spirit (2022)
Encore un bon album pour les anglais !


Marquez et partagez






 
   KOL

 
  N/A



- Connie Sgarbossa (chant)
- Ethan Sgarbossa (guitare, chant)
- Taylor Allen (basse, chant)
- Timmy Moreno (guitare)
- Aj Tartol (batterie)


1. Allow Us To Set The Scene (ft. Iris.exe)
2. Subtle Whispers To Take Your Breath Away
3. And The Two Slipped Into The Shadows
4. Red Wine And Discontent
5. Lubricant Like Kerosene (ft. Kim Dracula)
6. Respite For A Tragic Tale (ft. Iris.exe)
7. Silhouettes In Motion
8. To The Dance Floor For Shelter (ft. Courtney Lapla
9. Rhythm And Rapture (ft. Nothing,nowhere)
10. Sister With A Gun
11. Chewing The Scenery
12. Curtain Call



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod