Recherche avancée       Liste groupes



      
POST-BLACK/ PROG  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


AUSTERE - Beneath The Threshold (2024)
Par STORM le 8 Mai 2024          Consultée 284 fois

AUSTERE m’avait habitué - un peu comme l’indique la très juste chronique de l’ami Mefisto du bel album qu’est "To Lay Like Old Ashes" – à un DSBM bien glauque et déchiré. Changement d’épaule, celle fois-ci notre duo australien tire une balle davantage vers ce qui semble s’apparenter à un Post-Black maniant aussi davantage d’éléments Prog à mi-chemin dira-t-on entre un KATATONIA et un GERM. Recette nouvelle entamée depuis le dernier album "Corrosion Of Hearts" sorti l’année dernière ; que j’avais rapidement éconduit tant il avait eu tendance à m’ennuyer rapidement.

En creusant davantage et en réécoutant plus sérieusement ce nouvel album, je dois bien dire que je confirme quelque peu une monotonie d’écoute, du moins selon mes attentes. L’album passe et repasse mais irrémédiablement ne me marque pas plus que cela. Un peu dommage tout de même car si l’on s’arrête sur certains passages quelques fulgurances apparaissent. Il est convenu qu’avec l’âge l’on s’assagit et Desolate et Sorrow, nos deux comparses, pourraient bien confirmer cette idée reçue. En passant de l’obscurité à la lumière, le scintillement de certaines mélodies – je pense notamment aux éclats des tires tels que ceux contenus au sein de "The Sunset Of Life", ou bien encore de "Cold Cerecloth" – s’enveloppe d’une ambiance à la fois morose (au sens du propre du terme) et désespérée bien ficelée. C’est donc peut-être cela qui les relie encore un peu à leurs anciens amours du DSBM. Le chant écorché encore présent (jusqu’à quand ?) permet aussi de conserver cette filiation maudite.

Mais je reste continuellement sur ma faim malgré les écoutes. Il faut dire que dans ce pré carré du Metal dépressif et désabusé, quelques ténors tiennent la dragée haute de manière plus inspirée. Et je dois concéder aussi que le chant clair me semble maladroit et assez plat. Malgré donc la belle technicité des riffs et des mélodies mais aussi de leads bien sentis, difficile pour moi de m’habituer à cette nouvelle orientation. Je trouve aussi que la production assez pataude manque de clarté et inocule un sentiment un peu brouillon qui ne me permet pas aussi de me raccrocher à cette lumière que AUSTERE espère. Je prends pour exemple le dernier titre "Of Severance", le plus long de l’album mais aussi le plus enraciné Black Metal, peut-être aussi le plus captivant à mes yeux. Malgré sa belle diversité, il s’enracine à intervalles réguliers dans des longueurs qui n’ont pas lieu d’être et qui le desservent.

À peine un an après "Corrosion Of Hearts", AUSTERE s’échappe avec célérité vers les confins de ce qui fera aussi la suite de son orientation musicale. Cet empressement semble se confirmer et ravira sans doute les amateurs de sonorités plus accessibles. J’aurais davantage préféré que AUSTERE reste au contact de leur confrère de WOODS OF DESOLATION, mais les amateurs de ANATHEMA mais aussi de MY DYING BRIDE – qui testeront d’ailleurs leur prochain album "A Mortal Binding", que j’ai écouté et qui ne m’a pas convaincu - auront sans doute plus d’atomes crochus avec ce virage.

Note réelle : 2,5/5.

A lire aussi en POST par STORM :


EUDAIMONY
Futile (2013)
Fugue Rimbaldienne




TRNA
Istok (2021)
Les Russes : maîtres du Post-Black Atmo


Marquez et partagez




 
   STORM

 
  N/A



- Desolate (chants, guitares, basse, claviers)
- Sorrow (chants, batterie, claviers)


1. Thrall
2. The Sunset Of Life
3. Faded Ghost
4. Cold Cerecloth
5. Words Unspoken
6. Of Severance



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod