Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL PROG  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

ALBUMS STUDIO

2009 A Mind’s Portrait

AEON ZEN - A Mind’s Portrait (2009)
Par HAPLO le 12 Mai 2024          Consultée 189 fois

À ma grande honte, et c’est important pour moi de te le confesser Ô lecteur exigeant, je ne saurai te dire à quelle occasion ni par quel enchaînement de circonstances, je suis tombé sur la formation britannique d’AEON ZEN ! Ce nom énigmatique pour les uns, voir franchement rigolo pour les autres, aura sans doute éveillé ma curiosité quant à la musique proposée… mais là également c’est le trou noir : je suis impardonnable !

Aussi, pris entre la rédaction fébrile de deux chroniques, tout en essayant d’éviter les coups de fouet vicelards m’étant administré par le Grand Maître du Metal (notre Boss vénéré à tous sur NIME !) pour me rappeler le sacro-saint respect des délais, le remord grandissant et l’envie de m’atteler à ce drôle de nom flottait néanmoins aux frontières embrumées de ma conscience pourtant si souvent défaillante. M’attelant (enfin !) à cet AEON ZEN sans cesse remis à plus tard, je découvre une discographie déjà joliment garnie (pas moins de six opus entre 2009 et 2021 !) à la vue de laquelle je dois réfréner mon instinct kro-nivore consistant à choper à plein crocs la barbaque tendre du dernier-né… manifestement le plus abouti en termes de probabilités, succès facile qui m’aurai assuré le fameux LMG (Lectorat Minimum Garantit) que nous apprécions tous à sa juste valeur sur NIME ! C’est donc dans une logique tant scolaire que rigoureusement désintéressée que je tenterai de donner mon humble avis sur ce cri initial constitué par ce "Mind’s Portrait" paru en mai 2009.
Cher public métallique, bienvenue dans l’univers bigarré d’AEON ZEN première époque !

C’est sous une forme réduite à sa plus simple expression qu’émerge ce combo au fil des années 2007-2008 puisque centrée autour du guitariste mais aussi multi-instrumentiste Mister Richard Hinks (aka Rich Gray) et de son complice batteur Lloyd Musto. Amourachés de Metal Prog’ et manifestement inspirés, nos deux zicos cultivent apparemment un beau réseau relationnel avec le reste de la profession car pour pondre ce premier opus, il vont parvenir à s’adjoindre les services d’un Andi Kravljača (ex-SEVENTH WONDER, SILENT CALL), d’un Nils K. Rue (PAGAN’S MIND), d’un Andreas Novak (MIND’S EYE) ou encore d’un Elyes Bouchoucha (MYRATH) rien que pour les parties vocales… excusez du peu !
Côté instruments, l’ami Hinks s’avérant plus captivant qu’avec son seul organe vocal (j’y reviendrai plus loin héhéhé…), il assure les parties guitares, basse, claviers et programmation et s’entoure de quelques musiciens de session pour compléter la jolie fanfare.

Cohérent avec le terrain de prédilection des vocalistes collaborant à ce "Mind’s Portrait", AEON ZEN y propose un Metal Prog’ mélodique très honorablement riffé, à la musicalité indiscutable, fort d’une mise en place irréprochable dans laquelle Hinks décoche des soli guitaresques bien pêchus et techniques, quand se ne sont pas des rythmiques finement ciselées accrocheuses comme on aime, sur des structures globalement variées. Voilà pour la partie sourire et bonnes nouvelles. Il est cependant invariable, et c’est aussi vrai pour AEON ZEN, que même doté de la meilleure volonté du monde, on ne fait pas pour autant que des miracles… Et cette règle (quasi) universelle s’applique ici aussi bien dans le fond que dans la forme !

AEON ZEN prend en effet le risque artistique de s’acoquiner avec des frontmen aux empreintes vocales et stylistiques bien trempées, à l’image d’un Nils K. Rue dont les rugissements restent identifiables même un soir de grosse biture avec un bonnet couvrant les oreilles, et en leur distribuant même plusieurs titres chacun… et ne parvient pas selon moi à forger sa propre signature aux travers de morceaux que l’on croirait provenir d’autres albums. Ainsi, malgré un travail indéniable et des compos pour certaines très bien tournées (la chouette power-balade "Blinded Rain" qui magnifie la voix d’Andi, le tapageur "Into the Infinite" pour Nils ou encore le charmant minimaliste "Hope's Echo Part 1" pour Andreas), les britanniques nous concoctent un espèce de gloubi-boulga auditif assez dérangeant qui surprend mais ne parvient pas à (me) séduire complètement.

Côté forme, et malgré la virtuosité instrumentale citée plus haut, AEON ZEN délivre avec ce "A Mind’s Portrait", un Metal Prog somme toute très appliqué, voir scolairement irréprochable mais sans véritables étincelles de génie, même ponctuelles. À l’image d’un "Hope's Echo Part 2" bizarrement emmanché sur lequel on se dit qu’il y a un truc (lequel ?) qui ne fonctionne pas...
Et quand Richard Hinks se met à pousser la chansonnette, sa voix traînante, qui paraît carrément fadasse à côté de ses invités, en ajoute une jolie pelletée au ressenti de mou du genou global. Le titre éponyme ou le déstabilisant "Heaven's Falling" qui part quant à lui dans tous les sens, en sont de parfaites illustrations.

Mais tout n’étant pas désespérément sombre en terres de Mordor, je dois avouer m’être laisser agréablement surprendre par la créativité sous-jacente des deux instrumentaux "The Circle's End" et "Goddess" qui, même si ils ne décrochent pas les lustres à coups de riffs sanglants, laissent entrevoir qu’AEON ZEN en a sous la pédale. Petite mention bonus également pour le nerveux et bien mené "The Demise Of The Fifth Sun" sur lequel le second couteau vocal de MYRATH se fond très correctement dans l’écrin que lui offrent les instrumentistes. J’espère que les anglais développeront ces bonnes choses sur l’opus suivant !

Distrayant pour les progueux méticuleux ou les fans invétérés des guests conviés au micro, "A Mind’s Portrait" a le mérite de constituer le premier pas d’AEON ZEN. Il indique également que le combo doit impérativement se constituer une identité et un son. Pour les historiens / spéléologues rigoureux donc…

Enfilant (de plus en plus laborieusement !) ma combinaison intégrale à paillettes pour présenter le prime de Prog’Academy, et affublé de ma perruque fashion comme du sourire de mes vingt piges, je relis consciencieusement ma fiche AEON ZEN "A Mind’s Portrait" pour lequel j’annoncerai la sentence de 2/5 rendue par le Grand Jury à Plume ! Ils n’en sont qu’à leur premier chapitre… et le spectacle continue !

- Pour Nils : "Into The Infinite",
- Pour l’espoir : "The Circle's End" & "Goddess",
- C’est pas grave si t’en parles pas à tes petits-enfant au coin de la cheminée la veille de Noël : "Hope's Echo (Part 2: The Aftermath)".

A lire aussi en METAL PROG par HAPLO :


MANDROID ECHOSTAR
Citadels (2013)
La grande classe… Inclassable !




DAMNATIONS DAY
A World Awakens (2017)
Pistonnés mais talentueux !


Marquez et partagez




 
   HAPLO

 
  N/A



- Richard Hinks Aka Rich Gray (guitares, basse, claviers programmation, voix sur 6 et 8,)
- Lloyd Musto (batterie,)
- Guests :
- Andi Kravljača (voix tracks 1, 3,)
- Andreas Novak (voix sur tracks 4, 5)
- Nils K. Rue (voix sur tracks 2, 9)
- Elyes Bouchoucha (voix sur track 11)
- Matt Shepherd (lead guitare sur tracks 1-2)
- Cristian Van Schuerbeck (solo clavier sur track 8)


1. Existence
2. Time Divine
3. Blinded Rain
4. Hope's Echo (part 1: The Wake)
5. Hope's Echo (part 2: The Aftermath)
6. A Mind's Portrait
7. The Circle's End
8. Heaven's Falling
9. Into The Infinite
10. Goddess
11. The Demise Of The Fifth Sun



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod