Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK SYMPHONIQUE  |  STUDIO

Commentaires (2)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

2017 Cryptoriana The Seduc...
2021 Existence Is Futile
 

- Style : Helioss, Agathodaimon, Anorexia Nervosa, Bal Sagoth, Carach Angren, Chthonic, Diabolical Masquerade, Graveworm, Illnath, Limbonic Art, Mystic Circle, Diablation, Lord Shades, Ad Inferna, Crest Of Darkness
- Membre : Solstice, Symphonity, The Haunted, Therion, Vallenfyre, Lost Symphony, The Blood Divine , Atrocity, Serotonal, Sarah Jezebel Deva , Acheron, Anathema, Angtoria, At The Gates, Brujeria, Code, Decameron, December Moon, Entrails, My Dying Bride, Paradise Lost, Masterplan, Massacre, Lock Up, Leaves' Eyes, Gorerotted
- Style + Membre : Old Man's Child, The Kovenant, Hecate Enthroned, Abigail Williams, Dimmu Borgir, Ancient
 

 Site Officiel Du Groupe (1601)
 Myspace (1125)
 Chaîne Youtube (886)

CRADLE OF FILTH - Existence Is Futile (2021)
Par MEFISTO le 27 Mars 2023          Consultée 2016 fois

Si elle a déjà été futile à bien des égards, l'existence de CRADLE OF FILTH revaut aujourd'hui la peine d'être vécue à fond la double caisse. La bande renouvelée à Dani, stable depuis 2015, a opéré un virage majeur pour sauver la légende du naufrage et on en récolte maintenant les fruits les plus délicieux et explosifs.

Seul modif aux RH : le départ de Lindsay Schoolcraft au profit de la claviériste anglaise de 28 ans Anabelle Iratni, qui accomplit ici un très bon boulot. Sinon, le line-up de CRADLE, qu'on apprécie de plus en plus, nous assène une autre grosse baffe bien Black, gothique, parfumée et violemment inspirante. Avec un tel artwork de génie et un propos empestant la fin du monde sous la plume toujours gracieuse de Dani – ici commentateur de la réalité et non de sombres fables, on ne pouvait demander mieux.

"Existence Is Futile" est le meilleur album de CRADLE depuis fort longtemps, surtout la version deluxe, qui a servi à préparer cette chronique. Les deux titres bonus valent largement le détour, "Unleash The Hellion" et sa trame apocalyptique en tête. Ce volcan de pessimisme face à notre avenir commun est lancé par un duo classique chez CRADLE : l'intro instrumentale plantant le décor macabre et le brûlot imparable qui suit derrière pour mettre le feu aux poudres. "Existential Terror" est particulièrement efficace et cinglante dans le genre, soupesée par de brillantes orchestrations d'Anabelle et un riff de dingue qui donne le ton rapido.

Ensuite… *soupir*… Comment vous expliquer… Eh bien, la première fois que j'ai entendu "Necromantic Fantasies", c'était à l'automne 2021, quand le morceau est sorti comme deuxième single, après la carte de visite de l'album, le féroce "Crawling King Chaos". Et là… vous dire la MANDALE ! Cette intro inquiétante, le cri strident de Dani sur de somptueuses nappes de synthé et la voix magnifique et torturée d'Anabelle, ces guitares nerveuses et mélodieuses, ce refrain absolument magique me filant des frissons à chaque fois, ce solo vers la fin qui nous assène le coup de grâce avant le dernier refrain… Tout, TOUT dans cette histoire d'horreur gothique (super vidéo au passage) me plaît, c'est une orgie sonore qui est devenue ma pièce favorite de ce groupe que j'écoute depuis plus de vingt-cinq ans. "Necromantic Fantasies" a dû tourner plus de cent fois en quelques mois dans mon lecteur. C'est pour moi la composition ultime de CRADLE ; elle tranche avec le reste de l'album et de la disco des Anglais en réunissant ses meilleurs atouts. Même Dani s'y surpasse, comme s'il avait encore trente ans.

Après un tel déluge qui me rend groggy, difficile d'enchaîner ! Mais CRADLE avait plus d'un tour dans son sac sur cet album intelligemment construit ! Après un court intermède, on reprend le collier avec "Black Smoke Curling From The Lips Of War" et "The Dying Of The Embers", sur lesquelles les guitares volent dans tous les sens (allô, "Existential Terror" et "How Many Tears To Nurture A Rose?" !) dans un maelstrom mortel tel que décrit sur la pochette. Mention spéciale encore une fois à Anabelle, dont le timbre colle bien avec l'atmosphère que crache le sextette. S'insère entre ces deux briques une pièce assez surprenante, la complainte "Discourse Between A Man And His Soul", dont le titre dévoile tous les secrets. Comme si Dani parlait à son miroir pour se repentir avant de crever sous les flammes soufflant sous sa porte. Intéressant comme exercice, même si je ne pèserai pas sur « rejouer » comme pour ma préciiiiiiiieuuuuuuussssse "Necromantic Fantasies".

La vraie fin du monde arrive après l'horrifique "Ashen Mortality". Je vous rappelle que pour vivre pleinement l'expérience "Existence Is Futile", écoutez la version deluxe, car "Suffer Our Dominion" ne saurait se passer de son grand frère "Unleash The Hellion" une fois qu'il s'est dévoilé sous nos pavillons émerveillés. Ces deux petites fresques odieuses permettent de boucler la boucle avec panache et poésie, un peu comme lors du quatrième et dernier chapitre de "Damnation And A Day". Grâce encore au doigté de Miss Iratni. Ah, et il y a aussi la malsaine "Us, Dark, Invincible", qui, pour les malchanceux qui n'auront que la version courte, sera la cerise noire sur le gâteau. Et quelle cerise ! Un cadeau acéré et empoisonné à la finale admirablement ambiancée qui contentera le commun des quidams fan de COF.

Le verdict est donc sans équivoque. Bercé par une savante collection de compositions inspirées et profondes, une nouvelle claviériste des plus douées et le respect d'un esprit artistique tourné vers la réalité, ce "Existence Is Futile" est une franche réussite. Un chiffre 13 qui lui aura été des plus salutaires, comme quoi la bête peut dompter le mauvais sort si elle rugit avec justesse.

Un très gros 4, plus gros que celui de "Cryptoriana" et "Hammer...".

Podium : (or) "Necromantic Fantasies", (argent) "Unleash The Hellion", (bronze) "Suffer Our Dominion" – "Existential Terror".

Indice de violence : 3/5.

A lire aussi en BLACK SYMPHONIQUE par MEFISTO :


MALEVOLENTIA
République (2016)
Miroir de la société ?




CRADLE OF FILTH
Cryptoriana - The Seductiveness Of Decay (2017)
Treize albums et toujours chanceux..

(+ 2 kros-express)

Marquez et partagez




 
   MEFISTO

 
  N/A



- Dani Filth (chant)
- Martin Skaroupka (batterie, orchestrations)
- Daniel Firth (basse)
- Richard Shaw (guitare)
- Marek Smerda (guitare)
- Anabelle (chant, synthé, orchestrations)


1. The Fate Of The World On Our Shoulders
2. Existential Terror
3. Necromantic Fantasies
4. Crawling King Chaos
5. Here Comes A Candle… (infernal Lullaby)
6. Black Smoke Curling From The Lips Of War
7. Discourse Between A Man And His Soul
8. The Dying Of The Embers
9. Ashen Mortality
10. How Many Tears To Nurture A Rose?
11. Suffer Our Dominion
12. Us, Dark, Invincible
13. Sisters Of The Mist
14. Unleash The Hellion



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod