Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (130)
Questions / Réponses (9 / 59)
Metalhit
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1983 Kill 'em All
1984 Ride The Lightning
1986 Master Of Puppets
1988 ...and Justice For Al...
1991 Metallica
1993 Live Shit: Binge & Purge
1996 Load
1997 Reload
1998 Garage Inc.
1999 S&m
2003 St. Anger
2008 Death Magnetic
2016 Hardwired... To Self-...
2023 72 Seasons
 

- Style : Exodus, Night Viper, Diamond Head, 4 Arm, Xentrix, Under The Oak, Evile, Spirit Web, Heathen, Anthrax, Slayer, Rage
- Membre : Flotsam And Jetsam, Kirk Hammett, Jerry Cantrell , Film, Ozzy Osbourne, Echobrain, Infectious Grooves, Suicidal Tendencies
- Style + Membre : Megadeth, The Big 4
 

 Site Officiel (2972)
 Fan Club Officiel (8689)
 Fan Club Français (local Chapter) (4811)
 New Fan Club Français (local Chapter) (3688)
 Myspace (1857)
 Chaîne Youtube (14354)

METALLICA - Death Magnetic (2008)
Par REMISSA le 15 Mai 2024          Consultée 419 fois

Après le sang, le foutre, et la pisse, voici la pochette en forme de sexe féminin et les poils pubiens qui vont avec. Reste un trou de balle et du caca, et on aura gagné notre jeu des sept familles des artworks de bon goût !

"Death Magnetic", c’est en quelque sorte la renaissance de METALLICA. Sans flamboyance, n’exagérons rien, mais même sans le comparer aux trois immondices qui le précèdent, il faut admettre qu’il tient la route. Sur l’échelle de la bouffe, si "St. Anger" est une soupe au vomi et "AJFA" une truffe fourrée au caviar, "DM" c’est un brocoli. À la béchamel.

Le principal argument de vente de ce neuvième album studio est un retour aux sources à un Thrash Metal des premiers jours, comme si les légendes essayaient de se convaincre elles-mêmes… Et il en faudra de l'auto-persuasion durant les trois premiers titres poussifs de cette galette, au point que l’on remettrait leur parole en cause. Des sueurs froides surviendront même à l’écoute de certaines paroles comme par le passé, dont le niveau littéraire est digne d’un tatouage dans le creux des reins d’une bimbo des années 2000 :

"What don’t kill ya make ya more strong" - "Broken Beat And Scarred". So deep.

Et pourtant, arrivé à "The Day That Never Comes", l’album trouve sa routine, et va même jusqu’à décoller pour nous pondre des titres tout à fait convenables, voire même entraînants. Sans rire. Aucun ne sera réellement décevant hormis "My Apocalypse" en toute fin, se révélant un peu fadasse comparée au reste mais supplantant n’importe quelle bouse de "Reload" ou de "St. Anger" haut la main.

Alors certes, les titres sont effroyablement longs, et il faudra faire le deuil des morceaux rentre-dedans à l’avenir, car en dehors des singles promo, METALLICA ne sait plus faire de pistes de moins de six minutes.
Certes, Hammett a définitivement raccroché les gants, ou plutôt il les a enfilés pour jouer ses soli, d’une désincarnation navrante (à nuancer sur "The Unforgiven 54" et "Suicide And Redemption").
Certes, le jeu d’Ulrich est bateau et inintéressant, mais il a au moins le mérite de ne plus sonner comme un kit de Slam/Goregrind pour jouer du Heavy mou des genoux.
Certes, la voix d’Hetfield est usée par la picole et l’âge : les gaillards commencent à tirer plus sur la cinquantaine que la dizaine précédente.
Certes, le son est compressé avec les pieds et sature à un point que Rick Rubin viendrait à nous faire regretter Bob Rock.
Mais pour autant, cette galette malgré ses imperfections est sincère, et nous offre des morceaux que j’ai réécouté encore et encore. Le build-up de "All Nightmare Long" est excellent, "TDTNC" est taillée sur mesure pour le live, et "The Unforgiven III" a ce petit truc poignant qui donnerait envie, pour le coup, qu’elle soit plus jouée devant un public (petit appel du pied pour "S&M²").

Bref, il faut fêter ce renouveau comme dirait l’autre, et ne pas trop cracher dans la soupe (au vomi).

N.B. : Allez, et on n’oublie pas le petit tir dans les guiboles de Celui-dont-on-ne-prononce-pas-le-nom, car il a "FUCKING LEFT THE FUCKING BAND" :
"Robert Trujillo a déjà contribué, et ceci dit sans blâmer Jason Newsted, plus pour ce disque que Jason en quatorze ans" - Hetfield, taquin, et visiblement amnésique du traitement qu’on a réservé à l’accusé sur "AJFA".

Note réelle : 3,5/5 arrondie au-dessus (c’est l’effet béchamel).

Morceaux préférés : "All Nightmare Long", "Suicide And Redemption", "The Unforgiven III".

A lire aussi en HEAVY METAL :


TITAN
Titan (1986)
Le groupe formé par les ex-killers




THY MAJESTIE
Dawn (2008)
THY MAJESTIE mue et flirte encore avec l'excellence

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez



Par FIGHTFIREWITHFIRE



Par ONCLEGUUD




 
   METAL

 
   ALANKAZAME
   CANARD WC
   DARK BEAGLE
   FENRYL
   FIGHTFIREWITHFIRE
   JEFF KANJI
   MEFISTO
   METALINGUS
   MULKONTHEBEACH
   ODIN
   ONCLEGUUD
   POSSOPO
   POULPI
   REMISSA
   T-RAY
   THE MARGINAL

 
   (17 chroniques)



- James Hetfield (chant, guitare)
- Lars Ulrich (batterie)
- Kirk Hammett (guitare)
- Robert Trujillo (basse)


1. That Was Just Your Life
2. The End Of The Line
3. Broken, Beat & Scarred
4. The Day That Never Comes
5. All Nightmare Long
6. Cyanide
7. The Unforgiven Iii
8. The Judas Kiss
9. Suicide And Redemption
10. My Apocalypse



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod