Recherche avancée       Liste groupes



      
EPIC FUNERAL-DOOM  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

ALBUMS STUDIO

2023 2 Oromet
 

- Style : Mournful Congregation, Loss
 

 Bandcamp (4)

OROMET - Oromet (2023)
Par ISAACRUDER le 5 Avril 2024          Consultée 663 fois

La montagne revêt une dimension sacrée dans toutes les civilisations traditionnelles. Elle est la demeure des dieux chez les Grecs avec l'Olympe, le lieu inatteignable où réside le Roi qui reviendra chez les Celtes avec Avalon, ou encore la terre où rencontrer Dieu chez les Juifs avec Moïse et le Mont Sinaï. Au-delà de son caractère éminemment saint, elle est surtout élévation tellurique et spirituelle. À la fois ancrée dans la terre et cotoyant les nuages, elle permet en effet à l'Homme de se surpasser, de rencontrer le divin qui est en lui, ce que les nombreuses tentatives souvent cruelles d'escalade du Mont Everest nous rappellent. Elle est, enfin, le lieu du merveilleux, ce que Tolkien a cultivé, et qu'OROMET reprend avec brio, à travers cet artwork magnifique.

Quoi de mieux qu'un Funeral Doom pour transcrire l'expérience de l'élévation? Cette dernière demande avant tout du temps, ce que le monde moderne a perdu de vue. Prendre son temps donc, dénicher la prise qui sauvera, ausculter la paroi rocheuse pour ne pas sombrer, entrevoir un espace où reposer ses jambes et ses bras. Et au bout du chemin triompher de la montagne implacable qui tend ses pics vers le ciel sans égards pour le chétif humain. Tout cela, OROMET le chante avec talent, et ce même si "Familiar Spirits" pourra rebuter l'explorateur. Je suis d'accord avec Anima, ce titre est plutôt...quelconque, et laissera de côté les peu motivés. Dommage, car l'album s'élève à travers les deux suivants.

"Diluvium", épique à souhait, avec son final aux notes orientales, rappelle les aspects pachydermiques de DIRGE, tandis que "Alpenglow" constitue selon moi le sommet du disque. D'une richesse émotionnelle certaine, avec ses notes claires sublimes, elle me fait penser à l'envolée de DEAFHEAVEN sur "Dream House". C'est là qu'OROMET brille, délaissant le Funeral Doom pour embrasser pleinement l'Epic Doom, chargé de beauté et de triomphe. Triomphal donc, adjectif parfait pour cet album, qui ne tombe pas dans le cliché de la lourdeur fatiguante, mais parsème l'espace d'éclats de lumière. En l'écoutant, je me remémore un été avec ma femme. Nous étions dans les Alpes, près de Gap, et avions décidé d'utiliser Blablacar pour transiter. Quelle ne fut pas notre surprise lorsque nous vîmes un covoitureur qui prenait des gens en sidecar! Je me souviens pleinement du sidecar aux côtés de ma femme, la moto vrombissante nous emportant vers un horizon strié de montagnes sublimes. Il y avait là un sentiment de liberté, de douceur et d'aventure qu'on expérimente trop rarement dans une vie.

"Envoie ta lumière et ta vérité :
qu’elles guident mes pas
et me conduisent à ta montagne sainte,
jusqu’en ta demeure." - Psaume 41

A lire aussi en FUNERAL DOOM :


SKEPTICISM
Aes (1999)
Rêver d'air, de noir sur fond de funeral doom




MOURNFUL CONGREGATION
The Incubus Of Karma (2018)
If eternity should fail


Marquez et partagez






 
   WËN

 
   ANIMA
   ISAACRUDER

 
   (3 chroniques)



- Patrick Hills (basse, claviers, batterie, chant secondaire)
- Dan Aguilar (chant, guitare)


1. Familiar Spirits
2. Diluvium
3. Alpenglow



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod