Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL INDUS  |  LIVE

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


ALBUMS STUDIO

1991 Worship Him
1992 1 Blood Ritual
1994 2 Ceremony Of Opposites
1996 3 Passage
1999 3 Eternal
2004 1 Reign Of Light
2006 Era One
2007 1 Solar Soul
2009 2 Above
2011 1 Lux Mundi
2017 1 Hegemony

E.P

1988 Medieval Prophecy
1995 Rebellion
1998 Exodus

ALBUMS LIVE

2024 1 Passage - Live

COMPILATIONS

2007 Aeonics - An Anthology

VHS/DVD/BLURAYS

2003 Black Trip

SAMAEL - Passage - Live (2024)
Par PERE FRANSOUA le 30 Mars 2024          Consultée 346 fois

Il en aura fallu du temps pour que je me rende compte de la chance que j’ai eu, qu’on a eu, à l’époque, de se faire dépuceler par une œuvre telle que "Passage".

La première fois que je commandais un disque en VPC à un mini label, Adipocère, ce fut "Passage" de SAMAEL, en cette fin d’été 1996. Dans cette Moselle encore un peu industrielle où je vivais, le seul Metal extrême que vous pouviez trouver dans le commerce était du Death. Ainsi l’achat presque fortuit du magazine Metallian n°4 chez un buraliste, finement débusqué par mon pote Manu entre les amas de revues, fut l’événement qui bouleversa nos existences.
Le CD sampler offert avec le magazine, le premier de l’histoire, savamment concocté par Adipocère (les artistes de leur écurie trônant au milieu des grandes pointures) fut un choc, une révélation, une transcendance. Des nuits entières, je me passais la cassette copiée du CD (il fallait bien se partager le skeud), stupéfait, émerveillé et terrifié par cette succession de brûlots diaboliques. Il y avait bien sûr des trucs un peu craignos, je ne m’en rendais pas compte, je n’avais pas de critères, comme le médiéval-kitch italien d’EVOL ou blague Black de VONDUR, mais ils captèrent follement notre imagination, et notre argent (je crois qu’on a dû acheter presque tous les albums dont les titres de la compil’ étaient extraits.)
Il y avait aussi et surtout un chapelet de titres exceptionnels tirés d’albums exceptionnels, fleurons de cette seconde moitié des 90’s qui débutait avec brio tel l’"Irreligious" de MOONSPELL, "Far Away From The Sun" de SACRAMENTUM, "Secret Of The Black Art" de DARK FUNERAL, "Ravendusk In My Heart" de DIABOLICAL MASQUERADE ou "El Norra Alila" de ORPHANED LAND.
Et en deuxième position sur la track-list, le titre "My Savior" de SAMAEL, en avant-première.

Ce n’est pas tellement les ingrédients stylistiques novateurs (percussions cliniques et cinglantes, chœurs glacés et grandioses, riffs écrasants et galvanisants, vocaux rugissants et unificateurs) qui déclenchèrent la passion puis l’achat (j’étais bien incapable de mesurer la puissance novatrice de l’œuvre ou l’évolution stupéfiante depuis le passé primitif du groupe), mais bien la qualité de l’écriture et de la composition qui rendent ce titre aussi prenant et passionnant.
Le miracle se reproduit d’ailleurs tout au long de l’album, chaque chanson étant un univers en soi, un indispensable, gavé de riffs délicieux, d’idées percutantes, de passages cultes, sans compter les textes intelligents et progressistes, ou la préfiguration de "The Sham Mirrors" d’ARCTURUS à travers le froid spatial de ces notes de piano ("Moonskin", "Angel’s Decay").

Et dire que je trouvais ça normal.
On voit bien, avec le recul, que les Suisses connurent là leur apothéose, un alignement des planètes, une conjonction cosmique qui ne se reproduit que tous les éons, lorsque qu’une tempête d’inspiration illumine les astres les plus spectaculaires. Avec "Passage" ils tiennent leur formule unique et parfaite, mais les formules ne suffissent pas longtemps. Il faut que les chansons soient bonnes. Or, la suite ne sera qu’une dérive infinie entre les galaxies, orbites lointaines entre des forces gravitationnelles opposées, les alignements stellaires n’auront plus lieu.

Ainsi lorsque SAMAEL, puissante bête de scène, doit agrémenter ou conclure dans l’extase ses shows, c’est avec les titres stars de "Passage", "My Savior" évidemment, "Rain" toujours, mais aussi la déferlante technoïde irrésistible de "The Ones Who Came Before", car aucun autre morceau produit ensuite ne leur arrivera à la cheville.
Ce n’est donc pas étonnant que l’entité helvétique se livra comme tant d’autres à l’inévitable concert de l’intégralité de l’album favori, d’autant qu’ils avaient déjà fait le coup avec "Ceremony Of Opposite", revisité en version Indus + claviers, on peut l’apprécier grâce à Arte Concert au Hellfest.
Quoi de mieux à proposer lorsque les derniers albums sont loin du coup d’éclat et qu’il n’y a plus d’activité créative ? Car tel le satellite, il faut tourner pour exister.
C’est en tout cas du pain béni pour tout le monde, les fans, le groupe, les tourneurs, du win-win[/i] comme on dit bêtement dans la novlangue managériale à gerber.

Alors quand est-il de cette captation audio ?
SAMAEL est un incroyable groupe de scène, rappelons-le, avec le dispositif unique d’un claviériste-batteur, dont la musique puissante et martiale est taillée pour défoncer les foules.
En ce qui me concerne je suis toujours curieux et très généralement content d’entendre jouer en vrai des morceaux maintes fois écouté en version studio. La restitution sera-t-elle cliniquement identique ou au contraire libre de revisiter ses classiques ? Quelle énergie nouvelle le live[/i] saura insuffler aux créations figées il y a fort longtemps ?
Tout ça pour vous dire que je suis globalement d’accord avec Anima, l’ensemble est bien agréable, les guitares puissantes, toussa et les bémols se porteront sur les choix de mix, vocaux et claviers peut-être trop en retrait.

Je finirais de la même façon qu’avec le dernier double live de CRADLE OF FILTH : on aurait aussi aimé avoir les images car le dernier concert édité sur support physique date d’il y a vingt ans, certes il y a TonTube pour en voir et c’est gratos. Le mérite principal restera pour moi de m’avoir offert l’occasion de me replonger dans cette œuvre, dans cette époque et de reconnaitre, un sourire paisible en coin, la chance de l'avoir vécue.

3,5/5.

A lire aussi en METAL INDUS :


RAMMSTEIN
Seemann (1996)
Electro indus metal




KILL THE THRILL
Tellurique (2005)
Rock Metal mécanique et dépressif


Marquez et partagez




 
   ANIMA

 
   PERE FRANSOUA

 
   (2 chroniques)



- Vorph (guitare, chant)
- Xy (claviers, batterie)
- Drop (guitare)
- Ales (basse)


1. Passage
2. Rain
3. Shining Kingdom
4. Angel's Decay
5. My Saviour
6. Jupiterian Vibe
7. The One Who Came Before
8. Liquid Soul Dimension
9. Moonskin
10. Born Under Saturn
11. Chosen Race
12. A Man In Your Head



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod