Recherche avancée       Liste groupes



      
ELECTRO FOLK / NEOFOLK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

ALBUMS STUDIO

2013 1 Pain Is Beauty
2015 Abyss
2019 Birth Of Violence
 

- Style : Jonathan HultÉn, Health

CHELSEA WOLFE - Pain Is Beauty (2013)
Par DARK BEAGLE le 11 Juin 2024          Consultée 346 fois

Chelsea Wolfe, c’est un peu l’anti-Taylor Swift. Voilà, maintenant que je me suis bien empêtré d’entrée de jeu à essayer de vous expliquer l’inexplicable cheminement de ma pensée, je devrai peut-être terminer cette kro-x ici et claquer le 5/5 qui vous ferait comprendre ce que je veux dire sans avoir à m’expliquer pendant des heures. Pour faire simple, outre la discrétion de la première, je trouve le répertoire de la seconde plus facile, moins créatif et plus calibré, quand Chelsea Wolfe aime se triturer les méninges à toujours proposer des choses différentes. Et pour "Pain Is Beauty", elle s’est surpassée.

Avançant doucement dans une Folk nimbée d’Electro, Chelsea nous séduit rapidement avec la qualité de ses compositions, mais surtout avec sa douce et belle voix, posée, qui se laisse malgré tout porter par les émotions. Elle n’est pas qu’un robot qui suit sa litanie, elle donne vie à ses morceaux, elle leur donne également diverses couleurs malgré cet halo d’obscurité douce-amère qui semble toujours l’entourer.

Il est difficile de ne pas succomber directement à "Feral Love", qui ouvre le bal de bien belle manière, de ne pas se laisser prendre au piège de "Reins", très jolie pièce dramatique à souhait, où tout progresse avec une belle subtilité. Ignorer "House Of Metal" serait également une jolie erreur, tandis que "Destruction Makes The World Burn Brighter" surprendra avec sa sémantique quasi Punk, jusqu’alors inédite au sein de l’album.

Certains diront que le disque est un brin trop long, qu’il n’en ressort que du gris, mais l’artiste varie énormément ses effets, peaufine son style, le prend à contre-pied l’instant suivant, s’enhardie jusqu’à laisser tomber le masque sur scène. S’il ne devait rester un seul disque de la brune, ce serait très certainement celui-ci, même si dans un genre très différent, "Abyss" lui fait du pied. Car elle sait se renouveler, quitte à perdre son public d’une offrande à l’autre. "Pain Is Beauty" est une œuvre remarquable, douce et foisonnante, absolument brillante. À essayer absolument.

A lire aussi en DIVERS par DARK BEAGLE :


Jeff BECK
Rough And Ready [jeff Beck Group] (1971)
Got the feeling !




ME AND THAT MAN
Songs Of Love And Death (2017)
On dit "that man and me" quand on est poli !

(+ 2 kros-express)

Marquez et partagez




 
   VOLTHORD

 
   DARK BEAGLE

 
   (2 chroniques)



- Chelsea Wolfe (guitare, chant)
- Ben Chisholm (programming, basse synthé)
- Kevin Dockter (guitare)
- Dylan Fujioka (batterie)
- Andreas Calderon (violon)
- Ezra Buchla (alto)
- Patrick Shiroishi (saxophone, clarinette basse)


1. Feral Love
2. We Hit A Wall
3. House Of Metal
4. The Warden
5. Destruction Makes The World Burn Brighter
6. Sick
7. Kings
8. Reins
9. Ancestors, The Ancients
10. They'll Clap When You're Gone
11. The Waves Have Come
12. Lone



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod