Recherche avancée       Liste groupes


Auteur
 

Groupe
    

Classement équipe
  
Référendums
  


MEFISTO - 1999
Consulté 441 fois
OPETH - Still Life

9e position

Peut-être un des albums les moins faciles à aborder d'OPETH, mais il gagne à être défriché. Pour des raisons historiques, mais davantage pour la complexité de sa construction.

IN FLAMES - Colony

8e position

"Colony" fait partie de l'époque dorée de la première vague du Death Mélo scandinave. Dans le temps tout ce qu'IN FLAMES touchait se transformait en or. Pourquoi ? Une musique facile d'écoute, de gros riffs, des mélodies et rythmes percutants, un Death Mélo consensuel pas trop tortueux pour les méninges.

MYSTIC CIRCLE - Infernal Satanic Verses

7e position

MYSTIC CIRCLE remplit aisément le défi de passionner musicalement pendant 50 pas trop longues minutes. La palette verdâtre de la pochette représente bien le contenu, car bien qu'ils invoquent mon Maître Lucifer sur la majorité des morceaux, les Allemands ne versent pas dans le horror Metal, loin de là. Alors pas trop de noir, de gris ou de rouge sang au menu, non plus d'occultisme à tout crin ou de poudre aux yeux échantillonnée. Ce Black Sympho demeure élémentaire, sympa et un chouia spectaculaire à travers quelques bons solos et des changements de tempo assez surprenants.

WINDIR - Arntor

6e position

Au-delà de la hargne et de la qualité de toutes les compositions de ce "Arntor" (la fin de la pièce-titre, mise à part, peut être chiante et longue, mais greffée au reste, ça va), il y a ce qu'elles dégagent. Les vieux tableaux moisis, comme les pochettes du groupe, qu'on y retrouve sont si fabuleux et poétiques qu'on ne peut que s'agenouiller devant ce roi.

MY DYING BRIDE - The Light At The End Of The World

5e position

Véritable découverte pour le néophyte que j'étais il y a quelques années, "The Light" a été mon entrée dans ce torturé univers du Doom. Il faut un début quelque part et parfois, je me demande si je n'ai pas commencé par la fin, car aucun autre opus doomesque ne m'a jeté par terre autant que celui-ci. Ah si, "Sudden Death Syndrom" de BILOCATE, mais il est si différent !

IMMORTAL - At The Heart Of Winter

4e position

disons que "At The Heart Of Winter" fait passer IMMORTAL sous le soleil en le sortant définitivement de l'igloo dans lequel il commençait à vivoter. Le disque est juste énorme, sonne comme un troupeau de mammouths dévalant une pente et envoie la sauce d'inspirante façon. Il en émane une telle clarté incisive qu'il n'est pas étonnant que les fans aient depuis propagé qu'IMMORTAL a inventé le Black Metal « polaire » sec comme un bloc de glace et dense comme un iceberg.

ICED EARTH - Alive In Athens

3e position

Il y a de ces œuvres dont on ne peut dire du mal. Le moindre reproche. Ma liste de chouchous ne contient que quelques exemplaires de ce genre de gemme et ce "Alive In Athens" est un de ceux-là. Et merde, je ne suis pas un coureur de concert, je préfère le format disque, alors il faut que ce show soit sacrément intense pour que je m'y attache autant.

BLOODTHORN - Onwards Into Battle

2e position

Quelle galette surprenante. À chaque écoute, c'est une gifle en plein visage ! BlOODTHORN a réussi à marier Death Atmo, Black, Doom et Folk sur cet album sous-estimé, véritable monument de la carrière de ce groupe bizarroïde.

DIMMU BORGIR - Spiritual Black Dimensions

L'album de l'année!

Il est rarissime que l’on puisse l’écrire celle-là, donc je saisis l’occasion : "Spiritual Black Dimensions" est le meilleur album de Black Symphonique de l’histoire. Aussi sur ce diamant noir entend-on une des performances les plus palpitantes au clavier, gracieuseté du sieur Mustis, le géant svelte aux allures de Boris Karloff qui enrobe le bonbon de son imagination absolue.

KEEP OF KALESSIN - Agnen (a Journey Through The Dark)

"Agnen" n'est pas si facile à dompter, car très vif et agile, mais l'amadouer s'avère une sinécure après quelques heures. À moins que ce soit lui qui nous fasse le coup avec sa débandade guerroyeuse ?

RAMMSTEIN - Live Aus Berlin

Excellent live, qui peut s'avérer une porte d'entrée pour les néophytes, s'il y en a ! Gros son, ambiance hallucinante, on ne s'ennuie jamais !

SOLEFALD - Neonism

Disque à la limite du délire psychotique où synthés nerveux, chant clair et grave, débâcles Black Sympho et sonorités bizarroïdes (avant-garde oblige) s'amusent comme larrons en foire.

WITCHERY - Dead, Hot And Ready

Si tous les albums de Thrash moderne étaient de cette qualité (et je ne parle pas nécessairement des plus récentes sorties du groupe), les fans seraient gâtés ! Car même après des dizaines et des dizaines d'écoutes, cet opus ne maigrit pas. On a toujours envie d'embarquer sur ce noir destrier pour franchir les portes du domaine de mon Maître à penser.

LUNAR AURORA - Of Stargates And Bloodstained Celestial

Cette œuvre a quelque chose de diabolique. Le titre, "Of Stargates And Bloodstained Celestial Spheres", nous y préparait d’ailleurs. Suspendue est la rage primale aux odes forestières, LUNAR AURORA évolue désormais vers une entité plus floue (si c'est possible). Les zicos peinturlurés toisent le ciel, leur point de départ, pour s’inspirer cette fois. Ils déposent leur grimoire satanique près d’une carte astrale et pointent leur télescope muni d’une baïonnette sur une galaxie lointaine.

EMPEROR - Ix Equilibrium

"IX Equilibrium", c'est une perte de terrain incroyable de la part du grand Empereur, une parenthèse moyenne dans un court mais inoubliable parcours.

"IX Equilibrium", c'est une grosse bombe à neutron qui n'explose même pas avec classe. Que du flash, de la poudre aux yeux, une insulte si on compare avec les autres disques du groupe.







1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod