Recherche avancée       Liste groupes



    



[-] 2022
AYRON JONES + LAST TEMPTATION + KNUCKLE HEAD (77)
Par JOHN DUFF
Le 30 Novembre 2022

Festival de Vouziers
Par JOHN DUFF
Le 31 Octobre 2022

HELLFEST 2022 PART II (Clisson) Samedi & Dimanche
Par JEFF KANJI
Le 27 Octobre 2022

AMON AMARTH & MACHINE HEAD (Paris)
Par KOL
Le 16 Octobre 2022

HELLFEST 2022 PART II (Clisson) Jeudi & Vendredi
Par DARK SCHNEIDER
Le 10 Octobre 2022

STATUS QUO, Bruxelles
Par JOHN DUFF
Le 6 Octobre 2022

HELLFEST 2022 PART I (Clisson, 44)
Par KOL
Le 13 Septembre 2022

BLIND GUARDIAN, Sarrebrück
Par JOHN DUFF
Le 9 Septembre 2022

RAMMSTEIN, Groupama Stadium (Décines, 69)
Par DARK BEAGLE
Le 31 Août 2022

HELLOWEEN + EXISTANCE, Olympia
Par JOHN DUFF
Le 31 Août 2022

NIGHTWISH & DRAGONFORCE, Arènes de Nîmes
Par DARK BEAGLE
Le 9 Juillet 2022

SCORPIONS à Bercy
Par MULKONTHEBEACH
Le 16 Juin 2022

MGŁA à La Machine
Par KOL
Le 25 Mai 2022

WARM-UP HELLFEST à la Coopérative de Mai
Par JEFF KANJI
Le 3 Mai 2022
Voir toutes les interviews et les live reports
de NIME publiés sur Dark Side
Festival de Vouziers
Par JOHN DUFF le 29 Octobre 2022
Publié le 31 Octobre 2022 Consulté 710 fois



Le Festival de Vouziers, vous connaissez ? C'est un fest qui n'est pourtant pas tout jeune puisque sa première édition a eu lieu en 1986 ! L'évènement a depuis sévi presque chaque année jusqu'à la dernière édition en 2019, avant que tout s'arrête à cause de la pandémie. 2022 marque donc le retour aux affaires et malgré un taux de prévente assez bas, le fest aura bien lieu ! L'évènement se déroule dans la salle des fêtes de Vouziers, endroit assez petit, qui permet d'avoir une proximité avec les groupes et également une bonne visibilité de la scène. L'accueil est très bon, William l'organisateur qui m'a mis mon bracelet a le sourire, on a vraiment ce sentiment de rentrer dans un fest convivial, entre potes qui partagent la même passion : la musique. Il y a également des stands de merch pour presque chaque groupe et quelques vendeurs de vinyles et autres afin de faire quelques bonnes affaires.
En terme d'affiche, je venais essentiellement pour SACRAL NIGHT et HEAVENLY. Pas de chauvinisme de ma part mais j'apprécie beaucoup ces deux formations françaises. Concernant le reste de l'affiche, je ne connais absolument rien sauf quelques morceaux de PINK CREAM 69.

SACRAL NIGHT

Après un sandwich et une bière aux prix très abordables servis par des gens qui resteront souriants tout le long de la journée, je me dirige tout devant pour ne pas louper une miette de SACRAL NIGHT. Après une intro très sombre, les membres arrivent et c'est parti pour "Les Miroirs De La Lune". Le son est massif, on entend bien tous les instruments. Ce set sera ciblé sur le dernier album en date des français, à savoir "Le Diadème d'Argent", album plébiscité par nos chroniqueurs et lecteurs. Le concert passe à une vitesse folle, Antoine est incroyable de justesse, notamment sur les lignes très aiguës, quelle performance ! Amphycion assure très bien les chœurs de son côté et la basse ronronne comme il faut. "Conquérant Des Lumières", "La Seconde Elégie D'un Ange" sont efficaces en live mais c'est surtout le titre éponyme que j'attendais le plus et quel pied ! Les grattes se complètent parfaitement, alternant riffs Heavy et riffs Black. Mörkk est monstrueux derrière ses fûts. Le concert se terminera par une reprise du groupe français HIGH POWER ("Par Le Sang Et L'Acier"), démarche appréciée par certains connaisseurs et par le titre "Le Diable Et L'Enfant", tiré de l'EP "We Are French, Fuck You" que je ne connaissais pas et j'ai été agréablement surpris. C'est déjà fini, le concert est passé une vitesse folle. Des personnes du public près de moi en redemandent et j'en aurais bien repris quinze minutes également. Quelle mise en bouche pour ce festival, SACRAL NIGHT est voué à être plus connu et fait partie des formations les plus séduisantes de notre pays. Après ce concert, les membres feront un bain de foule et leur stand de merch se verra dévalisé. Succès mérité, j'espère les revoir à l'avenir sur un set encore plus long.


DESOLATION ANGELS

Que c'est difficile de passer après SACRAL NIGHT mais il reste encore six groupes. C'est au tour de DESOLATION ANGELS, groupe formé en 1981, de fouler les planches de Vouziers. Avec seulement quatre albums studio au compteur, le combo britannique est là pour en découdre et les premiers riffs joués sont clairement de bonne augure. Nous aurons droit à 45 minutes de NWOBHM de haute volée, porté par un son encore une fois très propre. J'ai trouvé le vocaliste Paul Taylor très en voix, les riffs de guitare sont très bons et le public semble apprécier la prestation. J'ai surtout été impressionné par le jeu précis et passionné du guitariste Richie Yeates qui a assuré tout le long. Même si ce n'est pas mon style de prédilection, je dois bien avouer que DESOLATION ANGELS a délivré une performance solide et efficace.

BASTET

C'est au tour des Italiens de BASTET de prendre d'assaut la salle des fêtes de Vouziers. Pêchu, c'est le premier mot qui me vient en repensant à ce concert. Pendant 45 minutes, nous avons eu droit à des très bons morceaux de Heavy assez vindicatifs, issus de l'unique album du groupe ("Bastet" sorti en 2021) et le moins que l'on puisse dire c'est que la prestation était dantesque. Surtout de la part de la chanteuse, Nico Gilli, increvable pendant tout le set. Même si je regrette un manque de variété dans sa manière de chanter (j'ai l'impression qu'elle hurle parfois trop), je dois bien avouer que sa prestation était incroyable. Les musiciens ne sont pas en reste également, mention spéciale à Mike Petrone, qui nous délivrera des soli techniques et efficaces. BASTET nous gratifiera également d'une reprise de "Painkiller", fidèle à l'originale qui mettra le public en feu. Le groupe ne semble pas vouloir s'arrêter et le set se terminera avec cinq minutes de retard. Le plaisir était lisible sur le visage des membres du groupe, plaisir partagé pour moi également.


HEAVENLY

Non vous ne rêvez pas, c'est bien HEAVENLY qui est programmé à Vouziers. Après huit ans d'absence, le groupe est enfin de retour et le moins que l'on puisse dire c'est que le comeback est réussi. Les Français vont délivrer pendant une heure une prestation de haute volée. Calé au premier rang, comment ne pas contenir ma joie quand mon titre favori du groupe, "Virus", ouvre les hostilités ? Quel pied et quelle performance d'HEAVENLY. Ben Sotto est très en forme, arborant un sourire permanent et n'hésitant pas à plaisanter avec le public. Le public justement est chaud bouillant et est visiblement aussi content que le groupe lui-même de vivre enfin ces retrouvailles. La setlist brassera la discographie du groupe avec également un nouveau morceau issu du futur album en préparation. Notons également un hommage au regretté André Matos avec une très bonne reprise de "Nothing To Say" (ANGRA). Ben Sotto est surexcité et ça fait plaisir de revoir le groupe au top et ravi d'être là. Ce show trop court finira sur l'énorme "Spill Blood On Fire", qui fera sauter une partie du public. J'en attendais beaucoup de ce retour, me voilà complétement conquis. Quel comeback !


PINK CREAM 69

Je ne connaissais que quelques titres de PINK CREAM 69 mais j'apprécie beaucoup le chanteur David Readman. N'y allons pas par quatre chemins, le show était excellent. Encore une fois, le son était massif, on distingue bien tous les instruments, Readman assure et n'hésite pas à blaguer avec ses collègues et le public. Les titres s'enchaînent à une vitesse folle. On passe d'un Heavy bien pêchu à des titres plus aérés avec en point d'orgue la superbe "Shame", reprise par le public. "Talk To The Moon" également sera un des grands moments du concert avec des fans survoltés qui chanteront à gorge déployée le refrain. Quel concert, quelle énergie. Un set d'1h10 très carré, qui passe trop vite. Ça va être dur de passer après eux.


CRAZY LIXX

Après un hot-dog à un prix très abordable, il est de temps de se placer pour CRAZY LIXX. Bon, le Glam Metal n'est pas le genre que j'affectionne le plus mais je dois bien admettre que le groupe a réussi à me happer pour tenir tout le long du show. Même si par moments je trouve les titres trop convenus, d'autres sont très convaincants. La comparaison avec MÖTLEY CRÜE est évidente mais je trouve que le vocaliste n'a rien à envier à Vince Neil. Actifs depuis 2002, les Suédois n'étaient encore jamais venus en France. Je pense qu'ils se souviendront de ce concert vu la banane affichée sur chaque visage des membres du groupe. Les titres s'enchaînent sans trop de souci même si la fatigue commence à se faire ressentir de mon côté. En somme un beau concert, peut-être un poil long vu que je ne suis pas friand du style mais c'était quand même bien sympa.


LEE AARON

La voici la tête d'affiche du Festival, la dynamique LEE AARON. Certains fans sont déjà placés au premier rang pour être sûrs de ne rien louper. Après de longues balances le set démarre enfin. J'avais écouté rapidement en streaming des morceaux de la Canadienne, que j'avais trouvé sympa mais un peu trop soft à mon goût. Souvent les prestations live donnent un côté pêchu supplémentaire et cela a été le cas pour LEE AARON, en tout cas pour le début du set. Même si certains titres sont assez vindicatifs et rappelleront PAT BENATAR, on reste quand même dans du Rock plus que du Metal. Et après les claques que je me suis prise avec SACRAL NIGHT, BASTET, HEAVENLY et PINK CREAM 69, j'ai trouvé dommage de finir sur une note plus douce. Attention, le show a été de qualité et LEE AARON est entourée d'excellents musiciens (mention spéciale au guitariste et son feeling incroyable), j'aurais juste préféré finir sur quelque chose de plus "Metal" mais il en faut pour tous les goûts.


En conclusion, j'ai passé une super journée en compagnie des fans de Hard Rock et Metal à Vouziers. Entre l'accueil chaleureux de William, du personnel à la buvette et la gentillesse des groupes à dédicacer les albums et à se faire prendre en photo, tout est fait pour se sentir à l'aise. Ajouté à cela une salle de taille moyenne permettant de profiter au mieux des groupes, j'ai vraiment apprécié de découvrir toutes ces formations dans ces excellentes conditions. Je sais que les préventes n'ont pas été dingues cette année mais qu'on se le dise, le Festival de Vouziers doit continuer. Nous avons besoin de ce genre de festival à taille humaine et le Festival a besoin de nous. Ce Festival de Vouziers était une première pour moi et j'y retournerai sans hésiter.

Vouziers-tiez pas ? Bah moi si ! J'étais obligé de finir le live-report par cette vanne de l'ami T-Ray.



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod