Recherche avancée       Liste groupes



      
EMO-GLAM SOPORIFIQUE  |  STUDIO

Commentaires (5)
Questions / Réponses (1 / 17)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Avenged Sevenfold
 

 Site Officiel (219)
 Myspace (323)
 Chaîne Youtube (129)

BLACK VEIL BRIDES - Set The World On Fire (2011)
Par RENERION le 16 Juin 2012          Consultée 3747 fois

Rien. Que dalle. Nada. Le néant absolu. C’est rare hein. D’habitude on a toujours une petite critique acerbe un petit mot bien senti, une petite pique à lancer. Mais là je ne peux pas, c’est un peu comme tirer sur une ambulance, ça ne se fait pas, parce que c’est trop facile. C’est perturbant comme sensation ça, ne rien ressentir. Autant je déteste leur premier album et la j’ai des qualificatifs à foison... Autant là je n’y arrive pas, je ne peux pas. Rah mais ça m’énerve ça. Comment je vais pouvoir écrire moi ?

Bon calmons nous. Commençons par le commencement : LE look. Oui oui oui, « LE » en majuscule. Parce qu’il faut oser quand même. Je vous mets au défi de me trouver un seul groupe qui soit aussi kitsch en étant sérieux (Ah si : DEATHSTARS mais eux je ne sais pas si ils sont sérieux). Des coupes de cheveux invraisemblables sorties des pires mangas japonais, aux combinaisons de cuir noir hyper moulantes (my gawd ces mecs sont des crevettes) en passant par le maquillage « kissien » (la cicatrice au coin des lèvres du chanteur est soooooooo sex) le groupe en fait trop, vraiment trop. Et SONIC SYNDICATE m’a appris que trop de look tue le look. Là, ça n’est plus kitsch, c’est franchement ridicule (j’en ai encore mal aux côtes de rire, c’est vous dire…).

On continue avec la pochette. L’album s’appelle "Set The World On Fire" donc on va faire un truc hyper original, on va mettre une image du groupe au milieu des flammes, comme ça les fans pourront se dire « oué tro bi1, tro classe, eux ils sont trve métol » (Canard, j’te filerai les adresses après, avec des munitions) sauf que c’est comme les flammes de "Reinventing The Steel" : c’est juste moche.

Bon vous la sentez venir la, la grosse arnaque ? La comparaison avec "Reinventing The Steel", qui finalement est plutôt bon. Comme si en fait j’avais monté tout ça pour vous décrire un album fin et puissant, aux refrains accrocheurs, genre la surprise du siècle…

Si vous avez cru ça : Courez et plantez-vous la tronche dans un mur. Si si, et fort hein.

Il n’y a déjà rien d’original dans cet album, pas une structure, pas un riff, pas une rythmique qui n’aie pas déjà été entendu ailleurs, chez MOTLEY CRUE essentiellement. Bon ça encore le fait de ne pas inventer, c’est le cas de bon nombre de groupes et ça peut passer (au hasard, MUNICIPAL WASTE ou SABATON).

Mais là non. Pourtant, ça commence bien, avec une introduction pas très recherchée mais efficace. C’est d’ailleurs un point récurrent, les intros de leurs chansons ne sont finalement pas si terribles. D’ailleurs musicalement, avec un poil plus d’originalité et surtout un son moins rigide et formaté ce groupe pourrait peut-être pondre de vraies bonnes chansons.

Prenons par exemple, "New Religion". Le refrain, musicalement, il est pas dégueu… Je veux dire, changez la voix et mettez un vrai chanteur qui envoie du poney sauvage de Moldavie (genre Bruce Dickinson, un petit mec pas connu quoi) et là tout de suite ça aurait de la gueule. Mais laissons de coté notre ami Biersack pour le moment.

Au niveau instru, on sent une vraie volonté de bien faire, et certains passages mélodiques ne sont pas mauvais en soi : l’introduction de "Set The World On Fire" par exemple avec un son plus puissant et incisif, on en ferait facilement un truc vraiment pêchu et intéressant mais la… c’est juste chiant. BLACK VEIL BRIDES réussit le tour de force de foirer systématiquement la transition intro/couplet en retombant dans une partie rythmique chiante à chaque fois, parce que c’est juste trop gentil, un peu un truc du genre « on va faire un truc Hard mais pas trop vu qu’on est encore émos et qu’il faudrait pas choquer notre public ».
L’idée en soi, est pas mauvaise mais c’est juste un énorme échec.

Les gratteux livrent des riffs déjà entendus au moins 50 millions de fois, et pâtissent d’un son insipide à souhait (oui, même pas trop gentil, juste insipide). On sent qu’eux comme le batteur ont envie de bien faire mais sont gênés par le fait de ne pas pouvoir accélérer un minimum. Parce que le mid-tempo, à petite dose ça va, mais sur tout un disque c’est chiant.

La basse ? Globalement c'est une troisième guitare, pas la peine de vous pencher dessus, si elle n'était pas là ça ne changerait rien. Un vrai boulot de bassiste en somme. (mais chiant quand même hein)

Parce que le vrai problème ne vient pas d’eux (enfin si un peu quand même) mais mon dieu le chant… Je vais prendre un exemple : écoutez "Set The World On Fire" puis passez "Rebel Love Song". Maintenant échangez les parties vocales… Et vous avez exactement la même chose, le même morceau, à la note près. Dans l’histoire du Metal (je ne compte pas les brutalporndeathgrind of ultimate killing and absolute violence de l’ami DarkMorue) on n'a jamais entendu un mec incapable de changer de ligne de chant. Andy Biersack a trouvé trois lignes de chant et les replace à tout va. C’est toujours la même chose… Et en plus sa voix est ici encore insipide. Pas nulle hein, juste insipide.

Alors "Rebel Love Song" après 20 écoutes, aide un peu, elle n'est pas terrible, mais sachons nous contenter de peu. Okay, une chanson. Pourquoi pas.

"Set The World On Fire" aurait pu être l’album alliant parfaitement l’émo au glam, permettant la transition entre les deux styles, une sorte de précurseur, fédérateur, qui fait tomber les barrières, un truc cool quoi. Mais c’est un coup d’épée dans l’eau, un échec sur toute la longueur. La faute à quoi ? A un son aussi étriqué que les combinaisons en cuir du groupe, à une image aussi ridicule qu’inutile, à un chanteur sans personnalité, à des chansons justes chiantes, à une batterie qui force trop sur les fioritures privilégiant l’esbroufe en dépit de la base. Et de guitaristes qui se laissent balader dans ce marasme aseptisé dans lequel même les coupes cheveux sont calibrées au millimètre près.

La seule conclusion possible, c’est lorsqu’on a entendu la première chanson, on a entendu tout l’album. BLACK VEIL BRIDES est un groupe prémâché et formaté pour adolescent(e)s sans curiosité et qui se contente de peu. Mais après tout, après avoir lu leurs paroles on comprend que ce public réagisse aussi bien… Et puis peut-être que ce groupe leur ouvrira les portes du monde merveilleux du Metal… LINKIN PARK l’a bien fait pour certains il y a 14 ans…

1,5/5 parce qu’on sent un potentiel, un peu, quelque part, planqué, loin au fond, là bas loin de nos vies, de nos villages.

PS : Fenryl, je vais à nouveau avoir besoin de ta collection de MOTLEY CRUE pour m’en remettre.

PS Bis : Canard, je t’envoie les adresses par mail, pour les munitions un bon gros MANOWAR devrait suffire à leur apprendre le « trve évi métol ».

A lire aussi en HARD ROCK par RENERION :


PSYCHOPUNCH
Smakk Valley (2013)
Joey, Johnny, Lemmy & les autres.




TURBONEGRO
Sexual Harassment (2012)
Et ce n'est même pas puni par la loi !


Marquez et partagez




 
   RENERION

 
  N/A



- Andy 'six' Biersack (chant)
- Ashley Purdy (basse, choeurs)
- Jake Pitts (guitares lead)
- Jinxx (guitares, cordes)
- Christian 'cc' Coma (batterie, percussions)


1. New Religion
2. Set The World On Fire
3. Fallen Angels
4. Love Isn't Always Fair
5. God Bless You
6. Rebel Love Song
7. Saviour
8. The Legacy
9. Die For You
10. Ritual
11. Youth And Whiskey
12. Smoke And Mirrors



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod