Recherche avancée       Liste groupes



      
SLUDGE  |  STUDIO

Questions / Réponses (1 / 1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Crowbar
 

 Myspace (303)

ACID BATH - Paegan Terrorism Tactics (1996)
Par ENENRA le 13 Novembre 2011          Consultée 4409 fois

Courte mais intense. Voilà comment nous pourrions qualifier la discographie de ce grand groupe qu'est ACID BATH. En l'espace de deux albums, le combo de Louisiane aura réussi à se hisser au niveau de groupe référence, voire même de groupe culte pour certains, dont je fais partie. Petite piqûre de rappel avant de rentrer dans le vif du sujet, "Paegan Terrorism Tactics" est le second album des joyeux lurons aux paroles poétiques et ô combien guillerettes, successeur d'un certain "When The Kite String Pops", véritable classique de Sludge qui sait varier la recette et se balader dans les coins fleuris du Grunge ou encore les ruelles sombres d'un Death Old School accompagné de moments furieux et haineux des plus prenants.

"Paegan Terrorism Tactics" c'est un peu l'étape décisive du second album. Mais si vous savez, tout est question de savoir si le groupe que l'on suit de près va se vautrer dans quelque chose de confortable et commercial sans trop faire d'efforts ou alors s'il continuera sur sa route, certes peu balisée mais qui vous plait foutrement bien. ACID BATH continuera de tracer son chemin vous l'imaginez bien. Cela dit, à mon sens, il va faire un peu le propre dans sa musique, la récurer, enlever un peu la boue, passer un peu de temps à l'asile psychiatrique pour calmer ses pulsions meurtrières et pouvoir retrouver une vie à peu près équilibrée. Mais rassurez-vous. ACID BATH reste fidèle à lui même. Le son se fait juste un peu plus digeste et le côté hargneux et décadent de leur musique a perdu un chouille de sa superbe.

Musicalement, on reste en terrain, si j'ose dire, "balisé". ACID BATH nous sert un Sludge Metal où vient se greffer une palanquée d'autres styles : le Grunge toujours (la voix claire de Dax Riggs fait quasi tout à ce niveau), la touche Death Old School lors de certains morceaux ("Locust Spawning" surtout, avec ses blasts beats et son son de gratte tout à fait prenant) mais par dessus tout, ce grain. On ne peut le démentir, ACID BATH a une façon très personnelle de sonner, d'organiser son discours, de manipuler l'auditeur en somme.
Cependant, ce second album est globalement plus simple à s'enfiler grâce à sa longueur (j'aborderai ce point plus loin) mais aussi à son côté plus posé. Là où le premier album contenait la magnifique mais dérangeante "Scream Of The Butterfly" et la reposante "The Bones Of Baby Dolls", comme ballades, ici le côté un peu décadent de ces chansons est parti, néanmoins le groupe nous sert, avec "New Death Sensation" et "Dead Girl", deux chansons très belles et posées.

Je disais plus tôt que le groupe s'était calmé et avait décrassé un peu ses amplis. Certes. Cela dit il est bon de noter que le cri Hardcore dément et habité et la fameuse voix Black totalement vicieuse sont toujours de sortie et ne font pas dans la figuration. Selon les vidéos live disponibles sur la Toile, elles seraient respectivement exécutées par Dax Riggs et Sammy Pierre Duet, le chanteur et le guitariste de la formation (elles sont présentes sur l'intégralité des titres "13 Fingers" et "New Corpse", titres où le groupe touche un peu aux sonorités Black Metal).
C'est aussi cette palette de voix, allant du chant clair enchanteur de Dax aux hurlements haineux des trois vocalistes, qui fait la force du combo et qui augmente l'impact de leur musique sur l'auditeur. ACID BATH ne vous laissera pas indifférent.

Je vous disais que j'allais revenir sur la durée de cet album. Comme ça en regardant n'importe où sur le web, vous pourriez vous dire qu'il doit être assez indigeste de s'enfiler un album d'une heure et quart. Eh bien non ! L'astuce réside dans le fait que "Dead Girl" ne dure pas 24, mais bel et bien sept minutes et des poussières. Pas une grande surprise, ça sentait le blanc mammouthesque à des kilomètres. Mais ça a déjà le mérite de rétrécir la durée de l'album (56 minutes au final). En outre, des pistes spoken word comme "Old Skin" ou la ghost track "Ode Of The Paegan" sont assez anecdotiques. En effet, on peut y entendre une voix distordue dont la fréquence d'émission a été quelque peu modifiée, qui nous débite un flot de paroles ma foi pas des plus intéressants. Au final, on a donc 53 minutes de musique pour 14 minutes de ballades.
Alors semi-déception ou pas… Pas tant que ça. Même si les ballades ne sont pas aussi convaincantes, ACID BATH sait encore servir des titres prenants comme pas deux et qui vous feront repeindre le mur de votre chambre avec votre sueur, votre salive et votre f**tre. "Bleed Me An Ocean" vous prendra aux tripes, se métamorphosant peu à peu et devenant de plus en plus folle et vicieuse. "Diäb Soulé" — qui signifie "Drunken Devil" dans le dialecte français de la Louisianne, le Cajun French — et son rythme marqué fera taper plus d'un pied par terre. "Venus Blue", à la frontière de la ballade et du titre plombé, à l'instar du plus en plus obscur "Graveflower" (et son solo dronesque), sont autant de bons moments qui vous habiteront.

Pour finir, qui dit ACID BATH, dit "pochette qui vous rend l'album encore plus malsain qu'il ne l'est au départ" (cf l'autoportrait de John Wayne Gacy sur la pochette du premier album). Il faut savoir que pour "Paegan Terrorism Tactics", le groupe avait initialement pensé à une photo en négatif d'une tête d'animal décapité*. Cela dit, il changea d'avis et choisit une peinture du Dr. Jack Kevorkian, alias "Dr. Death". Pour la petite histoire, ce brave monsieur, mort le 3 juin 2011, était une sorte de docteur mais aussi un compositeur, un musicien de jazz, un peintre et surtout un militant pour l'euthanasie. Il aurait aidé une bonne centaine de personnes à "passer de l'autre côté", comme on dit par chez nous. Cela étant, tous n'étaient apparemment pas en phase terminale. Pour la controverse, si vous êtes intéressés, vous avez Internet. A part ça, ce brave peintre avait apparemment l'habitude de peindre avec son propre sang. Charmant. La peinture qui servit à illustrer l'album porte le nom de "For He Is Raised" et fit polémique (ce que l'on comprendra aisément vu la référence à la religion plus que probante), l'album fut même banni un temps en Australie.

Je ferme cette longue parenthèse pour conclure.
ACID BATH est bel et bien un groupe énorme, celui que je recommande à tous ceux qui veulent se mettre au Sludge. Même si ce second opus est plus propret et plus accessible, le groupe ne perd en rien de sa dynamique, de ses sonorités si spéciales et saura convaincre le néophyte tout comme le connaisseur et le fan. ACID BATH splitera malheureusement un an après la sortie de cet album à cause de la mort de son bassiste Audie Pitre et de sa famille (RIP), lors d'un accident de voiture (qui a tout l'air d'être un homicide volontaire cela dit). La discographie s'achève donc ici. Deux albums studio, des Radio Edits et un Bootleg. Je vous le disais : courte mais intense.

ACID - FUCKIN' - BATH !


The sound of the ocean is dead. It's just the echo of the blood in your head.


———————

*Vous pouvez la voir ici par exemple :
http://i5.photobucket.com/albums/y166/Zenial/lsd/pico-q/big/paegante2.jpg

A lire aussi en SLUDGE par ENENRA :


MELVINS
Bullhead (1991)
Salade de fruits jolie jolie jolie




CROWBAR
Crowbar (1993)
Une référence.


Marquez et partagez




 
   ENENRA

 
   AAARGH

 
   (2 chroniques)



- Dax Riggs (chant)
- Jimmy Kyle (batterie)
- Sammy Pierre Duet (guitare, chant)
- Mike Sanchez (guitare)
- Audie Pitre (basse, chant)


1. Paegan Love Song
2. Bleed Me An Ocean
3. Graveflower
4. Diäb Soulé
5. Locust Spawning
6. Old Skin
7. New Death Sensation
8. Venus Blue
9. 13 Fingers
10. New Corpse
11. Dead Girl
12. Ode Of The Paegan



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod