Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL  |  COMPILATION

Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

 Site Officiel (92)
 Myspace (105)

MGŁA - Mdłości And Further Down The Nest (2007)
Par ENLIL le 27 Mai 2011          Consultée 1245 fois
C’est sûr, les Todeskult Entertainment, Garazel Prod’ et Flagellum Haereticorum ont eu le nez creux en réunissant ces deux E.P du Polonais MGłA en une compilation CD, E.P originellement pressés en format 7’’, depuis lors épuisés. Je n’irai pas par quatre chemins, car ces vingt et quelques minutes stimulent une telle fièvre qu’il m’est impossible de passer outre. "Mdłości" et "Further Down The Nest" font partie de cette race d’album dont la musique dégage de si puissantes et essentielles fragrances, condensées puis délivrées sans fioritures, directes à l’os, qu’elles réduisent à néant toute sophistication du discours, tous méandres et tous détours.

Comme avec l’EP "Presence", pareille musique enfièvre, fascine à exacte proportion d'une démarche somme toute classique ; et à trop se poser la question du « pourquoi » d’une telle fascination, du « pourquoi » d’une telle singularité (ce qui revient in fine au même), je doute d’y gagner autre chose que des tourments, ou de recourir piteusement aux commodes (et avérées, ici) notions de « talent » ou d’ « inspiration mélodique », voire de filer, au gré de l’analyse, une métaphore physiologique bateau pour signifier à quel point le fond du BM dit « authentique » fut, est et sera la maladie, les symptômes hectico-épileptiques au sens frelaté, mystique du terme (le tremolo BM trémule tant et tant qu’il semble poser un certain état convulsif), dont l’intensité certes consume, mais épuise, exténue, tire toute chose à son extrême amoindrissement et ce, avec toujours plus de froide et implacable rigueur, jusqu’à ce que l’organique devienne minéral - bloc de morte éternité.

Et puisqu’on parle de « rigueur », au risque de verser dans l’auto-citation, il faut souligner avec d’autant plus d’insistance qu’au regard d’une démarche musicale si souvent adoptée et si rarement aboutie que celle du BM DARKTHRONien des 90’s, qu’au regard de si peu, d’un « minimalisme » qui a priori ne semble pas payer de mine, c’est précisément cette rigueur à laquelle on se soumet dans l’épure, le cisèlement et la sélection du riff froid, pernicieux et insinuant que l’on allonge ni trop longtemps, ni pas assez, ainsi qu’à la fluidité de ses variations et de ses réexpositions ; c’est la part laissée au fuzz, à l’effervescence engendrant un grain, une signature sonore propre, et le souci d’une densité d’ensemble que confèrent les déliés de basse (rhaa "FDN II"), qui font toute la différence entre une singularité de cette trempe, parvenant à ce nébuleux état de saturation languissante qui consume et obsède longtemps après que les premiers assauts se soient éteints ; et un quidam se contentant de faire de l’inepte, superficiel copier/coller de son, parfois même de riffs qui sitôt écoutés, sitôt s'oublient, vidés de tout impact, c’est-à-dire de sens.

Or MGłA, non content de remplir avec un savoir-faire certain toutes les conditions sus-citées, non content de proposer 4 pistes équilibrées et de qualité homogène, exécute sa formule avec une conviction à roidir la nuque, une sincérité apeurante. Du reste, les différences que l’on pourrait établir entre cette compilation et l’E.P "Presence" sont relativement minimes : l’interprétation vocale de l’un voit M. s’épancher en flots de froides et carnassières imprécations, quand l’autre sonde plus avant un certain désespoir ("FDN I", poing de glace hâtant les catastrophes) ; l’un est plus lié, l’autre, du fait de sa nature de compil’, plus disparate au niveau du son (le passage d’un EP à l’autre) ; et, et… ben c’est tout.

Car on retrouve toujours cette martiale rigidité aux fûts, ces cordes acérées aux tourbillonnantes trémulations qui fluidement s'enchaînent et - plus sûrement encore - meurtrissent, tout comme certaines accélérations/décélérations de bon aloi, où M. se laisse porter par l’inertie du riff qui tue, ainsi l’addictif et parfait "Mdłości II" qui, dans l’absolu, repose sur trois fois rien… sans oublier certains riffs tout à fait singuliers, comme celui d’ouverture de "FDN II", avec cet étonnant parfum de louche désinvolture… l’ensemble n’est peut-être pas de même ampleur que "Presence", mais tout aussi fascinant, tout aussi essentiel, cela ne fait aucun doute.




Marquez et partagez




 
   ENLIL

 
  N/A



- M. (tout, sauf)
- Darkside (batterie)


1. Mdłości I
2. Mdłości Ii
3. Further Down The Nest I
4. Further Down The Nest Ii



             



1999 - 2014 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod