Recherche avancée       Liste groupes



      
DOOM / DEATH METAL  |  STUDIO

Lexique doom metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Opeth
- Membre : Exhorder

NOVEMBERS DOOM - Into Night's Requiem Infernal (2009)
Par FREDOUILLE le 23 Mars 2011          Consultée 3172 fois

C'est en été 2008 que j'ai découvert NOVEMBERS DOOM. Sur le terrain qui plus est, durant le Graspop. Idéal n'est-il pas ? J'avais déjà entendu parler de ce groupe à maintes reprises et plutôt en bien d'ailleurs. Assez curieux de voir ce que le groupe pouvait proposer comme compositions et de voir ce qu'il valait sur scène, j'ai bien évidemment assisté à leur concert et je fus au final assez convaincu. Prestation de qualité, des musiciens bien en place et des compositions suffisamment attractives pour m'attarder un peu plus profondément sur leur discographie. J'ai donc acheté par la suite quelques albums du groupe, "The Novella Reservoir" et "The Pale Haunt Departure" pour commencer histoire de tâter le terrain, "Into Night's Requiem Infernal" ensuite.

A vrai dire et en toute sincérité, je m'attendais personnellement à un MY DYING BRIDE "bis". Mais il n'en fût rien. Même si NOVEMBERS DOOM explore parfois les mêmes paysages, les mêmes atmosphères tristes, sombres voire un poil ténébreux (notamment sur l'album "The Pale Haunt Departure", écoutez donc des titres comme "Swallowed By The Moon" ou simplement "The Pale Haunt Departure" pour vous en persuader), il s'avère que la musique délivrée par le groupe américain se veut tout de même moins atmosphérique, émouvante et n'est aucunement "dépressive" contrairement à celle de MY DYING BRIDE. Entendez par là que le Doom/Death de NOVEMBERS DOOM ne nous retourne pas les tripes et ne nous emmène pas vers une lente agonie comme sait si bien le faire la bande de Aaron Stainthorpe qui lui vit sa musique (quel jeu de scène de la part du vocaliste d'ailleurs ! Vu aussi au Graspop cette année là !).

Non, la musique de NOVEMBERS DOOM se veut malheureusement plus conventionnelle même si elle est bigrement bien ficelée avec là aussi de nombreux titres à tiroirs. Elle se veut aussi plus lourde et percutante à l'image de ce "Into Night's Requiem Infernal" qui se situe à quelque chose près dans la même veine que son prédécesseur "The Novella Reservoir" sur lequel le groupe avait amorcé un virage beaucoup plus Death. Celles et ceux qui n'avaient d'ailleurs pas apprécié ce changement de cap en seront à nouveau et certainement pour leurs frais.

Pourtant, "Into Night's Requiem Infernal" enterre de la tête aux pieds "The Novella Reservoir". De mon point de vue en tout cas. Si NOVEMBERS DOOM y continue sa pérégrination Death, à défaut même de l'accentuer, - "Lazarus Regret" - je trouve que les compositions y sont beaucoup plus inspirées, plus équilibrées et même parfois plus ténébreuses à l'image de cette sublime pochette. "Into Night's Requiem Infernal" se veut tout simplement plus abouti que son prédécesseur. Point à la ligne.
La formation américaine semble en effet y avoir trouvé une harmonie quasiment parfaite entre ce coté plus brut, plus Death et ce coté Doom empreint d'obscurité et de tristesse. Et tout ceci avec un sens de la mélodie particulièrement minutieux bien évidemment.
On se complaira donc à l'écoute du diabolique "Into Night's Requiem Infernal" qui ouvre l'album, du génialissime "A Eulogy For The Living Lost" et sa rythmique de mammouth (et quel refrain de malade mes aïeux ! Et en voix claire s'il vous plait !) ou encore de ce sublime "The Fifth Day Of March" très PINK FLOYDien sur lequel Paul Kuhr montre qu'il n'est pas simplement un chanteur à la voix d'outre tombe lâchant ses growls à tout bout de champ (chant ?). Bien au contraire. Sa voix claire et légèrement grave sur ce titre atmosphérique y est tout bonnement admirable. Idem d'ailleurs sur le titre qui clôture l'album, "When Desperation Fills The Void" lequel nous emmène dixit sa lente et languissante progression vers son lourd et subjuguant final Doom/Death.

Avec son septième album "Into Night's Requiem Infernal", NOVEMBERS DOOM montre non seulement et une nouvelle fois tout son savoir faire dans la composition de titres à tiroirs mais gomme par la même occasion les défauts présents sur "The Novella Reservoir". Plus homogène et équilibré que son prédécesseur, plus captivant aussi, "Into Night's Requiem Infernal" renferme donc des compositions plus solides, plus inspirées et à l'impact beaucoup plus fort ("A Eulogy For The Living Lost"). Au final ? Un bel album que ce "Into Night's Requiem Infernal". Mon préféré du groupe jusque là.


Morceaux préférés : "A Eulogy For The Living Lost", "The Fifth Day Of March", "Into Night's Requiem Infernal".

A lire aussi en DOOM METAL par FREDOUILLE :


DISTRESS
The Mourning Sign (2004)
ATTENTION! CHEF D'OEUVRE!!!




SOLITUDE AETURNUS
Alone (2006)
Le grand retour des Heavy Doomers! Magnifique!


Marquez et partagez




 
   FREDOUILLE

 
  N/A



- Paul Kuhr (chant)
- Vito Marchese (guitare)
- Sasha Horn (batterie)
- Lawrence Roberts (guitare)
- Chris Wisco (basse)


1. Into Night's Requiem Infernal (5:46)
2. A Eulogy For The Living Lost (6:30)
3. Empathy's Greed (6:17)
4. The Fifth Day Of March (5:16)
5. Lazarus Regret (3:06)
6. I Hurt Those I Adore (5:47)
7. The Harlot's Lie (5:32)
8. When Desperation Fills The Void (6:44)



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod