Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (2)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Manowar

ROSS THE BOSS - Hailstorm (2010)
Par ERWIN le 8 Janvier 2011          Consultée 2947 fois
L’aigle de Ross Friedmann est une deuxième fois à l’honneur après celui de "New Metal Leader". Il ne faut voir dans ce symbole que l’appartenance du mythique guitariste à la communauté des métalleux, lui qui est le plus versatile des musiciens - Punk chez les DICTATORS, Pop chez les SPINATRAS, Rock chez SHAKIN STREET - . Ce tatouage sur son épaule gauche, c’est comme sa CNI. Je reste toutefois dubitatif sur le logo, qui ne peut que provoquer réminiscence puis regrets. A la question : « Pourquoi Ross, ce mec super cool n’est-il plus dans MANOWAR ? Beuh… Joey n’est-il pas un gentil-gentil lui non plus ? Il a le même aigle tatoué sur le bras droit d’ailleurs…? Nous n’assisterons certainement jamais au retour de Ross dans MANOWAR. Cruelle vie ! Et Canard de verser des torrents de larmes…

L’instrumental "IAG" qui embraye pourra provoquer l’arrivée d’une petite larmichette - Canard arrête de chialer, maintenant - dans les yeux de tous les amoureux de Métal épique, pour ceux qui auront connu la gloire du MANOWAR des eighties…Dieu que c’est chouette!
Ah! Et on poursuit dans la continuité de "Blood Of The Kings" avec "Kingdom Arise". Tout y est : seul le riff la distingue de sa sœur ainée, mais c’est suffisant et diablement efficace pour lui trouver une identité, même si la voix de Patrick Fuchs -excellente au demeurant-, ne pourra jamais s’aligner sur celle du seul et unique Eric Adams. Le morceau est néanmoins superbe. On aimerait que nos hommes de guerre d’aujourd’hui nous donnent plus de titres de ce calibre… Ce n'est pas avec des "Gods Of War" d’opérette qu’on étanchera la soif de sang des barbares sanguinaires ou celles tout aussi aiguë des palmipèdes toilettistes.

L’assemblage basse/gratte de l’intro de "Crom" vous rappellera les heures glorieuses où Joey de Maio aimait à pondre des lignes de basse luminiques plus que de compter les zéros de son compte en banque. C’est aussi le cas pour "Behold The Kingdom" et sa splendide basse -Joey où te caches-tu, vilain? -, qui contient un break pourvu d'un mignonnet solo.

Les riffs de Ross sont en outre tout à fait à la hauteur et ont une patate d’enfer, j’en veux pour preuve ce "Burn Alive" qui n’aurait pas dépareillé sur "Battle Hymns" le bien nommé. Ce petit coté Hard poppy, assorti de chœurs bien Glam, c’est la marque de fabrique de notre Ross universel, celui que tout le monde aime et que l’univers entier nous envie. Et quel solo élégant ! Arf, de toutes les manières nous causons là d’une icône de la gratte les enfants, ne comptez pas sur moi pour critiquer le style de Ross, qui reste quelque soit ses disques, un musicien d’exception et mon guitariste préféré. "Shining Path" est issue du même tonneau, très Hard Rock teinté 80’s, joli refrain, et soulignons l’efficacité sans faille de la section rythmique.
L’instrumental "Great Gods Glorious", porteur d’une mélodie charmante, laisse d’ailleurs la part belle au talent de son géniteur, qui nous assène soli et riff de première bourre.
"Hailstorm", le titre éponyme se situe dans une mouvance Power Metal qui rappellera les grandes émotions du "Fast As A Shark" des teutons d’ACCEPT. Le solo est tout à fait à la hauteur.

Enfin, le piano de "Among The Ruins" annonce un titre plus atmosphérique et sans doute plus épique. L’idée, séduisante, se poursuit sur une belle orchestration. Et la chanson se révèle un véritable must. Ross, à l’occasion est donc toujours capable de nous surprendre en composant un hymne métallique.

"Dead Man’s Curve" est sympa, même s’il lui manque le souffle épique des compositions de Ross vers 84-85. Et oui! Souvenons nous en, c’est Ross qui a composé "Army Of The Immortal" ou "Hail And kill". Le talent est là, mais sans doute l’esprit plus tout à fait. D’un autre coté, nous pouvons compter sur Ross dont toutes les interventions sont plus scintillantes les unes que les autres, j'ai bien dit toutes ! Et ce n’est pas ce grand échalas maigrichon de Karl Logan qui prouvera jamais le contraire. Les fans d’AC/DC ont leur Bon Scott, ceux de MANOWAR ont ROSS THE BOSS.

Au final, je lui préfère "New Metal Leader" mais Ross reste un homme de ressource… Pour peu que Scott Columbus ait envie de rejouer de la musique burnée et qu’Eric Adams en ait ras la casquette des velléités tyranniques de Joey de Maio, on pourrait bien se retrouver avec un nouveau groupe tout joli tout frais sorti de la hotte du Père Noël un de ces quatre matins. Avouez que cela aurait une sacrée gueule, non ?

Hail, Ross !




Marquez et partagez




 
   ERWIN

 
  N/A



- Patrick Fuchs (chant, guitare)
- Ross The Boss (guitare)
- Carsten Kettering (basse)
- Matze Mayer (batterie)


1. I.a.g
2. Kingdom Arise
3. Dead Man’s Curve
4. Hallström
5. Burn Alive
6. Crom
7. Behold The Kingdom
8. Great Gods Glorious
9. Shining Path
10. Among The Ruins
11. Empire’s Anthem



             



1999 - 2014 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod