Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (14)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Vulcain, Gun Barrel, American Dog, Sweet
- Membre : Fastway
- Style + Membre : Saxon
 

 Site Officiel Du Groupe (716)
 Myspace Des Head Cat (447)
 Site MotÖrhead France (1063)
 Myspace Du Groupe (467)
 Myspace De Lemmy (514)

MOTÖRHEAD - The World Is Yours (2010)
Par ZIONLEEMASTERSEB le 1er Décembre 2010          Consultée 10288 fois
CHRONIQUE POUR LES DÉTRACTEURS

1977, l’historique magazine anglais NME (New Musical Express) considéré par beaucoup comme la "Bible" de la pop et du rock en Perfide Albion élis MOTÖRHEAD comme le pire groupe du monde.

2010, MOTÖRHEAD occupe toujours le terrain avec une régularité quasi métronomique. En ce mois de novembre, alors que le groupe de Lemmy Kilmister profite d’une double actualité avec la sortie du film documentaire "Lemmy, The Movie". Ouf, il n’y aura pas le concert parisien annuel du trio. Gérard Drouot, le Picsou français de la production de spectacle estime que cette manifestation pourrait ne pas lui être rentable. Les fans transis sauront néanmoins se rendre à Lyon pour communier. Grand bien leur en fasse.

Maintenant, qu’est ce qui n’a pas été dit sur MOTÖRHEAD ? Voilà plus de 33 ans qu’ils nous déroulent le même album, le gériatrique Lemmy n’est plus que l’ombre de lui-même et sa longévité nuit à sa légende. En plus, c’est un vieux tox autiste dépendant aux bandits manchots et sincèrement tout bien élevé qu’il est, ses verrues et ses cheveux gras font plus de lui un clodo qu’un référentiel coureur de jupons. Pour parfaire le tableau, sa passion « limite » sur le IIIe Reich en fait LE personnage à haïr au même titre que Dieudonné. Il réussi cependant à gagner assez d’argent pour nous polluer encore et encore le paysage audiovisuel, c’est inexplicable, c’est une honte. Tout le monde connaît un boulanger qui fait du pain dégueulasse depuis des décennies, qui continue à le vendre et à en vivre. Et bien, MOTÖRHEAD, c’est pareil.

La basse est un bordel sans nom, on ne peut distinguer aucune différence entre les notes sans risquer le mal de crâne. La batterie toujours une surenchère de "Tatatoums" interminables. Quant à la guitare, on ne fait pas plus basique et chiant. Concernant, la voix de leur sexagénaire de leader, désespérant de nullité. On croirait un trachéotomisé, opéré de la veille et évadé de l’hosto. Comble de fumisterie, l’intro et le final de "Outlaw" largement inspirée de ce que la vieille paire Hetfield/Ulrich a pondu sur "Death Magnetic".

Ça pue, ça fait du bruit, c’est sale et c’est approximatif. A part AC/DC, aucun autre groupe n’avait eu l’outrecuidance d’autant d’effronterie et d’arrivisme.

CONSEIL POUR LES FANS

Allez-y, c’est de la balle. Il a quelques brillantes idées. Il y a peu de chance que ce "World Is Yours" détrône dans le cœur des "Die Hard" des albums comme (au hasard) "Overkill" ou "Sacrifice", mais la dimension hautement individualiste des textes, ouvertement punk en font un album unique dans le contexte économique et social actuel.

Une fois encore produit par Cameron Webb, ce nouveau frizbi numérique a été enregistré en différé par les membres du groupe. En effet, Phil Campbell au chevet de son père mourant au Pays de Galles s'est acquitté de sa tâche dans un autre studio que celui de ses compères à Los Angeles. Et forcement, Mikkey a utilisé une fois encore le studio du copain Grohl (NIRVANA, PROBOT, FOO FIGHTERS) pour enregistrer ses parties de batterie. Au final, la prod a du se révéler être une partie de collage et il serait mentir que de dire que cela ne se sent pas un peu. Par exemple le break saugrenu au 2/3 de "Born To Loose" auquel MOTÖRHEAD ne nous avait pas habitué, à part peut être sur l’album "Snake Bite Love". Il a toujours été difficile de classer (et c’est tant mieux !!) le genre musical dans lequel évolue le groupe. Les influences du présent "The World Is Yours" sont ouvertement Rock’n Roll et le "single-listique", "Rock’n Roll Music", peut être un poil trop pop dans ses mélodies ne me ferait mentir. "Brotherhood Of Man", piste changeant de registre, évoquerait plutôt une sorte d’"Orgasmatron" version 2010. Comme sur le précédent disque "Motörizer", il n’y a pas de ballade. Pas vraiment dommage, celles réalisées par le groupe sont plutôt réussies et n’ont jamais été un passage obligé. Pour le reste, MOTÖRHEAD ne verse ni dans le sympho, le néo ou l’indus. Chacun est en territoire conquis.

MOTÖRHEAD n'a pas la prétention de changer le monde de la musique, il l'a déjà fait une fois. Il y a ceux qui palabrent et ceux qui font. MOTÖRHEAD est sur sa trajectoire et n'en dévie pas. Un homme politique expliquait que "l’énergie que l’on met à durer, on ne la met pas à faire". Cet adage ne fonctionne pas en musique, il faut faire pour durer. Ça n’est pas un homme politique qui nous sauvera de quoi que soit. Lemmy a raison en disant que les politiciens sont tous des trous du cul (surtout l’auteur de cette petite phrase d’ailleurs). Lemmy, c’est un peu le Houellebecq du rock. Il ne s’exprime pas pareil mais il veut dire la même chose. "The World Is Yours" et pour paraphraser "Je ne suis pas citoyen, je suis client de l'hôtel", c’est un peu la même chose. Normal, normaux, bicyclette, vélo !!!!!!

Verdict : 3,5/5.




Marquez et partagez




 
   ZIONLEEMASTERSEB

 
   CHAPOUK
   RENERION

 
   (3 chroniques)



- Lemmy Ian Fraiser Kilmister (basse/voix)
- Phil Campbell (guitare)
- Mikkey Dee (batterie)


1. Born To Lose
2. I Know How To Die
3. Get Back In Line
4. Devils In My Head
5. Rock 'n' Roll Music
6. Waiting For The Snake
7. Brotherhood Of Man
8. Outlaw
9. I Know What You Need
10. Bye Bye Bitch Bye Bye



             



1999 - 2014 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod