Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Myspace (232)

WOLFMOTHER - Cosmic Egg (2009)
Par ZIONLEEMASTERSEB le 3 Février 2010          Consultée 3191 fois

Le Hard Rock australien d’inspiration 70’s est aujourd’hui le plus virulent et le plus représentatif. Les rejetons d’ACDC n’ont pas dit leur dernier mot. Loin d’être à l’agonie, sans bousculer les règles établies depuis 30 ans, une pléthore de jeunes combos inonde le globe de leurs décibels. OH LA LA, ELECTRIC MARY, AIRBOURNE et WOLFMOTHER sont de ceux-là.

C’est sous la forme d’un trio que WOLFMOTHER enregistre à Los Angeles son premier disque éponyme en 2004 sous la direction de Dave Sardy (RED HOT CHILI PEPPERS, MARILYN MANSON). Très rapidement, le buzz fonctionne. En France, son titre "Joker And The Thief" accompagne une pub automobile. A l’international, sa participation à la bande originale de « Spider Man 3 » achèvera de convaincre les plus récalcitrants. Cette couverture médiatique l'aidera à blinder un Elysée Montmartre, huit mois après avoir joué pour quatre pelés et un tondu au Nouveau Casino. WOLFMOTHER devient le nouveau groupe à la mode avec les singles "Woman" et "Dimension". Ce premier album, quoique bancal est tout à fait honnête. Au carrefour entre LED ZEPPELIN et BLACK SABBATH, son Stoner psychédélique envoûte ; bientôt, il devient le groupe à surveiller. Soudain, c’est le silence radio. On apprendra plus tard que WOLFMOTHER a failli spliter.

Ceci était sans compter sur la ténacité du vocaliste Andrew Stockdale, qui refonde le groupe de zéro, en étant le seul dénominateur commun sur ce second disque, "Cosmic Egg". Au passage, le groupe se transforme en quatuor et forcément, WOLFMOTHER s’en voit transfiguré. Deux cadors de la prod' chapeautent cet opus, Joe Baresi (CLUTCH, THE QUEENS OF THE STONE AGE, TOOL) pour la partie technique et Alan Moulder (NINE INCH NAILS, MONSTER MAGNET, THE SMASHING PUMPKINS) pour l’enregistrement et le mixage. Du gros son limpide et calibré à l’américaine, à 1000 lieues de l’urgence que dégageait les larsens son premier disque. L’ersatz de Robert Plant mélangé à l’Ozzy OSBOURNE du pauvre qu’était notre chanteur, s'est légérement dissipé. Son timbre de voix parfois énervant a gagné en maturité. Le spectre musical de référence s’est élargi pour intégrer un peu de DEEP PURPLE par ici, du BLUE OYTER CULT par là et puis du BEATLES aussi ("In The Morning", attention plagiat). Revirement à 180° donc, plus aucune trace de Stoner, en revanche du gros Hard Rock au sens le plus large, voire commercial. Universal ayant mis les petits plats dans les grands pour rentabiliser ses poulains.

"Cosmic Egg" débute par deux bombes atomiques, "California Queen" et "New Moon Rising". Calibrées mais pompages éhontés du répertoire de DEEP PURPLE et du SAB FOUR. Le patchwork 70’s reprend de plus belle avec un "White Feather" hérité du ZEPPELIN, autant dans le jeu de guitare que dans le chant. "Sundial" soutenu par un clavier singe le son de guitare de Saint Jimi Hendrix. Si le voyage est agréable, il est au niveau zéro au niveau de la créativité. Au moins, ce pillage dans les règles se nourrit à plusieurs sources. AIRBOURNE, le petit camarade sympathique et plein d’énergie, se contente de copier/coller ACDC.
Sortez les briquets, "Far AWAY" mielleux, insupportable à souhait, lorgne du côté de SUPERTRAMP. Andrew couine comme il est difficile de le croire. Quant au titre "Pilgrim", il pioche dans les influences psychédéliques 60’s du groupe. Avant un final crescendo réussi, toujours dans une veine à la SUPERTRAMP, "Violence Of The Sun".

La série limitée offre quatre titres en plus et permettra de prolonger la gentille traversée de quelques minutes. Les adeptes de la secte APPLE apprendront qu’ils sont les seuls à pouvoir se procurer la reprise d’HENDRIX, "If 6 Was 9" par le biais d’Itunes. Sors tes thunes et tu pourras l’écouter sur ton Iphone. Au sujet de la pochette, elle est aussi chiadée que la précédente dans un autre registre. Cet artwork correspond bien à ce que dégage le quatuor de Sydney. Un brin de folie supplémentaire, certaines prises de risques dans les compositions auraient assurément servi WOLFMOTHER. Non, ce ne sera pas lui le groupe Rock de la décennie à venir. Mais c'est toujours bon d'y croire un instant. N'empêche que le buzz continue de fonctionner : aux dernières nouvelles, notre jeune chanteur serait un des prestigieux "guests" invités à pousser la chansonnette sur le très attendu album solo de Slash (GUNS N'ROSES, VELVET REVOLVER).

A lire aussi en HARD ROCK par ZIONLEEMASTERSEB :


WHITESNAKE
Forevermore (2011)
Toujours érectile la vieille ganache!!!!

(+ 1 kro-express)



GIRLSCHOOL
Legacy (2008)
Mes respects mesdames.

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   ZIONLEEMASTERSEB

 
  N/A



- Andrew Stockdale (chant, guitare)
- Aidan Nemeth (guitare)
- Ian Peres (basse, claviers)
- Dave Atkins (batterie)


1. California Queen
2. New Moon Rising
3. White Feather
4. Sundial
5. In The Morning
6. 10,000 Feet
7. Cosmic Egg
8. Far Away
9. Pilgrim
10. In The Castle
11. Phoenix
12. Violence Of The Sun



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod