Recherche avancée       Liste groupes



      
POWER METAL  |  STUDIO

Lexique power metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Chaîne Youtube (297)
 Myspace (306)
 Site Officiel (476)

AXENSTAR - The Final Requiem (2006)
Par THE LURKING FEAR le 15 Février 2010          Consultée 2035 fois

Voila un album qui débute sur les chapeaux de roues. Je me prépare psychologiquement à passer une heure sympathique en compagnie de ces suédois d’AXENSTAR. Je trépigne avec "The Final Requiem" le premier morceau qui fait office d’entrée en matière parfaite. Titre puissant, refrain accrocheur et riffs percutants.

Ca y est, j’en suis sûr, je tiens là un bon petit album de Power Metal énergique et bien mélodieux comme je les aime. Je m’imagine déjà faire le malin le week-end prochain devant les potes en leur sortant la fameuse phrase : « Les gars, vous connaissez AXENSTAR ? » et je pourrais jouer l’étonné en rajoutant « Comment ça non ? Vous ne connaissez pas cette tuerie ? Putain, des fois j’ai presque honte de m’acoquiner avec des gueux comme vous ! » Et là, d’un geste d’une élégance rare, je sortirais le skeud préalablement caché dans le fin fond de ma veste et l’exhiberais tel un trophée à la troupe médusée. Et tous se diront « Waouh, quel mec génial ce Lurking Fear… »

Bon, laissons de coté mes fantasmes car l’album commence fort, c'est vrai, puis… puis plus grand-chose en fait. Le soufflé retombe mollement. Tant pis pour le week-end prochain et mes rêves de gloire. Ce début en fanfare n’était que pâle illusion, alors on hurle notre souffrance devant tant de gâchis, on pleure toutes les larmes de notre corps, on s’arrache les cheveux, on… « On a compris. »

Non pas que les Suédois manquent de talent, les compositions sont intéressantes, structurées, entrainantes, il s’agit plutôt de l’imagination qui semble en berne. A l’instar de la ville du même nom, on s’y emmerde profondément. Les titres s’enchainent et se ressemblent et le chant de Magnus Winterwild n'y est pas pour rien. Une voix qui n'en fait jamais des tonnes, le gars fait son boulot, sans plus. On pourra apprécier la sobriété ou regretter la linéarité, au choix.

Si ce n’est le morceau éponyme, difficile de faire ressortir un titre plutôt qu’un autre dans cet ensemble très homogène, ce qui ne fait que renforcer le sentiment de redondance. L’album est suffisamment bon pour nous permettre de poursuivre l’écoute jusqu’à la fin mais pas assez pour que l’on puisse s’y plonger totalement et en apprécier toutes les subtilités. Avec beaucoup d’énergie, une production correcte et de la bonne volonté, les Suédois sont parvenus à nous offrir un album sympa mais le manque d’idée fait tout tomber à l’eau.

Impossible de ne pas ressentir la désagréable sensation d’avoir déjà entendu ces genres de morceaux des dizaines et des dizaines de fois. Les suédois sont autant inventifs que les producteurs de films d’horreurs de série B qui passent en boucle sur M6, explorant scrupuleusement les même thèmes récurrents, encore et toujours ; l’invasion des rats mutants, l’attaque des araignées géantes, le réveil des mamies tueuses… Si aux premiers abords, le Power Metal de série B et les films d’horreurs de série B n’ont strictement rien à voir, pourtant, ils se rejoignent sur un point : chaque année, on ne compte plus les nombreuses sorties dans les deux domaines. Ce qui prouve, aussi étonnant que cela puisse paraître, qu’il y a bien un public prêt à bouffer du vu et du revu avec le sourire.

Pour ma part, j’ai toujours autant de mal à m’imaginer un réel engouement populaire pour AXENSTAR, non pas que je ne leur souhaite pas, mais après trois premières galettes moyennes fortement influencées par SONATA ARCTICA, nos Suédois peinent à se démarquer de la concurrence. L’ensemble est maitrisé mais terriblement basique. Passé un quart d’heure, on a le sentiment d’écouter en boucle le même morceau. La monotonie s’installe et on finit par décrocher lentement mais surement de ce qui est pourtant un album honnête.

A lire aussi en POWER METAL :


EDGUY
Superheroes - Heroic Dvd Edition (2005)
Très chouette et peu onéreux mini-dvd (77 minutes)




PYRAMAZE
Disciples Of The Sun (2015)
Un talent indestructible qui force le respect


Marquez et partagez




 
   THE LURKING FEAR

 
  N/A



- Magnus Winterwild (chant, claviers)
- Joakim Jonsson (guitare)
- Magnus Ek (basse)
- Pontus Jansson (batterie)


1. The Final Requiem
2. Condemnation
3. The Divine
4. Edge Of The World
5. Thirteen
6. The Hide
7. Underworld
8. Spirit
9. Pagan Ritual
10. Seeds Of Evil
11. End Of The Line
12. Beyond The Lies



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod