Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH METAL  |  E.P

Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet E.P
 


 

- Membre : Ayreon, Vuur

HAIL OF BULLETS - Warsaw Rising (2009)
Par MEFISTO le 3 Août 2009          Consultée 2072 fois

On oublie beaucoup de trucs dans la vie : l’anniversaire de nos êtres chers, nos clés dans la voiture par temps froid, les ronds du poêle après avoir retiré les chaudrons, on oublie même que le monde dans lequel nous vivons est beau.

Mais les deux oublis que je veux partager avec vous, chers amateurs de Death qui se respectent personnellement et mutuellement, ne sont pas aussi niais. Non.

Oubli #1 : Nous oublions souvent que « L’Encyclopaedia Metallum », mieux connue sous l’adresse www.metal-archives.com est sans contredit LA source d’information en frais de Metal sur le web.

Oubli #2 : Nous oublions ensuite que même si les musiciens que nous chérissons, adorons, louons à chaque soir, agenouillé devant nos affiches et nos figurines à leur effigie, ne sont pas des dieux. Non, ils sont des êtres de chair et de sang, des humains comme vous et moi, pas des robots, des machines, des E.T. ou des animaux. Des humains.

Ces deux oublis ont été le point de départ de ma réflexion sur ce EP des Néerlandais de HAIL OF BULLETS. Pourquoi ? Sur la page du groupe à www.metal-archives.com, ma Bible, j’ai lu un petit paragraphe m’expliquant les origines de la formation. Ce fut le déclic. Je vous résume et après, vous rirez de moi ou non. « A la fin de 2006, les membres futurs de HAIL OF BULLETS ont pris une cuite dans la ville hollandaise de Amersfoort. Ils se sont découvert un amour mutuel pour le Death Metal old school des groupes tels qu’AUTOPSY, BOLT THROWER, MASSACRE, CELTIC FROST et DEATH. Ainsi est né le groupe. »

Je ne sais pas pour vous, mais ce genre de truc m’émeut ; pas dans le sens mouchoir et pleurs, dans le sens que la musique est avant tout une question de sensation, d’émotion, de passion. Souvent, une question de rencontre fortuite, comme c’est le cas ici, une question de « timing ». De là le deuxième oubli, si important et primordial. Ce concours de circonstances festif a été une illumination pour eux et maintenant, le résultat nous éclabousse de sa qualité.

Les cinq membres du groupe ne sont donc pas des enfants d’école, ils ont vu de l’eau couler et de la bière renversée. Ils ont, à un moment ou à un autre de leur carrière, joué dans une pléiade de formations telles que PESTILENCE, DEATH BY DAWN, THANATOS, CREMATION, ASPHYX, ELEGY, AGGRESSOR, TEMPTER, VALKYRIE, ORPHANAGE, GOREFEST, DEMIURG et AYREON. On peut donc appeler HAIL OF BULLETS « groupe de vétérans de la guerre », car des tanks, il en a détruit des masses à coups de double pédale, de riffs de baïonnette et de secousses sismiques. Les étoiles sur ses épaulettes seront-elles encore suffisamment scintillantes pour que leur réunion n’explose comme un enfant marchant sur une mine ?

Je répondrai en disant que le Death de HAIL OF BULLETS est un vrai condensé de ses influences et que leurs conversations de beuveries ont porté fruits. Le son est évidemment orienté old school, mais les riffs sont badigeonnés dans de l’huile moderne, à la production nickel. Tous les instruments, autant la basse monstrueuse de Theo van Eekelen que la voix porcine du vieux routier Martin van Drunen sont rendus avec une justice technique parfaite.

Quant aux compos en tant que tel (trois nouvelles et trois live de leur premier album, "…Of Frost And War"), la principale ressemblance remarquée est celle avec le pionnier du « War Metal », BOLT THROWER. Le line up est identique aux lanceurs d’éclair (écoutez "Liberators" !), la construction des morceaux également, les deux grattes s’en donnent à cœur joie ("Warsaw Rising") dans cette énième peinture grise des deux Guerres mondiales. Martin van Drunen sonne même comme Karl Willets à quelques endroits, dont sur la lente et pesante "Destroyer".

La plus grande réussite de ce généreux EP (près de 30 minutes) est sans conteste "Nachthexen" (avec sa basse bourdonnante), dont la facture rehaussée par l’énergie du groupe en spectacle est fameuse. "Red Wolves Of Stalin" (j’adore ce titre !) est pas mal non plus. Du bon Death sentant la poudre à canon, direct dans les dents d’en avant. Ça faisait un sacré bail que je n’en avais bouffé.

Inutile de dire que leur prochain album vous sera présenté dans son entièreté dès sa sortie ! Ça promet…

3,5/5 en attendant la suite !

A lire aussi en DEATH METAL par MEFISTO :


FRAILTY
Ways Of The Dead (2017)
Merveilleuse odyssée dans le désert des morts




GOD DETHRONED
Under The Sign Of The Iron Cross (2010)
War Metal en acier trempé


Marquez et partagez




 
   MEFISTO

 
  N/A



- Martin Van Drunen (chant)
- Paul Baayens (guitare)
- Stephan Gebedi (guitare)
- Theo Van Eekelen (basse)
- Ed Warby (batterie)


1. Warsaw Rising
2. Liberators
3. Destroyer
4. Red Wolves Of Stalin (live)
5. Nachthexen (live)
6. The Crucial Offensive (live)



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod